volontariat

5
(1)

Publiez la photo : les mains | © Pixabay

Le 5 décembre, Journée internationale des volontaires, est un bon moment pour réfléchir un peu sur le « volontariat ». En fait une affaire claire et aussi une affaire bourgeoise bien sûr. J'affirme même que toute société qui connaît et cultive le volontariat est une société prospère. Et les sociétés qui ne connaissent pas le volontariat, les soi-disant sociétés bakchich, ne peuvent jamais réussir non plus.

Je n'en ai vraiment pris conscience que récemment lorsque j'ai eu une conversation en fait très positive avec un politicien professionnel qui ne pouvait en fait pas du tout comprendre qu'il y a des gens qui font quelque chose "gratuitement". Il était donc aussi évident pour lui qu'il pouvait non seulement bien vivre de son "travail bénévole" et de l'engagement dont il faisait preuve, mais aussi, à juste titre, s'assurer un avenir insouciant.

C'est pourquoi j'aimerais revenir sur les vrais fondamentaux du volontariat dans cet article. Le volontariat est l'engagement dans des fonctions publiques, qui sont légitimées par l'élection ainsi que est effectuée par les agents publics gratuitement, c'est-à-dire sans aucun paiement ni autre avantage matériel.

Le volontariat est idéalement soutenu par un engagement civique plus poussé, tel que : B. les services volontaires, complétés et ainsi complétés. C’est pourquoi les sociétés qui comptent des citoyens aussi engagés réussissent si bien, car ces citoyens pratiquent de nombreuses activités « gratuitement » et font ainsi progresser la société de manière significative.

Les postes honorifiques typiques sont les membres du conseil d'administration du club, les échevins et les conseillers municipaux. L'altruisme, le contraire de l'égoïsme, peut certainement être imputé à ces citoyens qui accompagnent de tels offices. Et cela montre aussi clairement pourquoi ces entreprises ont tout simplement plus de succès.

Entre-temps, cependant, il est devenu courant pour nous que de nombreux postes honorifiques soient associés à des soi-disant indemnités de dépenses, qui, selon l'idée initiale, étaient censées rembourser au titulaire les frais de transport et les fournitures de bureau nécessaires - ce qui contrecarre l'idée de postes honoraires - et de plus en plus une très bonne opportunité de gain pour les titulaires. S'il s'agit d'un club ou d'une association plus importante, elle se contente de dépenser des centaines de milliers d'euros par an en indemnités de dépenses, ou du moins, comme les communes, peut s'assurer un revenu supérieur à la moyenne de la société.

Le gouvernement fédéral l'a formulé ainsi : "Le volontariat a de nombreux visages : En Allemagne, 31 millions de personnes font du volontariat. Vous apportez une contribution importante à notre société. 

Le nœud du problème est qu'il ne s'agit plus d'une fonction honorifique si le titulaire en est rémunéré, et on ne peut plus supposer que le titulaire du poste a des motifs altruistes, mais doit supposer que ce sont précisément l'égoïsme qui domine le société de bakchich.

Et c'est précisément le manque de motivations altruistes qui détruit l'idée de travail bénévole et détruit ainsi également son sens et son objectif réels. Je maintiens que nous sommes depuis longtemps sur la voie d'une société de bakchich volontaire et que le bénévolat ne sera bientôt qu'un terme vide que vous utiliserez lorsque vous voudrez édulcorer quelque chose.

Que pouvons-nous faire si nous voulons sauver notre société ?

Tout d'abord, nous devons assurer la transparence et ajouter le prix respectif, en particulier pour les "postes honoraires". Et la deuxième chose que nous devons faire est de faire en sorte que les postes honorifiques redeviennent tels.

Je suis pleinement convaincu qu'il y a encore suffisamment de citoyens dans notre pays qui soutiendraient également de tels postes honorifiques et seraient également fiers de pouvoir travailler au profit de notre société - l'honneur serait certainement une récompense suffisante pour eux.

"Amenez les gens à partager des histoires sur le travail qu'ils font pour rien, les causes et les groupes communautaires dans lesquels eux ou leur famille sont impliqués, ou étaient et soutiendraient encore s'ils avaient le temps. … Vous pourriez en apprendre plus sur vos collègues en dix minutes qu'au cours des dix dernières années.

Patrick Dixon, Bâtir une meilleure entreprise (2005 : 3)

Dans quelle mesure ce message vous a-t-il été utile?

Cliquez sur les étoiles pour évaluer la publication !

Évaluation moyenne 5 / 5. Nombre d'avis: 1

Aucun avis pour l'instant.

Je suis désolé que le message ne vous ait pas été utile !

Permettez-moi d'améliorer ce post!

Comment puis-je améliorer ce message ?

Pages vues : 13 | Aujourd'hui : 1 | Compte depuis le 22.10.2023 octobre XNUMX

Partager: