Johnnie Walker

Au milieu des années 1980, j'ai été saisi par une nouvelle passion pour la collection, à savoir non seulement boire du scotch, mais aussi en mettre de côté une bouteille de temps en temps. A partir de 1990, c'est le single malt qui m'a particulièrement fasciné et avec lequel j'ai essayé de me procurer un maximum de variétés différentes. Cette passion pour la collection a duré un bon 25 ans, si bien que j'ai pu mettre la main sur l'une ou l'autre bouteille de cet alcool élevé en fûts de bois.

Maintenant que je suis en train de passer au crible mes stocks, je vais les trier et en présenter quelques-uns ici de temps en temps. Il est préférable de commencer par l'un des "trois amis les plus connus", le Johnnie Walker, un mélange écossais qui appartient maintenant à la société de boissons Diageo et a été l'un des whiskies les plus vendus pendant de nombreuses années. 

Beaucoup de gens connaissent le logo de l'entreprise, le "Striding Man", même s'ils n'ont jamais bu de whisky eux-mêmes de leur vie, car ce logo accompagne la marque depuis 1925 et peut maintenant être vu ou vu partout. Ceux qui sont dans leurs jeunes années Marius Müller-Westernhagen entendu, connais sa chanson Johnny W. de l'album "Avec de la menthe poivrée, je suis ton prince» de 1978 et ont peut-être été tentés à l'époque de connaître un peu mieux l'original. La première phrase de cet article, celle avec les trois bons amis, date probablement aussi de cette époque.

Même les plus jeunes d'entre nous connaissent certainement le "Moorhuhn", qui, en tant que jeu informatique, a fermé des communautés de bureau entières à partir de 1998 et peut encore être trouvé dans diverses versions sur les téléphones mobiles et les ordinateurs aujourd'hui. Ce jeu vidéo était initialement une promotion pour ce whisky.

Dans un post précédent ici sur mon blog, j'écris sur un livre de Haruki Murakami. Cela laisse dans un autre roman, son livre Kafka sur la plage à partir de 2002, une force démoniaque sous l'apparence et la tenue de Johnnie Walker se produire.

est d'abord devenu Johnnie Walker probablement uniquement bu en assemblage âgé d'au moins trois ans, une réglementation légale entrée en vigueur au début de la Première Guerre mondiale et stipulant une période minimale de trois ans pour le stockage en barrique. C'est encore la marque principale aujourd'hui et elle est désormais référencée Label Rouge.

Pour commencer et aussi pour l'entre-deux je vous conseille le Label Rouge, si besoin vous pouvez aussi mixer ce whisky avec d'autres boissons sans trop avoir mauvaise conscience. Si vous aimez le Johnnie, vous pouvez également vous consacrer aux variétés plus âgées, bien que je précise qu'en commençant par le Double Black, vous pourriez essayer de faire connaissance avec les single malts, qui sont alors tout aussi chers.

Reconnaissant cela, Johnnie Walker offrait autrefois un pur malt et propose aujourd'hui aux amateurs de la marque d'autres labels qui peuvent bien concurrencer les single malts les plus chers, du moins en termes de prix.

J'aime toujours boire du Johnnie, quelle que soit la marque, et dans un bar surtout quand je ne peux pas dire depuis combien de temps les autres marques proposées sont ouvertes ; il a ça avec ses deux amis Jim Beam et Jack Daniels ensemble.

Les bouteilles de Johnnie Walker, que j'ai toujours dans ma propre collection, y sont depuis si longtemps que ce whisky était encore distillé au cours du dernier millénaire, préservant le goût du bon vieux temps; Le simple fait de regarder ces bouteilles me fait penser encore et encore aux années 1980 et 1990. Pour beaucoup, ces courts voyages dans le temps sont aussi la raison pour laquelle ils aiment prendre un verre de whisky.


"Il y a plus d'amitié dans une demi-pinte de whisky que dans une baratte de babeurre."

Proverbe irlandais
Vous pouvez soutenir ce blog sur Patreon !

Poster un commentaire

Ihre E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht.