États-Unis-américains

Photo publiée : drapeau des États-Unis | © Pixabay

Non seulement depuis la libération de l'Allemagne du national-socialisme en 1945, les Américains font partie intégrante de notre paysage urbain, car les relations germano-américaines sont bien plus profondes, mais sans le mérite des soldats américains de 1945 à 1992 pour notre pays en général et la volonté de rabaisser la ville de Heilbronn en particulier.

Depuis le XVIIIe siècle au plus tard, les Allemands émigrent, parfois même en masse, vers les États-Unis d'Amérique, et depuis lors, il y a toujours eu des migrations de retour, des visites des États-Unis et, surtout, un soutien américain non seulement pour Allemagne restant membres de la famille.

Mais c'est aussi un fait que les Américains, après la fin de la Seconde Guerre mondiale, ont eu un impact majeur sur le paysage urbain de Heilbronn et ont probablement aussi constitué la plus grande minorité à Heilbronn jusqu'en 1992.

Les Américains vivaient non seulement dans de nombreuses casernes à l'intérieur et à l'extérieur de Heilbronn, mais étaient également les bienvenus locataires d'appartements et de maisons. Non seulement les concessionnaires automobiles de Heilbronn, les compagnies de taxis et surtout l'industrie de la restauration n'auraient guère existé dans cette variété, quantité et qualité sans nos concitoyens américains.

Le fait que Heilbronn soit désormais relié à l'approvisionnement en eau du lac de Constance est également dû aux Américains, qui ont d'abord exigé le réservoir d'eau "Schweinsberg" d'une capacité de 24.000 XNUMX m³ pour leur caserne en contrebas.

Pour nous Heilbronners, qui avons vécu à Heilbronn des années 1950 aux années 1990, il était probablement impossible de ne pas engager la conversation avec des Américains ou même de cultiver des connaissances et même des amitiés. Et le festival annuel folklorique germano-américain manque à beaucoup, dont moi.

Et il n'est donc pas surprenant qu'il y ait encore des Américains à Heilbronn qui sont restés ici par amour ou simplement parce qu'ils aiment ça à Heilbronn.

Ma relation avec les Américains était d'abord familiale, car une tante a épousé un soldat américain de Neckarsulm et une autre tante a pu émigrer aux États-Unis avec l'aide d'une famille américaine de Heilbronn.

Plus tard, c'est le sport qui m'a mis en contact avec d'autres Américains, car les jeunes soldats cherchaient toujours des gars pour jouer au basket avec eux, ou à l'entraînement au teakwondo, que la communauté américaine avait toujours d'excellents entraîneurs à montrer. j'aime me souvenir Mars Sagarion et ses entraînements de retour. Même en dansant, il y avait toujours des points de contact, car les parents américains, du moins quand j'étais jeune, aimaient aussi envoyer leurs enfants à l'école de danse.

Plus récemment, mes relations avec la communauté américaine ont été plus professionnelles, car en tant que soldat, quand à Heilbronn, j'aime utiliser le casino local ou profiter du PX, depuis que j'avais appris à aimer le beurre de cacahuète, le pop-corn et la crème glacée. depuis ma jeunesse.

Fait intéressant, après son apprentissage bancaire et un séjour aux États-Unis, ma future épouse a trouvé un emploi dans une banque américaine, qui exploitait à l'époque des succursales dans la caserne de Heilbronn, entre autres.

Certes, il y a toujours eu des désaccords entre la population civile de Heilbronn et leur garnison, mais ceux-ci sont inhérents à toutes les villes de garnison et n'indiquent donc pas une mauvaise relation entre les Américains et nous les Allemands ou une inconduite "américaine", mais un seul pur individu, laisser réduire.

Au contraire, dès le début, de nombreuses personnes à Heilbronn ont vu leurs compatriotes américains comme de purs occupants, et donc la guerre perdue non pas comme la libération d'un régime terroriste, mais comme une autre honteuse défaite nationale.

A cela s'ajoutait un pur racisme, qui était étonnamment soutenu par un certain nombre de personnes de Heilbronn : les panneaux "OFF LIMITS" sont certainement encore bien mémorisés par nous tous.

Au début ou au milieu des années 1980, j'ai dû constater par moi-même que c'était un problème majeur à Heilbronn lorsque j'ai amené sans réfléchir deux camarades noirs africains à Heilbronn pendant quelques jours ; J'ai encore de bons souvenirs du choc rigide sur les visages de nombreuses personnes à Heilbronn qui s'étaient auparavant habituées aux soldats américains noirs.

Au plus fort de la guerre froide, nos compatriotes américains sont devenus la surface de projection de toutes les haines et de tous les préjugés de la Cinquième Colonne, qui au moins à cette époque comptait également des membres très nombreux et très actifs à Heilbronn.

Avec la fin de la guerre froide et la réunification de l'Allemagne, tout le monde s'accorde à dire que le Maure a fait son devoir et demande et promeut à l'unanimité le redéploiement des forces américaines.

D'une part, les propriétés abandonnées des États-Unis et de la Bundeswehr étaient extrêmement précieuses pour le développement ultérieur de Heilbronn, mais d'autre part, Heilbronn a également beaucoup perdu lorsque les Américains sont partis.

Car la ville de Heilbronn s'est appauvrie, tout comme après l'expulsion et l'extermination de nos concitoyens juifs, avec le départ de nos concitoyens américains - même si cela ne se remarque pas immédiatement dans le portefeuille.


"Quand une chose est faite, elle est faite. Ne regarde pas en arrière. Attendez-vous à votre prochain objectif." 

Georges Marshall, cité par Tom Callahan (2 juin 2005)