parlementarisme

Photo publiée : Parlement hongrois | © Pixabay

Dans l'Union européenne, nous vivons tous dans des démocraties parlementaires, et la fin de celles-ci devient de plus en plus évidente. Nous n'avons même plus besoin de pointer du doigt la Hongrie ou la Pologne, mais pouvons désormais regarder en toute confiance dans notre propre environnement.

Le Parlement européen doit être mentionné en premier, car pour nous, citoyens de l'Union, il aurait dû être depuis longtemps l'assemblée législative pour toutes les questions relatives au niveau européen. En raison de nos structures fédérales actuelles, il existe également les parlements nationaux respectifs, et en Allemagne, il existe également des parlements d'État, régionaux, de district et municipaux.

Ce que tous les parlements du système de parlementarisme démocratique ont en commun, et cela diffère aussi considérablement, par exemple, du Congrès du peuple chinois ou de la Douma russe, c'est que des représentants élus par le peuple se réunissent pour adopter des lois, c'est-à-dire pour décider de la législation ; le mot merveilleux pour cela est législature.

En outre, le parlement respectif élit le gouvernement correspondant, le contrôle et, au plus tard, le révoque systématiquement ; En fait, il n'est pas prévu que différents parlements élisent le même gouvernement encore et encore pendant des décennies - personne, et encore moins un chef de gouvernement, ne peut être aussi bon.

Il est intéressant de noter que l'une des plus anciennes démocraties, à savoir les États-Unis d'Amérique, a introduit une limite correspondante dès le début. Encore plus intéressant, c'est que politicien professionnel, qui n'ont d'ailleurs jamais été prévues dans le parlementarisme lui-même, courent quant à elles d'une législature à l'autre pour renverser ces limitations.

Cependant, une chose s'applique à tous les parlements dans les structures fédérales, à savoir que la législature ne doit adopter que des lois qui correspondent à leur niveau fédéral respectif et à la responsabilité correspondante envers le citoyen. Plus le système fédéral est complexe, plus les défis qui en découlent (qui décide quoi ?) pour nos représentants, et il est bien évident que plusieurs de nos représentants n'ont pas été en mesure de relever ces défis depuis longtemps.

Un autre défi pour nos parlements est de reconnaître ce qui doit être décidé et quand afin de faire avancer notre pays ou de le protéger de dommages plus importants. Au plus tard dans les années 1960, une loi sur l'immigration aurait dû être votée dans notre pays, une nouvelle législation sur les infrastructures et l'éducation aurait dû être adoptée au plus tard dans les années 1990, ainsi qu'une législation sociale viable ; une politique durable de protection de l'environnement aurait encore fait la différence dans les années 1970.

Pourtant, nos parlements n'ont pas accepté de tels défis depuis longtemps. Pratiquement aucun député n'aimerait passer par une autre législature afin d'obtenir une loi sur la voie qui sauve la société et le monde, mais ils préfèrent zapper à travers les décennies d'une législature à l'autre, si possible à la fin de leur vie parlementaire pour répandre leur sagesse dans des postes honorifiques bien dotés.

Ce qui est vraiment mauvais, c'est que beaucoup en sont encore fiers et aiment dire à tout le monde qu'un "vrai politicien" ne prend note des problèmes que lorsque la Bildzeitung a déjà traité ces problèmes dans plusieurs éditions.

De cette façon, la procrastination des décisions a été élevée au-delà des lignes de parti de la politique professionnelle à une raison d'être, et ce n'est que lorsqu'il n'y a rien de plus productif à décider que tout le monde se réjouit. Le seul "critère de succès" sont les coûts supportés par le contribuable - plus ils sont élevés, plus le politicien responsable est important.

Au fil des ans, je n'ai vu qu'une seule réponse honnête à ce sujet, et c'est de Jean-Claude Juncker, qui a dit que si vous savez quoi décider, vous ne savez pas comment vous allez être réélu par la suite.

Probablement parce que nos parlements n'ont pas été en mesure de relever au moins ces deux défis évoqués ci-dessus depuis longtemps, et que les défis auxquels est confrontée la société dans son ensemble deviennent de plus en plus grands et urgents, de nombreux exécutifs se sentent obligés d'initier des décisions et de les surveiller eux-mêmes, contraire au credo de la séparation des pouvoirs et tous les principes démocratiques sont tombés.

Au cas où les parlements s'en apercevraient, il ne reste plus qu'à approuver ensuite les décisions du gouvernement ; COVID-19 et BREXIT peuvent servir d'exemples actuels.

On pourrait désormais dénouer et cela en lien avec une Bundestag car plus les décisions gouvernementales sont ensuite approuvées par des applaudissements frénétiques, plus leur légitimité démocratique est grande aux yeux des responsables.

Étant donné que nous, les humains, ne pouvons pas changer et que les parlements ne se laissent guère écarter des voies déjà bien tracées - où le Parlement européen lui-même ne s'efforce même plus de s'engager sur la voie pour laquelle il était autrefois destiné -, mais nous avons probablement tous un majorité dans nos démocraties parlementaires, nous avons un besoin urgent non seulement d'une convention constitutionnelle au niveau européen, mais d'une convention constitutionnelle européenne pour l'ensemble de l'UE, y compris ses structures fédérales.

L'un des résultats de cette convention constitutionnelle doit être que les fonctions et mandats politiques sont explicitement limités, quel que soit le niveau.

#parlement #fédéralisme #législature


"Décider une fois toutes les quelques années quel membre de la classe dirigeante doit déformer le peuple au parlement est la véritable essence du parlementarisme bourgeois."

Vladimir Lénine, Oeuvres essentielles de Lénine (1966 : 304)
Vous pouvez soutenir ce blog sur Patreon !

Une réflexion sur "parlementarisme »

  1. Votre portrait d'une démocratie du futur est presque parfait... mais le besoin de l'UE est si urgent qu'on ne peut s'attendre à ce qu'elle évolue avec le système politique représentatif.
    Je comprends donc qu'une bonne voie vers ce genre de démocratie presque parfaite serait d'introduire le système politique suisse. Le système de la démocratie directe fonctionne dans la Fédération helvétique depuis plus de 150 ans et la satisfaction des citoyens suisses est toujours très élevée. Près de 90% des Suisses sont satisfaits de leur système politique.
    Ainsi, dans l'UE, cela peut être vu comme une confédération d'États en transition (comparable à l'ère confédérale des cantons helvétiques) jusqu'à ce qu'un système remontant à celui de la confédération helvétique soit créé.
    Le système politique suisse
    La démocratie directe, la neutralité et le fédéralisme sont les principaux éléments du système politique suisse, considéré comme très stable et équilibré. Il n'y a pas de parti politique dominant dans les deux chambres du parlement et le gouvernement est composé de sept représentants des quatre principaux partis.

    Perspectives suisses en 10 langues : https://www.swissinfo.ch/spa/el-sistema-pol%C3%ADtico-de-suiza/45810472

Poster un commentaire

Ihre E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht.