citoyen en colère

Photo en vedette : Activiste féminine | © Shutterstock

Certains pensent qu'un citoyen en colère est le pur pendant du citoyen courageux, que l'on trouve toujours dans les moments difficiles et qui, malgré ou peut-être à cause de la situation oppressive qui prévaut sur place, prend la parole et revendique ses propres droits civiques.

Comme très bons exemples, le Citoyen commun de Chine — et ici en particulier Hong Kong — ou la Fédération de Russie, qui sont assassinés par l'État pour leurs actes, ou du moins emprisonnés, violés ou torturés.

Les citoyens en colère, en revanche, sont plus susceptibles de se trouver dans nos sociétés ouvertes, où ils sont autorisés à exprimer haut et fort leur indignation perçue ou réelle dans tous les endroits imaginables et font également usage de ce droit de plus en plus souvent.

L'erreur ici est de voir ces citoyens en colère comme la contrepartie du citoyen courageux, parce que la contrepartie du citoyen courageux est en fait le « citoyen indifférent », précisément ce citoyen qui ne se soucie de rien tant qu'il obtient ses besoins de base couverts (transformateur primaire) ou, si possible, peut maximiser ses propres profits sans être dérangé (gagnants de la crise) ; tout comme l'indifférence, et non la haine, est le contraire de l'amour.

Alors, qu'est-ce qui définit le citoyen en colère ?

Un citoyen en colère est un citoyen qui, d'une part, se soucie de « son état » et, d'autre part, n'est pas du tout satisfait de la situation actuelle du pays. Et troisièmement, il y a l'impuissance qu'il ne croit plus à pouvoir faire changer les voies démocratiques qu'il a empruntées jusqu'à présent, et certaines d'entre elles sont très empruntées.

Ce qui est vraiment mauvais, c'est que les problèmes affectant la société dans son ensemble dans notre pays sont devenus si vastes, si divers et si étendus que les citoyens dans leur ensemble croient à peine qu'ils peuvent apporter un changement positif - la baisse continue du taux de participation électorale peut être considéré comme un signe de cette volonté.

Pire encore, la "majorité silencieuse" des citoyens est née en tant que "citoyens égaux" et continue de s'accrocher à la croyance erronée que cela suffira, au moins pour eux-mêmes. La baisse des adhésions à tous les partis politiques et les assurances semblables à des moulins à prières que les pensions sont sûres en sont deux indications.

Mais le pire, c'est que, bien que les parlements et les administrations soient maintenant pleins à craquer et que de plus en plus d'institutions étatiques, semi-étatiques et dépendantes de l'État soient créées, qui établissent une relation de pourcentage "saine" entre l'appareil d'État et les citoyens de plus en plus au mal - ce qui finit par nuire à tous les citoyens frappés d'incapacité et d'autre part ça n'a pas de prix – Les problèmes existants et futurs de la société dans son ensemble ne sont ni abordés ni recherchés pour des solutions réalisables.

C'est précisément ce manque de viabilité future et la réticence apparente de ceux qui agissent actuellement à même de penser à des solutions - que, soit dit en passant, les politiciens du gouvernement sont toujours heureux de colporter ("Les solutions aux problèmes connus ne sont recherchées que lorsqu'elles sont spécifiquement exigées par le Bild journal pendant des semaines. ’), désespérant les citoyens intéressés. Même si je suis convaincu qu'il ne s'agit pas d'une réticence mais d'une pure incompétence de la part des responsables, cela n'en change pas les effets.

Et même si un citoyen essaie d'apporter des changements en "traversant les autorités" - mieux : "par les partis", il doit vite se rendre compte que lui seul n'a aucune chance d'y apporter même ses connaissances et son expertise, car c'est pas demandé du tout en principe, ni pertinent pour les parties en aucune façon ; ils sont maintenant confrontés à eux-mêmes et aux réglementations et traditions qu'ils ont créées - un monde à part qui a perdu tout lien avec la réalité.

Pour la deuxième alternative, une « marche à travers les administrations et les appareils », l'intention et la tentative arrivent généralement trop tard pour pouvoir aboutir à quoi que ce soit, car la bureaucratie se recrute depuis longtemps. Et au plus tard quand on se rend compte leurs deux credos « une administration n'est jamais assez grande, et le citoyen est là pour l'administration », on y est persona non grata.

La troisième alternative, à savoir fonder son propre parti ou même un mouvement, est non seulement très, très fastidieuse et laborieuse, mais est au moins vue avec suspicion de toutes parts. Et ici aussi, si vous suivez ce chemin, alors à un très jeune âge et avec un haut niveau d'abnégation.

Il ne reste donc généralement que la quatrième alternative, l'occupation de l'espace public (virtuel et réel), dans laquelle, dans les sociétés ouvertes, celui-ci est également à juste titre là pour tout le monde et donc l'occuper est plus difficile que prévu.

C'est désormais de cette occupation de l'espace public que de nombreux citoyens en colère ont fait leur tâche. Et avec suffisamment de verve, de force et de persévérance, ils pourront aussi devenir efficaces dans une société ouverte et apporter des changements.

Cependant, il doit être clair pour chaque citoyen en colère que cette voie est au moins aussi difficile et semée d'embûches que les autres alternatives. L'espace public n'ayant pas ses propres règles, à la différence des partis et des institutions instituées, celles-ci doivent être créées au moins rudimentairement pour pouvoir in fine générer et transmettre l'opinion publique. Pour ne rien arranger, cet espace public est partagé avec toutes les autres créatures, qu'elles portent des chapeaux d'aluminium ou annoncent le crépuscule des dieux, et les processus de conversations, de discussions, de coordination et de documentation qui sont absolument nécessaires ici entre les gens prennent donc beaucoup plus de temps que habituel.

Mais à terme, cela en vaut la chandelle, car cela risque de bousculer certains "peu importe-citoyens", mais obligera certainement les partis et les institutions à agir seuls à moyen-long terme, pour ne pas tomber plus loin dans l'insignifiance eux-mêmes.

Et c'est précisément ce courage de gérer les conflits sociaux internes qui, à mon avis, caractérise le citoyen en colère, et dans le cas où la plupart des citoyens en colère apprécient la liberté et la démocratie en soi, conduira notre société à recommencer à bouger, maintenant et à l'avenir Reconnaît les problèmes et cherche ensemble des solutions viables.

Ce serait merveilleux si nous pouvions vivre tout cela sur la base de notre ordre fondamental démocratique libre existant, car cela nous évite à tous la question existentielle de savoir si nous serions aussi des citoyens courageux en fin de compte !


Depuis les 2èmes Entretiens Hertenstein en 2018, nous essayons également de nous rapprocher du "phénomène" des citoyens en colère et de mieux comprendre leur origine, leur sens et leur finalité. Nous avons commencé par une première série de conférences sur le thème "Les gens, leurs besoins et leurs peurs comme moteur et limite de la politique" et avons poursuivi ce sujet en 2019. Cette année nous aborderons le thème sous le titre "L'Europe en tant que projet – qu'est-ce que cela signifie pour les Européens aujourd'hui ?"Regardez-le sous un autre angle.


"La politique est la science de la liberté : le gouvernement de l'homme par l'homme, sous quelque nom qu'il se déguise, est oppression ; la plus haute perfection de la société se trouve dans l'union de l'ordre et de l'anarchie. "

 Pierre Joseph Proudhon, Qu'est-ce que la propriété ? (1840 : 346)

Poster un commentaire

Ihre E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Les champs obligatoires sont marqués avec un * marqué