Vidéo conférence

Publier la photo : salle de conférence | © Pixabay

L'une des conséquences, que j'aimais qualifier d'assignation à résidence en raison des restrictions de sortie imposées par le COVID-19, est positive, à savoir qu'après une bonne trentaine d'années, je suis de nouveau occupé avec mon ancienne collection de disques, un tourne-disque à la chaîne stéréo et, au grand dam de ma meilleure moitié, j'ai également acheté à nouveau des disques.

Une autre conséquence, plutôt moins agréable, est qu'au cours des dernières semaines, j'ai vécu et survécu à davantage de vidéoconférences à la fois en tant que participant et en tant que spectateur ou auditeur. Ceci à son tour est dû à la situation heureuse que je n'ai pas à vivre ma vie en tant que personne seule.

Malheureusement, les sociétés de télécommunications locales ignorent encore totalement que plusieurs personnes peuvent vivre dans un foyer ou que plusieurs foyers d'une même ville veulent regarder la télévision en même temps, et donc ma douce moitié et moi avons malgré « du meilleur Internet » maintenir leur propre gestion de la bande passante ; nous avions déjà sous-traité la moitié de la famille à l'avance.

Et cette gestion des carences, qui n'est absolument pas de ma faute et qui ne devrait pas exister au 21e siècle, me rappelle des souvenirs que j'avais longtemps refoulés.

À la fin des années 1980, j'ai été autorisé à participer pour la première fois à un exercice dans le Midwest des États-Unis, qui s'est déroulé virtuellement sur place, mais en même temps dans la vraie vie en Allemagne, en Corée du Sud et quelque part au mer. Pour moi, le point culminant de l'exercice a été la sortie des premières vidéos, documentant ce qui se passait à l'autre bout du monde et nous aidant à prendre des décisions.

Dans les années 1990, les vidéoconférences étaient à la pointe de la technologie, même si à l'époque il fallait encore faire attention aux bandes passantes des connexions par satellite ou par liaison radio en raison de la technologie.

Comme ces vidéoconférences étaient utilisées pour la prise de décision et avaient régulièrement des conséquences graves, il était encore courant, du moins à cette époque, que les conférences se concentrent sur la communication et la transmission de contenus.

Et même alors ces conférences devaient être préparées. Pour aggraver les choses, les "briefers" devaient s'assurer que les présentations respectives étaient également disponibles dans tous les lieux de conférence participants, peu importe où dans le monde, avant le début de la vidéoconférence. Ce transfert de données pouvait prendre plusieurs heures et jusqu'à la fin, vous n'étiez jamais sûr que tout le monde en avait une et la dernière version. Puisqu'il y avait généralement plusieurs "lettres" qui étaient également connectées depuis une grande variété d'endroits, on peut maintenant bien imaginer quelle bousculade il y avait à chaque fois pour les dernières heures de transmission possibles. Et comme le monde continuait de tourner sans relâche, les téléscripteurs ne s'arrêtaient jamais et les différentes chaînes d'information étaient heureuses de suivre, il fallait espérer à chaque fois qu'au moins au début de votre propre briefing, le contenu de la présentation transmis correspondait toujours au contenu du briefing . Avec jusqu'à trois briefings par jour, tous les jours et pendant des mois, il enseigne aux personnes concernées une chose qu'il ne peut jamais y avoir assez de bande passante.

Dans les années 2010, cette technologie était enfin complètement maîtrisée et même des aventures à petit budget dans le "cul du monde" - dans le cas que j'ai vécu, pour le dire plus poliment, à l'origine de l'humanité - pouvaient avoir lieu avec un support vidéo . Je tiens à souligner que les bandes passantes qui étaient disponibles là-bas à l'époque et qui sont constamment disponibles ici en Allemagne peuvent désormais être atteintes entre 3 heures et 5 heures du matin dans le meilleur des cas.

Cependant, j'ai pu remarquer un changement fondamental dans le but des vidéoconférences, du moins pour moi. Alors que l'objectif initial était de transmettre et de transmettre du contenu, quelque chose de nouveau s'est présenté à moi, l'autoportrait. Les arrière-plans et l'équipement de la conférence ainsi que l'éclairage des personnes individuelles étaient désormais au centre d'au moins toutes les préparations.

Ce changement a également façonné les dernières vidéoconférences auxquelles j'ai été autorisé à assister jusqu'à ma retraite et a suscité mon intérêt pour les alternatives viables.

Autant que je sache, ceux-ci provenaient de l'industrie des jeux, qui permettait la communication virtuelle à l'aide d'avatars ; Les avatars sont des personnages attribués à des utilisateurs individuels. Sur la base de mon expérience précédente, c'était pour moi la solution idéale au problème, car elle répondait d'une part au problème de bande passante et au besoin de se présenter ou, d'autre part, à la peur de devoir se présenter, sur d'autre part, et donne ainsi plus de place pour transporter à nouveau du contenu .

Malheureusement, depuis deux ans, j'essaie en vain de faire accepter cette forme de communication dans une association bénévole. J'avais cru au logiciel de virBELA, aujourd'hui utilisé avec succès par les universités et les entreprises, d'avoir trouvé une solution passable et attractive, car ludique.

Il n'y avait tout simplement aucune volonté de se rencontrer dans un environnement virtuel afin d'économiser du temps et des coûts de déplacement pour tout le monde et de simplifier les tâches administratives et organisationnelles ; L'interaction personnelle est beaucoup trop importante pour toutes les personnes impliquées.

Au début du COVID-19, j'ai tenté une deuxième tentative car je suis convaincu que le problème de bande passante ici en Allemagne, connu depuis les années 1970, ne sera résolu que dans les décennies à venir.

En éliminant la transmission vidéo et en installant au préalable le logiciel nécessaire, la quasi-totalité de la bande passante disponible peut être utilisée pour fournir des informations, des présentations et d'autres contenus à jour non seulement à tout le monde, mais également entre eux de manière bilatérale et en sous-groupes.

Évidemment en raison de l'air du temps, cependant, les vidéoconférences ont prévalu dans la plupart des réunions ces dernières semaines, et il s'agit désormais davantage de savoir qui utilise le logiciel le plus "intelligent", voire le plus protégé en matière de protection des données.

Je suis heureux d'admettre que la transmission d'images en temps réel, en particulier des personnes qui parlent, transporte également du contenu et peut également favoriser la compréhension mutuelle, mais je souligne également que la valeur ajoutée par rapport aux conférences téléphoniques normales est gérable et, contrairement à la vidéo appels entre deux personnes, il y a des risques, puisque les enregistrements vidéo et audio ainsi que les captures d'écran populaires peuvent être prises par n'importe quel participant et à tout moment par n'importe qui d'autre.

Mais comme le dit le dicton, "ne combattez pas le système" et essayez d'en tirer le meilleur parti.

Étant donné que la plupart des gens reprendront probablement leur ancienne routine une fois les restrictions liées au COVID-19 levées, il faut supposer que les vidéoconférences redeviendront l'exception et continueront probablement à être utilisées par des entreprises et des institutions plus puissantes pour des raisons de coût uniquement. .

L'utilisation d'un logiciel de visioconférence qui offre plus que la visiophonie et une fonction de chat rudimentaire, ainsi que la protection des données et la protection des droits d'auteur, ne sera pas techniquement ou financièrement réalisable pour la plupart des utilisateurs.

Et si un tel logiciel "populaire" arrive finalement sur le marché, il doit encore s'y affirmer.

C'est pourquoi j'essaie maintenant d'établir une solution hybride dans ma région. D'une part, nous utilisons désormais un logiciel de visioconférence moins discutable au regard de la loi sur la protection des données et également plus simple et moins cher, et d'autre part, nous utilisons un logiciel de forum éprouvé, que nous aimerions utiliser les deux en combinaison les uns avec les autres.

Cela nous permet de combiner l'avantage de la visioconférence avec la facilité de partage de contenu dans des forums pour tous, et ainsi d'assurer la communication entre nous sur notre territoire.

Mais si vous voulez maintenant des "fonctionnalités" plus avancées telles que par ex. B. aimerait avoir des outils de coordination et de planification intégrés, pour la troisième fois je recommande la solution d'avatar mentionnée au début, car elle est déjà disponible et a maintenant également fait ses preuves et économise les ressources - un avantage que vous pouvez voir au vu de nos problèmes d'environnement et de matières premières doivent absolument être pris en compte !

De plus, il offre l'avantage d'être facile à comprendre et à « jouer » pour la plupart des utilisateurs.


« La lecture rend un homme plein ; conférence un homme prêt; et écrire à l'homme exact."

Francis Bacon, Des études-essais (1625)

Poster un commentaire

Ihre E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Les champs obligatoires sont marqués avec un * marqué