serment de divulgation

Image en vedette : Page de la Bible | © Pixabay

Hier, mon ancien patron préféré, après tout un vrai général, s'est fait demander dans les informations de la radio publique si la Bundeswehr pouvait défendre l'Allemagne ? Sa réponse a été "Non".

Pour des vérités aussi simples, les officiers de la Bundeswehr sont généralement immédiatement mis à la retraite s'ils ont eu la chance d'avoir atteint le grade de général à ce moment-là. Mon ancien patron a la chance d'être à la retraite. Dans le cas d'officiers ayant beaucoup moins de succès professionnel, cependant, leur propre carrière devient très rapidement très gérable dans de tels cas; ce qui signifie qu'à la Bundeswehr, surtout avec une jeune famille et un prêt sur une maison, vous êtes très prudent lorsqu'il s'agit de faire respecter vos droits civils fondamentaux.

En attendant, cependant, nous avons tous des problèmes bien plus importants, mais ils peuvent être attribués aux mêmes causes, à savoir des politiciens professionnels peu ou pas qualifiés, certains avec encore moins de moralité et le seul intérêt de s'enrichir dans les plus brefs délais, qui prétendent être dans l'intérêt de notre pour représenter le pays et ses citoyens.

fait 1

Nous avons une Bundeswehr pour laquelle 50 milliards d'euros sont dépensés chaque année et qui ne peut remplir sa mission. Dès le début de la Bundeswehr, le législateur a assuré qu'elle ne serait jamais vraiment prête à l'action. Cela a à voir avec l'article 87b de la Loi fondamentale et garantit que le budget de la défense peut être gaspillé aussi facilement que possible sur toutes sortes de choses. Afin de professionnaliser encore plus ce gaspillage, l'autorité monstre "Office fédéral de l'équipement, des technologies de l'information et de l'utilisation de la Bundeswehr" a été créée et il a également été assuré que le ratio initialement faible entre soldats et employés civils (7: 1) dans la Bundeswehr est probablement actuellement sera plus proche de (1:1). Et autrefois, il y avait des exigences minimales pour les soldats, aujourd'hui, il suffit qu'ils reçoivent un uniforme — même pas un bon — par le gouvernement fédéral pour être soldat.

fait 2

L'approvisionnement énergétique de la République fédérale d'Allemagne n'est plus garanti. Contrairement à tous les avertissements d'experts externes et d'États amis, la Russie s'est délibérément rendue dépendante du gaz et du pétrole russes. Et même la possibilité d'obtenir une alternative, si nécessaire, via son propre port pour le gaz liquide, a été empêchée par tous les moyens politiques à ce jour.

De plus, le nucléaire a été aboli en Allemagne trop rapidement et sans aucune alternative. Pire encore, le développement des énergies alternatives a été retardé dans la mesure du possible et jusqu'à récemment, l'approvisionnement énergétique avec le gaz russe était présenté comme la seule source d'énergie verte heureuse pour l'Europe !

Gerhard Schröder ne devrait pas être le seul politicien professionnel à gagner de l'argent stupide et stupide grâce à la destruction de l'approvisionnement énergétique allemand.

fait 3

L'infrastructure, qu'elle soit numérique, ferroviaire, fluviale, routière ou autre, en République fédérale d'Allemagne est globalement délabrée.

Avec Helmut Kohl non seulement on a commencé à achever l'extension nécessaire et à peine entamée d'une infrastructure numérique, mais aussi à privatiser cette tâche étatique dans son ensemble. Après environ 40 ans d'innombrables réussites d'entreprises privées maximisant leurs profits, force est de constater aujourd'hui que ces profits ont été réalisés uniquement au détriment de l'ensemble de notre infrastructure.

En fin de compte, non seulement nous surexploitons notre environnement, mais nous avons aussi délibérément surexploité notre propre infrastructure et nous continuons à le faire. La rénovation nécessaire s'élèvera désormais à plusieurs billions d'euros.

fait 4

Comme nous le vivons tous en ce moment, notre système de santé a depuis longtemps atteint, voire dépassé, ses limites. Et je ne veux même plus parler de notre système de retraite. Depuis longtemps, le merveilleux mensonge selon lequel "les retraites sont sûres" n'a été entretenu qu'avec l'argent des impôts - et chaque citoyen sain d'esprit se demande quand ce village de Potemkine s'effondrera enfin ?

Conclusion

Que font habituellement les politiciens lorsqu'ils ne veulent pas prêter serment de divulgation, ils recherchent des alternatives très simples. Et tragiquement, vient maintenant à eux Vladimir Poutines guerre d'agression au bon moment.

C'est pourquoi nous devons maintenant faire extrêmement attention à ce que nos politiciens responsables ne se sortent pas de leur propre misère en nous jetant tous dans une guerre mondiale !

Comme alternative, nous ne pouvons qu'offrir à nos hommes politiques qu'en raison du soutien pacifique de 40 millions d'Ukrainiens, d'autres Biélorusses et d'autres personnes, l'économie de l'Europe et nos sociétés s'effondreront ensemble et dans leur ensemble, puis nous tous ensemble dans une fédération européenne l'état recommencera à zéro.

J'espère que chaque citoyen de l'Union a maintenant remarqué qu'il n'y a pas d'alternative à une Europe unie et que nous devons arrêter avec véhémence le nationalisme à l'avenir ! De plus, nous devons veiller à ce que de nouvelles « castes » ne se forment pas dans un État fédéral d'Europe qui détruirait toute démocratie par leur simple existence.


« Écrivez ce que vous avez vu : ce qui est et ce qui se passera après.

Nouveau Testament, L'Apocalypse de Jean 1,19:XNUMX

2 commentaires sur “serment de divulgation »

  1. Cher Walther, merci pour votre commentaire. Vous êtes plutôt favorable à une confédération européenne d'Etats où l'économie est au premier plan. Les politiciens responsables au Royaume-Uni le voient de la même manière.

    Mais je suis très heureux qu'au sein de cette confédération d'États, vous voyiez la possibilité que des États fusionnent pour former un État fédéral.

    Je suis également d'accord avec vous sur le fait qu'il n'est pas nécessaire de tout clarifier et de tout réglementer au plus haut niveau — le principe de subsidiarité doit toujours être maintenu aussi haut que possible.

    Là où je ne suis pas d'accord avec vous, ce serait la possibilité même de penser à un système dirigiste en Europe ! Je suis convaincu que nous avons aussi une responsabilité vis-à-vis de nos concitoyens mineurs.

    J'espère que nous pourrons discuter de tout cela plus en profondeur lors des prochains pourparlers Hertenstein.

  2. Cher Heinrich, pour être franc, je crois – en accord alarmant avec votre analyse – que la solution ne peut être trouvée en abolissant tous les nationalismes. L'échec de l'Union européenne depuis longtemps tient au fait que c'est exactement ce que l'on veut mais qui ne peut pas être atteint. À mon avis, l'Europe doit se concentrer sur les objectifs économiques et assurer la compétitivité mondiale, tout en laissant aux États autant que possible leurs propres droits de conception, leurs institutions et leur culture afin qu'ils puissent s'autoréguler. Seules des conditions d'adhésion très basiques doivent être formulées, puis d'autres qui sont plus avancés peuvent se configurer et c'est alors un système ouvert vers l'avant. Défense commune, uniformisation des systèmes de défense, politique étrangère commune avec compensation d'intérêts différents alors à l'intérieur de l'Union, indemnisations à l'intérieur de l'Union comme dans le cas des compensations régionales à l'intérieur de la République fédérale et sinon autonomie étendue avec ouverture toujours possible à une un plus grand rétrécissement, mais qui ne peut pas être dicté d'en haut peut. Tout cela également combiné à un point de vue européen beaucoup plus fort, qui se positionne également aux côtés du parapluie général des États-Unis, et donc certainement pas en concurrence pendant des décennies, mais qui permet également ses propres positions. Cela ne se fera pas du jour au lendemain, et nous ne sommes pas non plus la zone de guerre, si dans la comparaison continue d'un système économique en difficulté avec seulement les ressources maximales en matières premières, la Russie et les États-Unis, qui ne s'intéressent à l'Europe que comme un moyen de leur géopolitique intérêts, doivent progressivement déménager. On pourrait supposer que l'Europe ne redeviendra plus jamais une grande puissance mondiale, mais une Suisse extrêmement forte dans le monde avec laquelle tout le monde aime être en bons termes. Mais il faut enfin en finir avec la rhumerie interne les uns envers les autres et la poursuite d'objectifs extrêmement standardisés car particulièrement élevés, mais il faut, par exemple, aussi laisser des associations professionnelles fortes pour qu'elles puissent être compétitives dans le monde. Votre analyse est correcte, mais cet éternel accent mis sur une volonté européenne commune qui s'impose aujourd'hui avec des efforts incroyables de la part des peuples est une fiction. Il n'y a pas une telle chose. Nous avons aussi été connectés mentalement pendant des siècles dans les nations cultivées, mais nous connaissons des intérêts supranationaux communs de survie, ce que Neupotal nous montre maintenant, cette Russie de merde, il faut que ça marche dans l'intérêt de tous, tout en respectant le cahier des charges de Chaque état. Si, par exemple, en Hongrie, un gouvernement qui est toujours soutenu par le peuple, par exemple, ne veut pas que les relations homo-érotiques soient stockées comme une norme dans les manuels scolaires, c'est son affaire et pas la nôtre. Si ce n'est pas bon et juste, l'esprit du monde s'en chargera en Hongrie à long terme. Nous devons enfin arriver au bon niveau de politique réaliste si nous avons survécu à tout cela.

Poster un commentaire

Ihre E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Les champs obligatoires sont marqués avec un * marqué