Réflexions sur la politique d'armement

Photo publiée : Armure | © Alina Kuptsova sur Pixabay 

Ma prémisse est que la politique d'armement sert à se défendre.

Au moins depuis les Phéniciens, les bases de la politique d'armement sont généralement connues. Ces bases reposent sur deux nécessités impérieuses, d'une part l'utilité militaire et d'autre part la faisabilité économique. Les deux doivent s'harmoniser et, en fin de compte, déterminer sa propre affirmation militaro-politique.

Les armes, équipements et équipements doivent non seulement être de la meilleure qualité possible, mais aussi en quantité nécessaire et, de plus, doivent pouvoir être entretenus et remplacés à tout moment. Pour votre propre succès, il est impératif de noter que vous pouvez toujours produire plus d'armes, d'appareils et d'équipements qu'un éventuel adversaire ne peut en détruire.

La qualité et la quantité sont toujours soumises à la faisabilité économique.

Les pierres angulaires de la politique d'armement sont ainsi nommées ; L'armement doit être militairement raisonnable et économiquement abordable. Efficacité et durabilité sont ici les maîtres mots.

Je voudrais illustrer cela par cinq exemples : porte-avions, sous-marins, avions, hélicoptères et chars.

Un porte-avions moderne (USA) coûte un bon 10 milliards d'euros chacun et doit être entretenu pendant plus de 30 ans. On peut également supposer qu'au moins 10 d'entre eux doivent être présents pour pouvoir assurer la présence et le remplacement.

La complexité, le temps de production et les coûts de maintenance d'un porte-avions sont des exemples de la façon dont un tel projet d'armement ne peut être économiquement garanti que par son propre cycle de production et de maintenance ; Cela signifie que des chantiers navals spéciaux sont nécessaires, qui n'assurent rien de plus que la production et l'entretien des porte-avions pendant des décennies. Cela nécessite à son tour un nombre suffisant de porte-avions pour organiser ce cycle de manière économiquement justifiable.

En matière de politique d'armement, il serait complètement absurde de ne vouloir construire qu'un ou deux porte-avions. Il est plus logique de ramener la production et la maintenance des porte-avions au plus grand dénominateur commun si possible ; L'OTAN serait un bon point de référence ici.

Les sous-marins sont beaucoup moins chers à produire et à entretenir. D'autre part, les quantités justifiables en termes de politique d'armement se comptent déjà par centaines, et celles-ci doivent également être maintenues et remplacées pendant des décennies. Ici aussi, il est logique d'atteindre autant de standardisation que possible et d'utiliser les installations de production correspondantes exclusivement pour votre propre cycle de production et de maintenance.[1]

D'un point de vue militaire, les avions, hélicoptères et chars sont des "biens de grande consommation" classiques et doivent donc être produits et réparés dans les plus grandes quantités possibles pour pouvoir répondre à tous les besoins militaires et économiques. C'est pourquoi on peut certainement parler ici de chiffres de production, qui se chiffrent chacun en milliers. Et là aussi, il serait logique d'organiser un cycle de production et de réparation et de l'optimiser pour répondre à vos propres exigences.

À mon avis, les cinq exemples énumérés ci-dessus peuvent être étendus à toutes les armes, à chaque pièce d'équipement et à tous les équipements et suggèrent clairement que la politique d'armement - au moins dans son essence - implique toujours le développement, la production, l'entretien et l'élimination des armes, des dispositifs et c'est l'équipement qui doit être réuni au niveau commun le plus élevé possible, car cela n'a pas seulement un sens économique, mais aussi du point de vue de la politique de sécurité.

La défense est toujours une grosse dépense. Les tentatives de minimiser ces coûts en remplaçant une politique d'armement viable par des "solutions individuelles", des "dividendes de la paix" ou même un "commerce des armes" échouent toujours globalement et surtout dans les périodes de politique d'armement responsable et mettent également en danger sa propre sécurité.

-------

[1] Construire un sous-marin toutes les quelques années et cela pour tous les clients qui veulent s'en offrir un n'est pas une politique d'armement.


"Les religions Hokey et les armes anciennes ne font pas le poids face à un bon blaster à tes côtés, gamin."

Harrison Ford dans le rôle de Han Solo dans Star Wars épisode IV : Un nouvel espoir (1977)
Vous pouvez soutenir ce blog sur Patreon !

Poster un commentaire

Ihre E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht.