Vignoble

larmes

Photo vedette : Weinberg à Stahlbühl 2017

En tant qu'habitant de Heilbronn, j'ai grandi dans une ville viticole - certains disent dans l'une des plus grandes communautés viticoles du Wurtemberg, ce qui pour une communauté franconienne occidentale devrait être une distinction - et en tant qu'écolier, j'ai pu participer à l'un ou l'autre millésime. Ce dont je me souviens le mieux, cependant, ce sont les actions spontanées d'installer des fours dans les vignes pendant la nuit, ce qui m'a semblé si bizarre déjà à l'époque que cela m'a encore plu.

Puisqu'il était encore courant à l'époque d'acheter du vin à la caisse et de le conserver en cave, j'ai acheté mon premier vin en 1979, pour le jeter à l'égout des années plus tard. L'idée de boire ce vin à l'époque ne m'était même pas venue. C'était, assez inconsciemment, probablement la raison pour laquelle j'ai commencé plus tard whisky et cognac à collecter.

Et quand je suis revenu à Heilbronn dans les années 1980 et que je sortais le soir, il était courant, du moins chez les jeunes Wengerterns, de boire le vin local avec du cola ou même du schnaps. Dans les pubs bavarois, aussi loin que je me souvienne, cela s'appelait du sang de cerf ou de bœuf, et dans notre pays, c'était la Corée.

À la fin des années 1980, j'ai trouvé des camarades du nord de l'Allemagne de tous les endroits qui non seulement trimballaient le vin Heilbronner chez eux par la caisse, mais aussi l'offraient dans nos casinos. C'est à ce moment-là que j'ai appris à aimer le Kerner car, contrairement au Riesling, il ne mettait pas trop l'estomac à rude épreuve. Et bien sûr le Lemberger, qui, fait intéressant pour moi, a pu terminer la soirée sans ajout d'alcool supplémentaire.

Les camarades plus âgés et surtout buveurs préféraient "le Göhring" de Heilbronn — rétrospectivement, j'espère à cause du goût et non à cause du nom — et quand ils ont appris que c'était mon voisin et que j'allais à l'école à travers ses vapeurs de soufre, rien ne m'empêchait de devenir officier de casino sur la base du volontariat.

Quelques années plus tard, alors que je m'orientais professionnellement vers la France, j'ai découvert le vin comme un aliment de luxe. Mais cela signifiait également que, au moins la première année, j'avais une liste après chaque déjeuner et que je devais mettre mes heures de travail productives en fin d'après-midi.

Depuis ce temps, le vin français a grandi sur moi, et puisque chaque régiment français a de bonnes relations avec une cave ou une maison de champagne, nous pouvions nous permettre l'indulgence.

Au cours de ces 10 années environ, l'une ou l'autre caisse de vin Heilbronner a fait son chemin jusqu'en France, et j'ai pu constater que c'était le meilleur Lemberger que buvaient mes camarades, et pas seulement par politesse. J'ai également pu vivre cette expérience pendant une bonne trentaine d'années lors de nos fêtes de famille sur le Gaffenberg, où il ne restait plus de Lemberger, mais d'autres vins de production locale étaient les bienvenus.

Comme j'ai également séjourné quelques semaines aux USA une fois par an dans les années 1990 et XNUMX, j'y ai découvert et aimé le vin californien, ma tante notamment, qui y habite, a attiré notre attention à plusieurs reprises sur les meilleurs vins de Californie, qui sont à mes yeux peuvent bien accompagner les vins de Bordeaux.

Mes années de service m'ont ensuite permis de connaître et d'apprécier le vin espagnol, car mes camarades espagnols ne voulaient tout simplement pas accepter mon affinité pour les vins français. Cependant, ces années ont également conduit au fait que nous avons tous pris conscience du vin sud-africain et avons également appris à l'apprécier, probablement parce que les itinéraires de transport militaire ainsi que les conditions climatiques dominantes n'étaient pas bonnes, même pour le meilleur vin français ou espagnol.

Au cours de mes dernières années de service, j'ai également fait la connaissance de camarades italiens, et leur amitié m'a amené à connaître et à aimer les régions viticoles d'Italie jusqu'à ce jour - actuellement, ce sont les Pouilles - ce qui rend ma meilleure moitié particulièrement heureuse, qui a un très une affinité particulière pour l'Italie a.

Sans être vraiment devenu un grand connaisseur de vin, mais qui aime boire de bons vins, je n'ai en fait acquis qu'une seule idée : la bière et le vin ont un point commun, ils ont meilleur goût là où ils sont produits.

C'est pourquoi je pense toujours que c'est bien si j'obtiens un bon Lemberger avec mon rôti d'oignon, qui peut aussi provenir de la région de Brackenheim.


"Le vin rouge est pour les vieux garçons - l'un des meilleurs cadeaux."

Guillaume Busch, Aventures d'un célibataire

Poster un commentaire

Ihre E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht.