Fille avec drapeau européen

Façonner à nouveau l'Europe de manière proactive !

Fille avec drapeau européen | © Shutterstock

Un appel au futur gouvernement fédéral

La campagne électorale fédérale va bientôt entrer dans la phase chaude, au plus tard il doit également y avoir un débat sur la manière dont les partis veulent contribuer à façonner l'avenir de l'Union européenne. Surtout après la fin de l'ère Merkel, malheureusement trop souvent caractérisée par un manque de vision de la politique européenne et un style politique réactif, une fenêtre s'est ouverte pour que le nouveau gouvernement fédéral revienne enfin en mode créatif.

Et c'est bien nécessaire. Parce que les États membres de l'UE sont aux prises avec divers défis qu'ils ne peuvent résoudre qu'ensemble. Nous sommes depuis longtemps en concurrence avec des États autoritaires qui restreignent la démocratie et la liberté de l'individu. Une rivalité de système se développe également sur le plan économique, notamment avec la Chine et son capitalisme d'État. L'UE doit donc devenir plus efficace à l'échelle mondiale en convertissant sa puissance économique et son attrait toujours élevé en tant que phare de la démocratie et de la liberté en une politique active. En tant que démocrates libres, nous appelons donc à des réformes courageuses des tâches de l'UE, de ses méthodes de travail et de ses institutions. De cette façon, l'UE peut devenir plus efficace et efficiente.

Dans le domaine de la politique étrangère et de sécurité, nous appelons au passage à des décisions à la majorité qualitative et à l'élargissement du poste de haut représentant à un ministre des affaires étrangères à part entière de l'UE. De plus, nous voulons entamer la construction progressive d'une armée européenne et assurer la protection commune de nos frontières extérieures. Les États membres désireux de s'intégrer devraient également développer des capacités militaires conjointes pour des missions dans le cadre de la politique de sécurité et de défense commune - en étroite coopération avec l'OTAN, bien sûr.

Nous devons lutter pour plus de souveraineté européenne, en particulier dans des domaines importants tels que l'approvisionnement énergétique, les importations de matières premières et la technologie numérique. En outre, l'UE devrait se concentrer sur l'un de ses plus grands atouts : la poursuite de l'expansion d'un marché intérieur ouvert et compétitif et l'engagement en faveur d'accords de libre-échange et contre les barrières commerciales de toutes sortes. De cette manière, l'UE reste automatiquement une force déterminante sur la scène mondiale.

Mais l'UE ne doit pas ignorer les problèmes internes et doit enfin défendre ses propres valeurs sans concession. Nous ne devons plus ignorer les provocations constantes des gouvernements polonais et hongrois, y compris les violations massives de la Charte des droits fondamentaux de l'UE. Pendant l'ère Merkel, les yeux ont été fermés sur Orbán, alors ami du parti. Résultat : la situation n'a cessé de se détériorer et demande désormais un énorme effort de la part de nombreux acteurs. À présent, la Commission européenne doit appliquer le nouveau mécanisme de l'État de droit et suspendre systématiquement les paiements de transfert. Pour le futur gouvernement fédéral, il est important de développer davantage le mécanisme de l'État de droit au sein du Conseil.

De plus, nous avons besoin de réformes institutionnelles pour plus de transparence et d'efficacité dans l'UE. Le Parlement européen devrait être renforcé, doté d'un droit d'initiative et élu en partie sur des listes transnationales. La Commission européenne, en revanche, devrait être réduite. Cela nécessitera des modifications de contrat. Le nouveau gouvernement fédéral ne doit pas hésiter à entreprendre cela. En tant que démocrates libres, nous prônons donc une convention constitutionnelle et la création d'une UE fédérale. Un tel pas vers un État fédéral donnerait enfin à l'UE son propre statut d'État, mais en même temps avec un caractère fortement décentralisé et subsidiaire. D'une part, cela pallierait l'état actuel d'un réseau encore relativement lâche et, en même temps, éviterait une structure trop centralisée. De notre point de vue, ce serait la meilleure façon de laisser l'UE grandir ensemble dans les domaines où nous avons besoin d'une Europe en tant qu'union politique à long terme afin d'assurer l'affirmation de soi de l'Europe au XXIe siècle.

Michael George Lien Membre du Bundestag

Porte-parole de la politique européenne des démocrates libres au Bundestag allemand

Poster un commentaire

Ihre E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht.