jeu psychologique

5
(5)

Photo en vedette : Règles de quota | © Selver Učanbarlić sur Pixabay

Récemment, des appels ont été renouvelés pour garantir enfin l'égalité des droits dans nos parlements et pour augmenter considérablement la proportion de femmes à 50 %. La justification de cette exigence est le fait qu’environ 50 % de notre société est composée de femmes.

Je suis convaincu que vous ne pouvez pas obtenir de changements de quelque nature que ce soit avec des quotas seuls, mais jouez le tout mentalement, depuis la base de notre société jusqu'à nos parlements et nos gouvernements. Tout d'abord, cependant, il convient de noter que je considère généralement que les quotas dans les processus démocratiques sont absolument antidémocratiques, car ils contrecarrent complètement la libre décision exigée du citoyen.

En gros, il faut appartenir à un parti ou à un groupe d'électeurs pour avoir une chance réelle d'être élu à un parlement. Il incombe donc aux partis et aux groupes électoraux de désigner des candidats appropriés.

Afin que tout cela soit totalement transparent et plausible dès le départ, il est tout à fait logique que les partis et les groupes électoraux comptent également une proportion de femmes d'environ 50 %. Sans ces 50 %, ces partis ne sont donc pas autorisés à obtenir l’approbation ou à la perdre dès qu’ils tombent en dessous de ce seuil de 50 %.

Dans les partis et les groupes d'électeurs, tous les groupes de travail et autres réunions doivent également comporter une proportion de 50 % de femmes pour pouvoir agir.

Bien entendu, un comité ou une réunion ne peut élire ou voter que si 50 % de toutes les personnes présentes sont des femmes.

Les listes de candidats, les conseils d'administration et les présidiums ne sont valables ou capables de travailler et de prendre des décisions que s'ils comptent également 50 % de femmes.

Dès que tous les partis et groupes d'électeurs ont été effectivement « cités », il est également possible que chaque président soit suivi d'un président et vice versa, et, si possible, même de travailler avec une « double direction », le les parlements peuvent être remplis de quotas sans si et sans vouloir.

La raison derrière cela est qu'il y a maintenant suffisamment de candidats masculins et féminins disponibles de tous les côtés pour permettre aux électeurs de faire le meilleur choix possible.

Toutes les listes de candidats sont remplies alternativement d'hommes et de femmes et la liste suivante respective pour le scrutin à venir est bien sûr alternativement féminine et masculine.

Afin de ne pas avoir à dire aux électeurs qu'ils doivent voter pour 50 % de femmes ou à invalider les bulletins de vote qui ne comportent pas 50 % de femmes, les fameux mandats excédentaires peuvent être utilisés pour garantir à terme les 50 %.

Bien entendu, le travail parlementaire devrait alors être structuré de la même manière que le travail des partis, et les gouvernements devraient également être composés de la moitié d'entre eux.

Même après cette courte et rapide expérience de réflexion, je ne crois toujours pas qu'il faille intervenir dans les processus sociaux de cette manière, mais je suis maintenant encore plus convaincu que la fixation d'un quota pour les seuls parlements est absolument antidémocratique et aussi complètement absurde.

"Chaque problème a une solution - même les femmes."

Seth Green comme Zack dans L'histoire de Luke (2012)

Dans quelle mesure ce message vous a-t-il été utile?

Cliquez sur les étoiles pour évaluer la publication !

Évaluation moyenne 5 / 5. Nombre d'avis: 5

Aucun avis pour l'instant.

Je suis désolé que le message ne vous ait pas été utile !

Permettez-moi d'améliorer ce post!

Comment puis-je améliorer ce message ?

Pages vues : 17 | Aujourd'hui : 1 | Compte depuis le 22.10.2023 octobre XNUMX

Partager: