Vers la paix en Europe ?

5
(1)

Post photo : Drapeau européen qui s'effondre | © Shutterstock
L'article est également paru dans Agefi Luxembourg.

Que souhaiter en ce début d'année, sinon le retour rapide et durable de la paix en Europe, ainsi que dans son voisinage ? Cela implique de rétablir le respect du droit international, et donc des frontières de l'Ukraine, celles internationalement reconnues en 1991.

Dans la situation géopolitique actuelle, certains faits n'incitent pas à l'optimisme. La guerre contre le terrorisme islamiste est moins prioritaire, mais elle reste une bombe à retardement, notamment au Sahel. L'issue de la guerre en Ukraine reste incertaine, comme nous l'expliquerons plus loin.

L'hégémonie des États-Unis d'Amérique est remise en question. L'affrontement de pouvoir, tout en restant en deçà du seuil de la guerre ouverte, est redevenu d'actualité. En envahissant l'Ukraine, Poutine a balayé vingt ans de redressement et d'intégration de la Russie dans l'économie mondiale. Xi Jinping suit la même voie : il menace Taïwan et la liberté de navigation en mer de Chine, ainsi que l'Inde, alors qu'il ne peut pas éradiquer la pandémie de Covid-19. M. Erdoğan joue un double jeu entre l'Occident et les Russes, alors que son économie se porte très mal.

Dans ce contexte, la solidarité transatlantique est plus que jamais nécessaire. La masse critique nécessaire pour faire face au bloc composé de la Chine, de la Russie, de l'Iran et de la Corée du Nord ne pourrait être réunie qu'en associant les capacités américaines, européennes et japonaises, sud-coréennes, taïwanaises, australiennes et néo-zélandaises, à condition que chacun y contribue selon ses population et produit intérieur brut.

L'Europe, indécise et impuissante

Disons que les capacités européennes sont dérisoires comparées à celles des États-Unis d'Amérique, car il n'y a pas de « défense européenne » et parce que les États européens se sont désarmés à outrance depuis la fin de la guerre froide. L'Europe doit agir comme Charles de Gaulle fait au début des années 1960, afin que la France puisse contribuer à faire face à la menace soviétique en Europe. Il a créé une force de dissuasion nucléaire, un corps de bataille aéroterrestre, une force de défense du territoire et des forces d'intervention hors d'Europe pour maintenir ou rétablir la paix dans notre voisinage. C'est ainsi qu'il faut concevoir une défense européenne. Cela requiert notamment des pouvoirs exécutifs et législatifs européens légitimes, efficaces et efficients.

L'Europe ne doit plus, pour l'instant, participer aux diverses coalitions menées par les États-Unis d'Amérique contre les États dits voyous, mener des campagnes aériennes, fournir des forces de maintien de la paix, des forces d'interposition ou de stabilisation ou des forces d'intervention humanitaire. Il a l'occasion, pour un temps, de se concentrer sur la principale menace. Elle est confrontée au fait que la guerre en Europe n'est plus impensable. C'était déjà le cas il y a vingt ans, lors de l'implosion de l'ex-Yougoslavie, mais nos dirigeants ont peu de réactivité ni de mémoire. Ils n'ont pas développé d'autonomie stratégique, c'est-à-dire d'autonomie politico-militaire, ni au niveau des États, qui n'en ont plus les moyens, ni au niveau européen, car cela impliquerait de lui transférer un certain nombre de pouvoirs souverains et compétences symboliques des États.

Cela reste une étape difficile à franchir pour nos gouvernements. Même les événements dramatiques qui se déroulent en Ukraine ne semblent pas générer la volonté politique nécessaire, même si l'opinion publique est de plus en plus consciente de l'urgence de ce transfert. Ce n'est pas surprenant. Presque partout, dans tous les domaines, on constate un écart grandissant entre les peuples et leurs élus.

L'Union européenne (UE) et certains États européens ont été en mesure d'apporter une aide minimale à l'Ukraine, bien moins que les Américains et les Britanniques : les Britanniques en font presque autant que les 27, les Américains en font dix à vingt fois plus. La Facilité européenne pour la paix a contribué à cette action de l'UE par une transmutation. Mis en place en juillet 2020 pour financer des équipements, majoritairement non létaux, pour les pays du Sahel que l'Europe soutenait dans leur lutte contre le terrorisme islamiste, il a surtout permis en 2022 à l'UE de rembourser la fourniture d'armes létales par les États membres à l'Ukraine. Or, ce n'était que 3 milliards d'euros en dix mois, l'enveloppe des sept ans étant épuisée, le Conseil européen a donc décidé d'augmenter ce budget de 2 milliards d'euros à court terme et de 5.5 milliards d'euros à moyen terme et si nécessaire, après trois mois de discussions. Cela paraît presque à la bureaucratie européenne, mais c'est beaucoup trop long en temps de guerre. Cela confirme à la fois l'incapacité de notre gouvernance intergouvernementale à gérer les crises et l'impécuniosité des Européens continentaux, près de six ans après les déclarations de M. Macron en faveur d'une défense européenne. Au lieu de faire ce qu'il faut pour y arriver, il a accepté la coopération structurée permanente (CSP) sur le stérile modèle allemand.

Une coopération structurée en permanence : un écran de fumée

La CSP « allemande », comme le prévoyait le président Chirac depuis 2000, s'est révélée incapable de combler nos lacunes capacitaires et notre retard technologique.

Le rapport d'étape du Haut Représentant sur le CPS de juillet 2022 a révélé une fois de plus qu'il ne tient pas ses promesses. Le rapport montre que la plupart des États membres ont augmenté leurs dépenses de défense, pour tenter d'atteindre 2 % du produit intérieur brut, mais les objectifs de 20 % de dépenses de R&D et de 35 % de dépenses d'équipement en coopération sont loin d'être atteints. Les achats conjoints ont même diminué, passant de 11 % en 2020 à 8 % en 2021. De nombreux déficits persistent dans les contributions aux missions et opérations militaires de l'UE, aux groupements tactiques de l'UE, à la Force de réaction rapide, aux structures de commandement et de contrôle des missions et des opérations, y compris la planification militaire de l'UE. et capacité de conduite (MPCC). Les États utilisent peu l'expertise de l'Agence européenne de défense et les outils de développement et de planification capacitaires de l'UE.

Le rapport du Parlement européen de décembre 2022 sur le PSCO déplore que les États membres n'utilisent pas pleinement le cadre du PSCO et que les progrès dans sa mise en œuvre restent largement en deçà des attentes. Elle considère qu'aucune mesure robuste et efficace n'a été mise en place pour dissuader l'agression russe contre l'Ukraine. Elle considère que l'Europe est confrontée à la combinaison de menaces la plus complexe depuis la fin de la guerre froide et qu'en réponse, l'UE doit de toute urgence renforcer l'efficacité de sa politique étrangère, de sécurité et de défense et donc ses capacités dans ce domaine. Il rappelle qu'entre 1999 et 2021, les dépenses de défense de l'UE ont augmenté de 20 %, contre 66 % pour les États-Unis d'Amérique, 292 % pour la Russie et 592 % pour la République populaire de Chine, et que ces deux derniers pays utilisent leur puissance militaire pour intimider, menacer et attaquer leurs voisins.

Il déplore que la fragmentation industrielle du développement et de l'approvisionnement des capacités militaires européennes coûte entre 25 et 100 milliards d'euros chaque année et ait un impact considérable sur la compétitivité globale du secteur de la défense. Elle regrette que les États membres n'aient acheté de manière collaborative que 11 % de leurs équipements totaux en 2020 et 8 % en 2021, malgré leur engagement d'atteindre 35 % des achats communs de défense.

Elle rappelle que l'ambition de l'UE d'agir dans le domaine de la sécurité s'est exprimée il y a plus de 20 ans, et que les résultats en termes de capacités, d'interopérabilité et de coopération restent limités, malgré la mise en place de l'Agence européenne de défense, le Plan de développement des capacités, la PESCO, la capacité militaire de planification et de conduite (MPCC) et la revue annuelle coordonnée de la défense.

Elle dénonce le fait que depuis 2017, 61 projets ont été lancés dans le cadre de la CSP sans qu'aucun d'entre eux n'aboutisse à des résultats tangibles ; que la Commission européenne et le Service européen pour l'action extérieure ont proposé la mise en place de l'instrument de renforcement de l'industrie européenne de défense par la passation conjointe de marchés (EDIRPA), qui devrait être doté de seulement 500 millions d'euros, soit environ 1 euro par citoyen européen.

Il indique que les missions et opérations PSDC souffrent d'une prise de décision lente et d'une micro-gestion excessive par le Conseil européen.

En revanche, le rapport considère à tort que la boussole stratégique « est une dynamique majeure qui pourrait donner l'impulsion nécessaire à la mise en place d'une véritable Union de Défense, capable de consolider l'approche intégrée de l'UE et lui permettant d'être un véritable acteur de la domaine de la sécurité et un partenaire fiable ».

C'est oublier que la boussole stratégique n'est qu'une déclaration d'intention, qui ne peut mettre fin au gaspillage des dépenses de défense en Europe, car l'usage de la force restera une prérogative des États. Pour que l'Europe devienne une puissance militaire efficace et efficiente, et donc dissuasive, il faut et il suffit qu'elle crée un Etat fédéral.

La guerre en Ukraine

Poutine stoppa provisoirement la reconquête ukrainienne de l'oblast de Louhansk grâce à la saison des pluies, à la mobilisation et au rétablissement d'une discipline stalinienne : l'interdiction de se rendre et les détachements de barrage du second échelon : la mort est certaine si on bat en retraite, la mort est possible si on en avant.

Négligeant l'échec d'Hitler avec ses missiles V1 et V2, Poutine a ensuite bombardé avec des missiles et des drones pour détruire l'infrastructure civile vitale de l'Ukraine, mais le manque de munitions et l'efficacité croissante de la défense aérienne, antimissile et drone de l'Ukraine, grâce aux livraisons de systèmes occidentaux, est réduisant progressivement les dégâts.

L'Ukraine a développé sa capacité à frapper loin en Russie. Deux bases russes sont touchées le 6 décembre, à 850 km et 700 km de Kharkiv, ainsi qu'en Crimée et même à Novorossiysk dans le Caucase. Cela menace le ravitaillement des troupes russes stationnées en Crimée, mais aussi celles de la rive gauche du Dniepr, à l'ouest de Melitopol. Une percée ukrainienne dans l'oblast de Zaporijia couperait en deux la zone reliant la région russe de Rostov sur le Don et la Crimée. Une percée ukrainienne du front Svatove - Kreminna pourrait forcer la Russie à évacuer au moins la partie de l'oblast de Lougansk qu'elle a envahie à l'été 2022.

Poutine tente de persuader l'opinion occidentale d'arrêter d'aider l'Ukraine, en jouant sur les conséquences de la guerre sur la vie quotidienne et sur les peurs, notamment d'un conflit mondial. À cet égard, le général à la retraite ben cogne, ancien commandant des forces terrestres américaines en Europe, estime que si Poutine devait utiliser une arme de destruction massive, nucléaire, chimique ou bactériologique, M. Biden riposterait probablement violemment, mais avec des armes conventionnelles. Il aurait pu détruire des bases, des postes de commandement et des armements russes en Ukraine occupée, y compris en Crimée, mais aussi en mer Noire, en Transnistrie, en Abkhazie, en Ossétie du Sud et en Syrie. Les différentes bases de Wagner en Afrique sont également vulnérables.

A force de défaites Poutine finira-t-il par être défié, l'appareil sécuritaire ne le soutiendra pas indéfiniment. L'aventurisme de Khrouchtchev pendant la crise cubaine a provoqué son éviction. Un régime de Moscou plus démocratique et moins agressif pourrait progressivement normaliser ses relations avec l'Occident, surtout si l'Europe se dote de forces de dissuasion pour maintenir la paix chez elle et aider à rétablir la paix en Ukraine, en Moldavie et en Géorgie.

Qu'est-ce qui devrait être fait?

La défense de l'Europe devrait devenir une partie plus importante du projet européen. Une plus grande intégration des efforts militaires de l'Europe est nécessaire. L'Europe devrait avoir des capacités de défense, une chaîne de commandement solide, fiable et efficace et une prise de décision rapide, mais sans chevauchement ni duplication avec l'OTAN. Le conflit en Ukraine a montré les faiblesses d'une armée russe qui ne valorise pas la formation professionnelle, qui n'a pas de doctrine adaptée à un environnement opérationnel changeant, dispersé et complexe, et qui n'a pas de processus décisionnel rapide. En priorité, nos armées devraient investir dans le personnel, l'éducation, la formation et l'infrastructure pour soutenir le personnel en garnison et en opération.

Deuxièmement, pour éviter les surprises stratégiques, nous devons atteindre la supériorité technologique, pour dissuader quiconque de déclencher une guerre conventionnelle. Cela nécessite des processus d'approvisionnement de défense courts, pour pouvoir adapter nos forces à des circonstances inattendues, et une base industrielle et technologique de défense agile et robuste, tournée vers la coopération, défragmentée et à la pointe de la technologie. C'est pourquoi nos dépenses de défense doivent devenir efficaces.

Les concepts de mutualisation et de partage dans le cadre de l'UE et de défense intelligente dans le cadre de l'OTAN ont échoué depuis une décennie à accroître l'interopérabilité. Seule une Europe fédérale peut établir une véritable défense en Europe. Cela paraît utopique, mais Cavour et Garibaldi n'ont-ils pas unifié une Italie fragmentée depuis la chute de l'Empire romain ?

Contrairement à leurs concitoyens, de nombreux dirigeants européens soutiennent encore que seule une capacité nationale permet d'agir, au bon moment, dans le bon but, pour répondre aux menaces et assurer la sécurité. C'est pourquoi ils ne veulent coopérer avec d'autres États qu'à travers des traités spécifiques, alors que la vie des soldats des armées nationales ne devrait pas être mise en danger sur la base d'une décision unanime du Conseil européen.

En Europe, on assiste à une dégradation de la démocratie : alors que dans les États-nations, la souveraineté est progressivement passée du souverain au peuple, dans l'UE, c'est l'inverse : le Conseil européen a progressivement concentré l'essentiel du pouvoir. Le Parlement européen, élu directement mais illégitimement, lui est devenu inféodé, tout comme la Commission européenne et les parlements nationaux.

Tous les Européens doivent donc soutenir les efforts du S€D pour parvenir à une Europe fédérale, condition nécessaire à la mise en place d'une défense européenne efficace et efficiente.


Les principaux pays européens (France, Allemagne, Italie, Pays-Bas, Norvège, Pologne, Espagne, Turquie et Royaume-Uni) comptaient 18,941 1992 réservoirs en 4,372, qui tomberont à 2022 77 en 3,660, soit une baisse de 1,586 % ; 57 180 avions de combat, qui passeront à 109 39, soit une baisse de 107 % ; 57 gros navires de combat, qui passeront à 47, soit une baisse de 2022 % ; et 30 sous-marins, qui passeront à 60, soit une baisse de XNUMX %. Les données XNUMX doivent également être réduites de XNUMX à XNUMX % selon les pays et le type de système d'arme, pour obtenir les nombres de systèmes opérationnels. Ceux-ci sont peu interopérables compte tenu du grand nombre de types de chars, de véhicules blindés de combat, d'artillerie, d'avions et d'hélicoptères de combat, de navires, de missiles, etc. Voir Géorgienne Cavendish, David Chinn, Nadine Griesmann, Hugues Lavandier et Tobie Otto, Invasion de l'Ukraine : implications pour les dépenses de défense européennes, McKinsey & Company, https://www.mckinsey.com/industries/aerospace-and-defense/our-insights/invasion-of-ukraine-implications-for-european-defense-spending, Décembre 2022.

Tom Vandenkelaere, Rapport annuel 2022 sur la mise en œuvre de la politique de sécurité et de défense commune, Bruxelles, Parlement européen, A9-0296/2022, https://www.europarl.europa.eu/doceo/document/A-9-2022-0296_FR.html, 13/12/2022.

Hans Petter Midtun, « Guerre russo-ukrainienne. Jour 286 : Les troupes russes ont lancé une attaque massive de missiles sur l'infrastructure critique et civile de l'Ukraine » dans Euromaidanpress, https://euromaidanpress.com/2022/12/06/russo-ukrainian-war-day-286-russian-troops-launched-a-massive-missile-attack-on-the-critical-and-civilian-infrastructure-of-ukraine/, 6/12/2022.


Dans quelle mesure ce message vous a-t-il été utile?

Cliquez sur les étoiles pour évaluer la publication !

Évaluation moyenne 5 / 5. Nombre d'avis: 1

Aucun avis pour l'instant.

Je suis désolé que le message ne vous ait pas été utile !

Permettez-moi d'améliorer ce post!

Comment puis-je améliorer ce message ?

Pages vues : 9 | Aujourd'hui : 1 | Compte depuis le 22.10.2023 octobre XNUMX

Partager:

  • Cher Jean, précisément à cause de tous les arguments donnés ci-dessus, je ne pense pas que faire cavalier seul en Europe soit faisable ou opportun.

    Il y a des raisons pour lesquelles nous avons l'OTAN et elles sont encore plus sérieuses aujourd'hui qu'elles ne l'étaient alors.