Newport Beach

5.6.02022

Plage de Newport | © Bettina Kummerle

Hamlet

Hier, j'ai été autorisé à voir Hamlet comme un opéra. Certes, je ne savais pas du tout jusque-là qu'il y avait un opéra correspondant. Mais si j'y avais pensé au préalable, il m'aurait certainement semblé inhabituel qu'une pièce aussi populaire, jouée depuis bien 400 ans, ne soit pas également disponible en opéra.

Et c'est ainsi qu'hier j'ai pu apprendre qu'elle était jouée parallèlement à celle jouée par le Metropolitan Opera Opéra Hameaulequel de Brett Doyen créé en Australie en 2017, il existe d'autres opéras. Que le Metropolitan Opera a opté pour la version de Brett Doyen décidé peut servir d'indication qu'il est non seulement très difficile de transformer cette pièce en opéra, mais aussi qu'il est Brett Doyen a probablement été le meilleur jusqu'à présent.

Quoi qu'il en soit, la musique n'a pas seulement demandé un certain temps d'adaptation, elle a aussi certainement mis les chanteurs au défi. Le conducteur Nicolas Carter a indiqué dans une interview que c'était aussi un défi pour lui, qu'il était heureux d'accepter rétrospectivement.

Pendant la représentation, je n'ai pu qu'admirer les chanteurs, comment ils ont mis en harmonie le texte et la musique et ont également montré plus de gestes et de mouvements que ce n'est généralement le cas dans les opéras. j'ai aimé ceux Brenda Rae meilleur comme Ophélie. Je pense que l'intégration de Rosencrantz et Guildenstern dans la pièce a été moins réussie - mais les deux chanteurs n'y peuvent rien - et l'un ou l'autre insert burlesque ne rend pas justice à Hamlet en tant que matériau non plus.

La caractéristique de l'opéra était une conversation entre quatre dames âgées après la représentation de l'opéra, que j'ai pu entendre par hasard. Après qu'ils eurent tous porté l'opéra aux nues, l'aînée demanda soudain à ses amis : "Et vous avez tout aimé ?"

territoire inconnu

C'est avec un grand étonnement que j'ai lu aujourd'hui que même des êtres humains soi-disant intéressés classent désormais les technologies de l'information parmi les connaissances de base pour les générations futures et mettent ainsi de facto en bonne forme les "nouveaux bavardages terrestres" des destructeurs habituels de l'Allemagne, de l'Europe et de la démocratie. Agir et penser de manière indépendante devient de plus en plus impopulaire - c'est tout à fait suffisant si vous pouvez vous déplacer avec des certificats et des diplômes, et peu importe que vous les ayez réellement acquis.

Et il en va de même pour nous avec les technologies de l'information, comme c'était le cas avec la démocratie dans le Mecklembourg à l'époque. Je suis heureux de citer à cet égard — non, pas Otto von Bismarck, mais les sociaux-démocrates Franz Starosson, qui avec sa déclaration au parlement du Land de Schwerin "La démocratie finira par l'emporter aussi dans le Mecklembourg, ici dans un pays où l'on dit que tout viendra 500 ans plus tard.' le tout il y a plus de 100 ans et - du point de vue d'aujourd'hui - le résumait pour tout notre pays. Otto von Bismarck a fait des 500 ans des 50 ans politiquement corrects et a ainsi montré qu'il connaissait déjà mieux ses concitoyens, car les "50 ans de retard" fonctionnent encore assez bien chez nous aujourd'hui - du moins en ce qui concerne les technologies de l'information.

J'étais certainement tout sauf un bon élève, assidu ou du moins agréable, mais même moi j'ai dû réaliser à la fin des années 1970 que ma vie ne serait pas possible sans l'informatique. Et donc, pour le meilleur ou pour le pire, j'ai suivi un cours d'informatique à l'école. L'ordinateur de l'école était alors - je ne serais pas surpris si c'était encore le cas aujourd'hui - un Wang de la taille d'un bureau avec 64k de RAM. Et si vous aviez une bonne relation avec le professeur, vous pouviez imprimer le code informatique que vous aviez écrit vous-même, ce qui était une nécessité absolue à l'époque, du moins pour les gens plus normaux.

Et malheureusement, mes craintes à l'époque étaient fondées, car au plus tard dans les années 1990, aucune personne à moitié productive dans le monde du travail ne pouvait se passer de connaissances de base en informatique. Inévitablement, cela a conduit à un tout nouveau type d'employés dans notre société, ceux qui pourraient passer toute une vie professionnelle sans au moins jamais connaître la différence entre un télécopieur, un copieur ou même une déchiqueteuse, sans parler de la programmation ou de l'utilisation d'autres outils. — Je n'accepte pas le solitaire de Microsoft ou le tireur Moorhuhn, même s'ils étaient la raison pour laquelle l'un ou l'autre patron ou chef de service devait toujours avoir le dernier ordinateur sur son bureau.

Et au moins depuis que l'on a appris que vous pouvez également utiliser Internet pour Facebook, YouPorn ou pour planifier vos prochaines vacances, il est devenu courant ici qu'au moins chaque «employé de bureau» - la moisissure noire - doive avoir un PC sur leur bureau . D'ailleurs, c'était déjà le cas pour nous il y a 20 ans !

Donc, pour revenir au début, je ne comprends absolument pas quand les gens propagent que la technologie de l'information est un nouveau territoire ou qu'elle doit faire partie des connaissances de base des générations futures. Je suis convaincu que quiconque ne peut pas programmer lui-même une base de données ou du moins la mettre en service aujourd'hui n'a pas sa place dans nos instances et doit être licencié au plus vite !


anniversaire du jour

Pancho Villa

2 commentaires sur “5.6.02022 »

  1. Je n'ai pas pu regarder Hamlet – était sorti avec d'autres événements samedi. Je ne connais pas cet opéra - mais je saisirai la prochaine occasion de le voir. C'est certainement un défi pour les chanteurs – il y a beaucoup de nouvelles musiques.

    J'ai trouvé votre courte critique aussi bonne qu'amusante. Le Met se défie lui-même et son public une ou deux fois par saison - c'est très important et aussi courageux car ils dépendent beaucoup des sponsors privés. Je suis très reconnaissant pour The Met at the Movies et j'irai dès que mon emploi du temps le permettra! Je trouve toute la production et les interviews etc. un énorme enrichissement pour le monde de l'opéra.

    J'aimerais beaucoup vous parler de tout ce qui concerne Dieu et le monde - il y a un grand nombre de sujets ces jours-ci où votre avis d'expert serait bon à entendre.
    Nancy, Toronto - Canada

Poster un commentaire

Ihre E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht.