thé vert

5
(3)

Photo publiée : thé vert | © Pixabay

Mon amour pour le thé a commencé dans les années 1970, lorsque j'ai découvert et aimé le thé local lors de vacances à Ceylan. En conséquence, les thés de Ceylan ont été ma boisson chaude préférée pendant des décennies. Les thés de Ceylan, majoritairement noirs, se caractérisent par un goût légèrement malté, frais et parfois citronné, même si j'ai toujours bu ces thés plutôt amers et forts, probablement à cause du dosage. J’ai particulièrement veillé à utiliser des feuilles de thé les plus grandes possibles et j’ai très rarement versé le thé une seconde fois.

Puis pendant mon séjour en Pologne nous a fait Marc Ramus sur le thé vert attentif et a réussi à nous transformer de buveurs de thé noir en buveurs de thé vert en quelques mois. Et parce que Marek préférait le thé chinois, nous nous y sommes habitués aussi. Ce n'est que des années plus tard, lorsqu'un collègue japonais m'a fait remarquer qu'il y avait aussi du bon thé japonais, que nous avons commencé à essayer le thé japonais de temps en temps.

Contrairement au thé noir, les feuilles de thé du thé vert ne sont pas fermentées et, en raison des différentes méthodes de traitement, les feuilles du théier chinois traditionnel Camellia sinensis sont utilisées plutôt que la sous-espèce indienne Assamica, qui est aujourd'hui susceptible d'être un croisement entre les deux types de thé.

Fait intéressant, nous utilisons toujours les théières japonaises et principalement en fonte pour infuser notre thé dès le début. Comme ceux-ci ont également l'air bien, nous avons commencé à utiliser un pot séparé pour chaque type de thé.

Mais aujourd’hui, on a encore tendance à boire les variétés chinoises, au goût plus floral et parfois fumé et amer. Les thés japonais ont un goût plutôt herbacé et, à mon avis, parfois même de poisson.

Entre-temps, nous nous sommes également habitués au Darjeeling indien, que nous aimons boire sous forme de thé vert ou blanc et qui, selon nous, se marie plutôt bien avec le Oolong.

Le Oolong chinois est devenu notre grand favori (Yánchá) au cours des dernières années, même si nous aimons aussi beaucoup boire le Chun Mee. Personnellement, je bois aussi du Pu-Erh, un Oolong bien vieilli, qui peut aussi avoir une note boueuse.

Soit dit en passant, le thé au jasmin bien connu est un thé vert, qui est mélangé avec des fleurs de jasmin pendant la production, et celles-ci sont ensuite à nouveau retirées du thé.

"Bien sûr, je ne sais pas si je serai en vie demain. Mais je sais pertinemment que si je vis demain, je boirai du thé.

Gotthold Ephraim Lessing, Certitude (1771)

Dans quelle mesure ce message vous a-t-il été utile?

Cliquez sur les étoiles pour évaluer la publication !

Évaluation moyenne 5 / 5. Nombre d'avis: 3

Aucun avis pour l'instant.

Je suis désolé que le message ne vous ait pas été utile !

Permettez-moi d'améliorer ce post!

Comment puis-je améliorer ce message ?

Pages vues : 13 | Aujourd'hui : 1 | Compte depuis le 22.10.2023 octobre XNUMX

Partager: