Malt des Highlands

Ma première expérience indépendante avec le single malt a été avec un malt des Highlands, un Brora, sur lequel j'ai pu mettre la main plutôt par accident en 1990. Le Highland Malt porte le nom de l'écossais Highlands, qui sont clairement séparés des Central Lowlands inférieurs par la Highland Boundary Fault, qui ne s'applique malheureusement pas à la Whisky Region Highland. Bien qu'appartenant aux Highlands, les îles et le Speyside sont considérés comme des régions de whisky indépendantes. Pour aggraver les choses, certaines des distilleries du Speyside, la région qui compte le plus de single malt, se considèrent comme Highland Scotch Whisky. Les amateurs de whisky très précis ou plus spécialisés subdivisent à nouveau la région des Highlands en Highlands du Nord, de l'Ouest, du Sud et de l'Est. Une des raisons de cette spécialisation est peut-être que l'on croit qu'elle donne la chance de connaître au moins tous les single malt de cette région. je reste avec mon im post précédent distinction faite et j'écris ici sur le Highland Malt, du moins sur le whisky de malt que je considère moi-même être.

De grandes parties des Highlands écossais sont caractérisées par des landes sans arbres, des zones montagneuses avec quelques "Munros", que les montagnards de notre région décriraient probablement comme des collines, et une longue côte accidentée. Dans l'ensemble, le Highland est en grande partie non boisé et inhabité.

Je mentionne cela parce que la provenance d'un whisky a un impact énorme sur le whisky lui-même. Non seulement l'eau et l'orge déterminent le single malt, mais aussi le type de préparation, la nature de la cuve de fermentation, en particulier l'utilisation respective de la tourbe et la forme des alambics, où même la plus petite nouvelle bosse devrait avoir une influence sur futur whisky. De plus, il y a les fûts dans lesquels le whisky est stocké pendant de nombreuses années, ainsi que la zone autour de l'entrepôt, car l'air ambiant avec toutes ses odeurs, pollens et sels est littéralement aspiré par le whisky au-dessus des fûts.

Le représentant le plus connu du Highland Malt est probablement le Glenmorangie, dont la distillerie a été fondée en 1843. J'aime toujours le boire aussi Oban (depuis 1794), Balblair (depuis 1790), le Dalmore (depuis 1839) et le Glendronach (depuis 1826), où, fait intéressant, une grande partie de la Johnnie Walkers dit provenir des Highlands.

Au total, on dit qu'il y a près de 40 distilleries qui peuvent être attribuées à Highland Malt. Mon expérience de trois décennies est que cela ne peut probablement jamais être définitivement déterminé, car non seulement les anciennes distilleries sont fermées et rouvertes des années plus tard, mais de toutes nouvelles distilleries sont toujours ajoutées, sans parler des fusions.

Plus de malts des Highlands

"Elle n'était qu'un fabricant de whisky, mais il l'aimait toujours."

Anon

Poster un commentaire

Ihre E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht.