La "vague rouge" ne s'est pas concrétisée...

Post photo: les partisans de Trump peu de temps avant de prendre d'assaut le Capitole américain | © Tyler Merbler - https://www.flickr.com/photos/37527185@N05/50812356151/

Contrairement à ce que le titre suggère, ma « vision des élections américaines de mi-mandat » est devenue une élaboration approfondie. Le résultat des élections du 8 novembre 2022 a été extraordinaire. Mais tout aussi excitant était - et est toujours - la façon dont les médias américains peinent à interpréter ce résultat. Un spectacle politique a été observé, qui s'est déroulé en plusieurs étapes après le jour de l'élection. Le dernier temps fort était avec le Spectacle pour l'élection des présidents de la Chambre atteint.

A l'origine, je voulais terminer le texte avec une vision optimiste. La querelle des républicains pour le poste de président ne laisse qu'une "doublure argentée" à l'horizon politique des États-Unis. "L'Amérique vacille", j'avais légendé mon observation du 29.9.2022 septembre 2024. Il me semble que le pays vacille encore. Observer les développements politiques en Amérique jusqu'aux prochaines élections en XNUMX reste passionnant.

Retour sur les élections américaines de mi-mandat - Introduction

Avant les élections américaines de mi-mandat du 8.11.2022 novembre XNUMX (dites Mi-parcours) - mais même après - je n'arrêtais pas de penser à la déclaration d'une connaissance : "Les Américains sont capables de tout..." - jusqu'ici, tout va bien. Mais la déclaration de mes connaissances allait encore plus loin et s'appliquait donc également à la période postérieure au 8.11.2022 novembre XNUMX : "... ils sont aussi debout et votants Donald Trump une fois de plus au président. 

En fait : "Les Américains sont capables de tout... !" Le 8.11.2022 novembre XNUMX, contrairement aux prévisions de nombreux sondeurs, ils ont accompli un petit miracle : La "vague rouge" - le rouge est la couleur des Républicains - ne s'est pas concrétisé. J'écrirai les raisons de cela ailleurs. et Donald Trump? Le 15.11.2022 novembre 2024, il a annoncé sa candidature renouvelée pour XNUMX. les New York Times sous-titré un éditorial: "L'Amérique mérite mieux que Donald Trump' - 'L'Amérique mérite mieux que Donald Trump.Jusqu'à présent, on peut s'attendre à deux adversaires sérieux de votre propre parti.

L'ancien vice-président de Trump Mike Pence a une nuance similaire à celle New York Times a fait remarquer: "Je pense que nous avons de meilleurs choix", se démarquant clairement Donald Trump qu'il avait fidèlement servi en tant que vice-président pendant quatre ans jusqu'à ce que Trump jette le gant pour ne pas vouloir utiliser des moyens clairement illégaux pour aider Trump à remporter les élections. 

"Bloque Mike Pence! " scandait la foule incitée par Trump le 6.1.2021 janvier XNUMX lors de la prise du Capitole. "C'est la raison de ma décision que nous devrions nous séparer", a déclaré Pence le 15.11.2022 novembre XNUMX dans une interview à la chaîne de télévision ABC Nouvelles. Il a esquivé les questions sur le caractère de Trump, mais a clairement indiqué qu'il envisageait lui-même de courir "avec des prières" et si cela signifiait défier son ancien patron, "alors qu'il en soit ainsi" (nytimes.com, 15.11.2022/2024/XNUMX : Pence on Trump's Course XNUMX : "Je pense que nous aurons de meilleurs choix". sueddeutsche.de, 15.11.2022 : "Mike Pence envisager une candidature contre Donald Trump).

Le deuxième opposant sérieux à une nomination pour le candidat républicain à la présidentielle en 2024 est probable Ron DeSantis, être le souverain réélu gouverneur de Floride. Trump avait remporté la Floride en 2020 avec une marge de 4 % ; DeSantis d'autre part, aux élections du 8.11.2022 novembre 20 avec une avance de XNUMX points de pourcentage – et sans le soutien de l'ancien président Donald Trump. "Certainement blanc DeSantis à propos de l'ego fragile de l'ex-président et ne déclarera pas initialement son succès comme une déclaration de guerre à Trump", a-t-il déclaré. Knut Dethlefsen, le chef de bureau Fondation Friedrich Ebert in Washington DC dans une interview. Cependant, ce serait une politique différente sous un président Ron DeSantis ne pas donner. Il serait le bon candidat pour que les républicains laissent Trump derrière eux en tant que personne sans jeter ses approches idéologiques par-dessus bord. "DeSantis est actuellement le "meilleur parce que Trump a le plus de succès", dit Knut Dethlefsen (Service de presse IPG, 11.11.2022/XNUMX/XNUMX : « DeSantis est le meilleur Trump » ; entretien avec Knut Dethlefsen; posé les questions Nikolaos Gavalákis). Ron DeSantis est stratégiquement et tactiquement assez intelligent pour attendre et voir. Il peut comprendre la discussion qui a commencé dans les médias et au sein du Parti républicain sur la responsabilité conjointe de Trump dans la mauvaise performance du GOP dans le Mi-parcours plaisir à regarder.

Le président sortant peut également attendre et voir les échauffourées imminentes entre les républicains Joe Biden. Bien que seulement 40 à 45 % des Américains l'approuvent en tant que président, il fait volontiers écho aux déclarations enthousiastes de son parti sur le résultat des élections. À première vue, les Européens peuvent être surpris que les démocrates aux États-Unis soient décrits comme des vainqueurs des élections, même s'ils ont perdu leur majorité précédente à la Chambre des représentants.  Knut Dethlefsen de l' Fondation Friedrich Ebert explique cependant, en quelques mots, ce que Mi-parcours ce qui s'est passé : « Les démocrates ont réussi à briser les tendances historiques. Vous avez obtenu le meilleur résultat aux élections de mi-mandat en 20 ans pour un parti qui est le président. Joe Biden a indiqué qu'il voulait remonter sur le ring en 2024 - surtout si l'adversaire Donald Trump devrait être. Il n'a pas encore pris de décision définitive. "Je me sens bien et j'attends avec impatience les prochaines années", a déclaré Biden dans Phnom Penh, quand il y a appris que le démocrate Catherine Cortez Masto le siège du Sénat à Nevada a de nouveau gagné, scellant ainsi la majorité de son parti au Sénat. Biden a déclaré qu'il parlerait à sa femme pendant la période des fêtes de la possibilité de se présenter à nouveau en 2024. Cependant, il y a aussi des voix critiques au sein du Parti démocrate. Biden a eu quatre-vingts ans le 20.11.2022 novembre XNUMX. Il a de nouveau appelé les républicains à coopérer et a offert sa volonté de le faire. Mais cela sera difficile à réaliser étant donné la faible majorité du GOP à la Chambre des représentants et le groupe vocal MAGA, un petit groupe qui détient un fort pouvoir de décision en ce qui concerne les majorités dans la détermination des objectifs et des tactiques politiques républicaines. Des commissions d'enquête contre le président et son fils ont déjà été constituées au sein des cercles du GOP Hunter Biden annoncé; En quelque sorte, comme un coup de pouce pour les deux procédures de destitution contre Trump. Procédures correspondantes contre Biden et le vice-président Kamala Harris et d'autres membres du cabinet planifient maintenant les républicains (Voix Heilbronn, 18.10.2022 octobre XNUMX : « Litige et statu quo »).   

"Dans un tel environnement, il peut être plus facile d'obtenir un soutien pour des commissions d'enquête que pour des projets législatifs plus importants", écrit-elle. New York Times. Afin de pouvoir relever les défis à venir, les démocrates au Congrès et à la Maison Blanche s'arment également. Du personnel supplémentaire devrait être embauché à cette fin et des liens plus étroits avec des réseaux et des groupes tels que "Questions médiatiques", "Pont américain" et "Les faits d'abord" devrait être lié (nytimes.com, 17.11.2022/XNUMX/XNUMX : "Les républicains organisent des enquêtes sur Biden, mais les groupes alignés sur les démocrates promettent une contre-offensive"). 

Tout cela ne ressemble pas à plus de coopération entre les partis. Au contraire: les deux parties se préparent à de nouveaux conflits politiques intérieurs et exactement ce qui se passera Voix de Heilbronn décrit comme « controverse et blocage ». De plus, le militant électoral Trump versera encore et encore de l'huile sur le feu. L'Amérique continue de vaciller... avec des répercussions sur les alliés en Europe et ailleurs.

Pour comprendre la vision du monde erratique et superficielle de Trump, et sa manière souvent sournoise de traiter avec ses amis et ses ennemis, je recommande de lire la biographie de Trump, Deception: The Rise Donald Trumps and the Fall of America » – titre original : « Confidence Man : The Making of Donald Trump et la rupture de l'Amérique » par Maggie HabermanLe porteur de riz Pulitzer travaille pour le depuis 2015 New York Times et a été membre de l'équipe de la Maison Blanche du NYT pendant la présidence Trump. Votre livre ne commence pas seulement en 2016 avec l'élection de Trump en tant que 45e président des États-Unis. Haberman décrit ses débuts beaucoup plus lointains en tant que petit agent immobilier dans l'entreprise de son père à New York. Reines. C'est là qu'il a appris - on pourrait qualifier cela de "sagesse paysanne" - avec toutes sortes d'astuces, de méchancetés, de dons aux deux partis et aussi avec des histoires de femmes à se faire connaître et à se constituer un vaste réseau de relations qui continue de l'aider dans cette jour, des situations problématiques à maîtriser". Trump a un jour décrit le résultat comme suit : « Je pourrais être au milieu de la Fifth Avenue se lever et tirer sur quelqu'un, et je ne perdrais aucun électeur. » Que ce soit encore vrai aujourd'hui est discutable.    

La description par Haberman des considérations de Trump menant à la sélection de Mike Pence en tant que candidat à la vice-présidence donne une idée de ce qui s'est passé plus tard dans les coulisses de la Maison Blanche et pourquoi même les membres du gouvernement ont quitté l'équipe de Trump assez souvent. Haberman rapporte :

"La plupart des républicains ne voulaient pas courir avec lui après la façon dont il a fait campagne. Un sentiment plus ou moins réciproque. Trump avait passé sa carrière professionnelle dans le giron d'une entreprise familiale et avait une méfiance naturelle envers tout le monde, en particulier les étrangers. Son concept de relations était principalement basé sur l'aspect de la domination.   

(Cité de MAGGIE HABERMAN: „TROMPERIE - L'ASCENSION DONALD TRUMPS ET LE DUVET D'AMÉRIQUE » ; PAGE 337FF)

Au départ, j'aimais Trump Mike Pence pas - Haberman l'appelle "l'un des politiciens évangéliques les plus éminents du pays", parce que Pence avait auparavant le concurrent Ted Cruz ces objectifs particuliers.

"La fin de l'histoire est probablement un excellent exemple de la façon dont Trump traite ses amis et ses employés et comment il les a montés les uns contre les autres avec des demi-vérités et des déclarations ambiguës : en quelques jours, Trump avait Pence dupé en acceptant un poste qu'il ne lui avait jamais officiellement offert et lui a demandé de garder le silence à ce sujet; en même temps, il avait dit à un de ses vieux amis qu'il n'avait pas encore pris sa décision, et avait concocté une mise en scène élaborée en direct à la télévision pour étayer cette affirmation, et donc la confrontation directe avec Christie à éviter le plus longtemps possible. Après s'être donné une marge de manœuvre pour se soustraire à la décision et après avoir forcé les autres à consacrer de l'énergie mentale et émotionnelle à sa décision, Trump a finalement fait exactement ce qu'il avait indiqué au début : il a choisi quelqu'un qui comblait un vide qu'il ne pouvait pas combler même avec électeurs évangéliques et, surtout, n'ont jamais eu peur de sortir de l'ombre de Trump."

(Cité de MAGGIE HABERMAN: „TROMPERIE - L'ASCENSION DONALD TRUMPS ET LE DUVET D'AMÉRIQUE » ; PAGE 337FF)

Cette description indique déjà que le rôle du futur vice-président était très tôt basé sur ce que les fidèles Mike Pence alors à la fin devrait être : Une figure tragique dans Donald Trumps orbite.

Les démocrates ont perdu la Chambre des représentants et gagné le Sénat

Il serait présomptueux d'énumérer tous les résultats et aspects de la Mi-parcours à présenter en détail. Le 8.11.2022 novembre 435, les 35 membres de la Chambre des représentants, 36 sénateurs, les gouverneurs de XNUMX États et de nombreux autres représentants élus aux niveaux national et local ont été élus. Par exemple, avec le démocrate Karen Basse première fois qu'une femme était élue maire de Los Angeles. Jean Fetterman, Candidat démocrate, a réussi à vaincre le en Pennsylvanie Donald Trump prise en charge Mehmet Oz et a ainsi posé une base importante pour maintenir la majorité des démocrates au Sénat. Ce siège dans Pennsylvanie était auparavant occupé par un républicain.

Après de nombreuses années d'expérience et selon leurs propres attentes, les républicains auraient dû remporter la majorité au Sénat le 8.11.2022 novembre XNUMX et devaient également remporter une victoire écrasante à la Chambre des représentants. Mais le résultat des élections était différent. Cela soulève un certain nombre de questions fondamentales :

  • Les sondeurs avaient prédit une lourde défaite pour les démocrates et Joe Biden, et les républicains s'attendaient à une "vague rouge". Pourquoi ces prévisions et attentes ne se sont-elles pas matérialisées ? Surtout, pourquoi les attentes élevées des républicains n'ont-elles pas été satisfaites ?
  • Pendant longtemps, il a semblé que les thèmes de la « préservation du système de gouvernement démocratique aux États-Unis » et de « l'économie et l'inflation » étaient diamétralement opposés et résolument opposés aux élections. Quels sujets étaient encore importants pour les électeurs et ont peut-être joué un rôle décisif ?
  • L'ancien président Donald Trump avait soutenu activement un grand nombre de candidats ou même les avait envoyés dans la course. La condition de l'approbation de Trump était qu'ils soutiennent l'idée du "gros mensonge" de Trump sur les "élections volées de 2020". Les candidats de Trump ont souvent sous-performé ou même perdu. Les républicains en tirent-ils des leçons et, en cas de doute, lesquelles ? Allez-vous Donald Trump Le renvoyer dans la course en 2024 ?
  • Quels effets le résultat des élections a-t-il sur la politique intérieure et étrangère aux États-Unis et donc aussi sur l'Europe ?

Les résultats des mi-parcours 

Sénat (35 des 100 sièges à pourvoir)  

Répartition future des sièges : 
Démocrates : 51 (précédemment : 50)
Républicains : 49 (précédemment : 50)

(Mais voir la note sur la démission du Sénateur Kyrsten Sinema de la faction démocrate du Sénat dans la section suivante de ce chapitre).

Avec le résultat des élections du 8.11.2022 novembre 50, les démocrates ont pu conserver leur précédente majorité étroite au Sénat avec les 6.12.2022 sièges qu'ils avaient initialement obtenus. En Géorgie, le XNUMX décembre XNUMX, il y a eu un second tour entre l'ancien sénateur démocrate Raphaël Warnock et le républicain soutenu par Trump Marcheur Herschel nécessaire; Le démocrate Warnock a défendu avec succès son siège. Cela place son parti un siège de mieux qu'auparavant lors de la prochaine législature au Sénat. Les démocrates ne sont plus sur le vote du vice-président Kamala Harris dans leur fonction de président du Sénat.

Le républicain Marcheur Herschel n'avait pas réussi malgré le soutien de Trump et Mitch McConnell, le leader de la minorité au Sénat, avait raison lorsqu'il critiquait la qualité de certains candidats républicains avant l'élection.

________________________________________________________________________

Dernières nouvelles - 9.12.2022/XNUMX/XNUMX

Le sénateur démocrate Kyrsten Sinema de l'Arizona Chuck Schumer, A déclaré à la chef de la majorité démocrate au Sénat le 8.12.2022 décembre XNUMX qu'elle quittait le Parti démocrate. On ne peut pas encore prévoir comment cela affectera la majorité au nouveau Sénat. C'est toujours un affaiblissement psychologique pour les démocrates. 

jusqu'à présent a Kyrsten Sinema pas encore annoncé si elle avait également l'intention de quitter la faction démocrate du Sénat. Cependant, elle a exclu de passer à la faction républicaine. les New York Times rapporté que théâtre conservera ses postes de comité qu'elle a reçus en tant que membre des démocrates. Cela mène à la conclusion que, même en tant que sénatrice indépendante, elle fonctionnera de la même manière que les deux sénateurs indépendants Bernie Sanders à partir de Vermont et Roi Angus à partir de Maine. Cependant, les deux sont toujours membres de la faction du Sénat démocrate. théâtre a jusqu'à présent soutenu la plupart des programmes de Biden, y compris la loi sur les garanties du mariage homosexuel récemment adoptée. Elle était critique sur les questions de finance et de politique fiscale; Jusqu'à présent, elle s'est opposée – avec le sénateur Joe Manchin III à partir de Virginie de l'Ouest les tentatives des démocrates d'appliquer Règle d'obstruction systématique encore restreint au Sénat. « Les démocrates croient – ​​ou espèrent – ​​que peu de choses changeront au Congrès », écrit-elle New York Times. (Sources: nytimes.com, 9/12.12.2022/XNUMX/XNUMX : "Kyrsten Sinema dit qu'elle quittera le parti démocrate » ; nytimes.com, 9.12.2022/2024/XNUMX : "Sinema ajoute de l'intrigue et de la fureur démocratique à la course au Sénat XNUMX de l'Arizona" ; sueddeutsche.de, 9.12.2022/XNUMX/XNUMX : « Démocrate Kyrsten Sinema a l'intention d'agir à titre de sénateur indépendant à l'avenir »).

Chambre des représentants (tous les 435 membres de la Maison;  218 sièges sont requis pour une majorité)

Répartition future des sièges :   
Républicains : 222 (précédemment : 213)
Démocrates : 213 (précédemment : 222)

Noter la New York Times à ce résultat: "Les républicains ont remporté la majorité à la Chambre des représentants, mais avec un nombre de sièges bien inférieur à ce que la direction du parti avait prévu."

Élections des gouverneurs (les gouverneurs étaient en lice dans 36 des 50 États américains)

Les résultats ne seront pas présentés en détail ici. À propos de la façon dont certains des Donald Trump Je rapporterai ailleurs. Cependant, je voudrais souligner l'élection très disputée en Arizona, où le républicain soutenu par Trump Lac Kari la course contre son adversaire démocrate Katie Hobbs perdu de justesse. L'ancien gouverneur républicain Doug Ducey a été autorisé en raison de l'in Arizona limite de durée applicable. Avec la victoire de Katie Hobbs, l'ancien ministre de l'Intérieur Arizona, ont les démocrates ont repris le poste de gouverneur de l'État aux républicains.

Lors du dépouillement des votes, la direction a changé plusieurs fois. A la fin gagné Hobbs avec une avance de 17.117 XNUMX voix. Lac a eu sa campagne électorale très forte Donald Trump alignés et ont parlé de "l'élection volée" encore et encore. Elle a soutenu l'affirmation non prouvée de Trump selon laquelle Biden n'a remporté les élections que grâce à une fraude massive. Et de même, comme son modèle et mentor, a refusé Lacpour reconnaître leur défaite et sont allés devant les tribunaux au motif que les élections de 2022 étaient viciées et corrompues. Peu avant Noël, il a décidé Cour supérieure du comté de Maricopa, le tribunal n'a trouvé aucune "preuve claire et convaincante d'actes répréhensibles" qui aurait affecté le résultat de l'élection au poste de gouverneur de l'Arizona. Dans le même temps, le tribunal a confirmé la victoire du démocrate Katie HobbsLa réaction du perdant : Lac a immédiatement annoncé qu'elle ferait appel de la décision. (Sources: nytimes.com, 21.12.2022/XNUMX/XNUMX : "Lac Kari présentera des réclamations pour fraude électorale devant un tribunal du comté de l'Arizona » ; Deutsche Welle – dw.com, 25.12.2022: "Les loyalistes de Trump échouent avec le défi électoral").     

Tenter d'expliquer le résultat des élections

Il faudra un certain temps avant que les experts de la politique, de la science et des médias - en particulier les chercheurs électoraux, qui étaient modérément à mal "off" avec leurs prévisions - aient examiné toutes les raisons qui ont conduit au résultat des élections du 8.11.2022 novembre XNUMX. « Contrairement à toutes les expériences politiques et à l'habituel tendances à moyen terme, Avec la réélection du sénateur, les démocrates ont renforcé le parti qui n'est actuellement pas au pouvoir Catherine Cortez Masto de Nevada ont obtenu leur majorité infime au Sénat dimanche (12.11.2022/XNUMX/XNUMX) », a écrit le New York Times. Bien que la majorité au Sénat soit très faible - loin de permettre l'adoption de projets de loi cruciaux - elle est une bouée de sauvetage pour le président Biden et empêche les républicains de briser complètement son programme ou même d'entamer un procès en destitution et en destitution contre lui et d'autres pour mettre en mouvement les membres du gouvernement (nytimes.com, 13.11.2022/XNUMX/XNUMX : "La victoire des démocrates au Sénat donne à Biden un garde-corps critique contre le GOP"). Biden a fait de son mieux avec résultat à mi-parcours d'un président au cours des 20 dernières années. Dans une première déclaration au lendemain de l'élection, il a qualifié le résultat de "bonne journée pour la démocratie." Il n'a pas voulu changer de cap politique et a indiqué qu'il renouerait avec la course à la présidence en 2024.

Chuck Schumer, l'actuel et futur chef de la majorité au Sénat, a décrit le résultat comme "l'appel au réveil des Américains aux républicains pour qu'ils mettent fin à leur flirt avec l'autocratie et leur perte de temps en parlant d'une" élection perdue ". Il est temps de travailler et de faire avancer les choses (nytimes.com, 13.11.2022/XNUMX/XNUMX : "La victoire des démocrates au Sénat donne à Biden un garde-corps critique contre le GOP"). Une déclaration similaire a également été faite Larry Hogan, le gouverneur républicain critique de Trump Maryland: "Vous ne pouvez pas gagner des élections avec des excuses, des mensonges et une politique toxique." Il a fallu beaucoup de temps à Trump lui-même pour décider du résultat de la Mi-parcours exprimé. Lié à une réunion de Coalition juive républicaine, que du 18. - 20.11.2022 en Las Vegas a eu lieu, Trump, comme à son habitude, a cherché l'échec des républicains chez les autres et non en lui-même. Verdict Roe contre Wade des Court Suprème, qui a privé les femmes du droit de décider elles-mêmes de se faire avorter. Le terme "Avortement" (l'avortement) qu'il a évité et aussi le fait que le jugement a été rendu par les trois nouveaux juges nommés pendant son mandat Cour suprême décidé a été soutenu. Trump n'a également rien dit sur les performances souvent médiocres des candidats qu'il soutient et est également resté silencieux sur le sujet de la "prise d'assaut du Capitole" le 6.1.2021 janvier XNUMX, qu'il avait personnellement alimenté. 

Dans le rapport de New York Times sur l'apparition de Trump dans Las Vegas a été noté comme recevant une ovation debout. Lors du même événement où d'anciens associés de Trump - Mike PompeoRon DeSantis, Nikki Haley, Mike Pence - plus ou moins clairement mis à part de Trump, appelé le gouverneur Larry Hogan Trump un "perdant électoral (perdants des élections) et a divisé le Parti républicain en trois groupes :

  • 30 % de partisans « purs et durs » de Trump ;
  • 20 % qui détestent Trump ;
  • 50% des électeurs convaincants.

Sans doute quelque chose d'extraordinaire s'est-il passé le 8.11.2022/XNUMX/XNUMX pour les démocrates, qui avaient craint de mauvaises choses, mais quelque chose de décevant pour les républicains, qui avaient espéré beaucoup plus. En gros et sans entrer dans les résultats individuels décisifs, on pourrait dire : certains n'ont pas vraiment gagné et les autres n'ont pas vraiment perdu. Yuval Levin à partir de American Enterprise Institute a tenté de décrire le résultat des élections avec la phrase: "Les démocrates ont remporté un siège au Sénat de l'État parce que le candidat républicain ressemblait exceptionnellement à Trump, tout en perdant une petite poignée de sièges à la Chambre des représentants." Levin fait référence au résultat dans Pennsylvanie, où le démocrate Jean Fetterman celui soutenu par Trump Mehmet Oz vaincu et les républicains ont perdu un siège qu'ils occupaient auparavant au Sénat. Levin se tourne vers les élections de 2024, qui jusqu'à présent ont principalement porté sur des questions Donald Trump était maîtrisé. Il y a 2024 sièges à pourvoir au Sénat en 33. Les démocrates doivent défendre 23 sièges, les républicains "seulement" 10 sièges et Levin ose prédire que les républicains remporteront « presque certainement » la majorité au Sénat dans deux ans. Il a écrit que les démocrates devaient être fous dans la prochaine législature Règle d'obstruction systématique d'abroger au Sénat – cette disposition du Règlement intérieur selon laquelle certaines décisions au Sénat ne nécessitent pas une majorité simple mais 60 voix pour une décision. Un aspect tactique intéressant à première vue. Cependant, il poursuivrait à l'avenir le précédent blocus mutuel entre les deux parties. Je suis trop loin du "champ de bataille" pour faire des pronostics. À mon avis, cependant, non seulement cela règle de l'obstruction systématique, mais un certain nombre d'autres points - comme le système électoral à l'élection présidentielle - sont responsables des faiblesses du système politique aux USA.

Conseille les républicains Lévin, pour tirer la leçon des récentes élections : commencer à aller au-delà du trumpisme. Il reste à voir s'ils sont suffisamment forts et déterminés pour le faire. Non abordé dans son analyse électorale Levin l'impact de certains problèmes de campagne sur le résultat ; comme le fait que la question de l'avortement a amené les femmes et les jeunes aux urnes en grand nombre - ils ont massivement voté pour les démocrates. (nytimes.com, 17.11.2022/XNUMX/XNUMX : "Les démocrates ont aussi perdu les mi-mandat" ; message d'invité par Yuval Levin).

La Mi-parcours apporté à mon avis un nouveau type de confusion pour les États-Unis. Les questions sur l'avenir du système démocratique aux États-Unis, qui sont devenues particulièrement aiguës depuis la présidence Trump, ainsi que les questions sur les réformes structurelles nécessaires - par exemple dans le système électoral - sont toujours sans réponse. La question décisive est de savoir si les forces politiques sont en mesure de s'attaquer à des réformes fondamentales compte tenu de la situation de blocus réciproque.

La New York Times écrit d'un "résultat mitigé" de la Mi-parcours : "L'élection n'a pas apporté de mandat clair à Biden, mais ce n'était pas non plus le rejet enseigné par nombre de ses prédécesseurs Mi-parcours dû accepter. Nous voyons un président vieillissant, parfois considéré comme fragile, entravé par la plus forte inflation en quatre décennies, par une guerre à l'étranger qui ébranle les marchés de l'énergie, et pourtant les faibles chiffres des sondages dépassent les attentes..." (nytimes.com, 9.11.2022/XNUMX/XNUMX : "Biden célèbre avoir battu les cotes, mais il fait face à un nouveau défi").    

Thèmes de la campagne : Démocratie, le « Grand Mensonge » et autres mythes

Avec deux discours publics au cours de la campagne électorale, le président Joe Biden averti de toute urgence des dangers pour la démocratie et le système de gouvernement libéral aux États-Unis. Le 1.9.2022er septembre 2.11.2022, il accuse l'ancien président et les "Républicains MAGA" de menacer les fondements mêmes de la république. Quelques jours avant la date des élections, Biden a abordé ce sujet dans un discours le XNUMX novembre XNUMX au Union Station in Washington DC à nouveau. Biden a été particulièrement bouleversé par le cambriolage violent d'un partisan du "Big Stolen Election Lie" au domicile de Nancy Pelosi, le président de la Chambre des représentants, en San Francisco le 28.10.2022/XNUMX/XNUMX. Le cambrioleur avait les ustensiles appropriés avec lui Nancy Pelosi kidnapper; il voulait lui casser les rotules. Comme la foule lors de la prise d'assaut du Capitole le 6.1.2021 janvier 82, le cambrioleur a crié : "Où est Nancy ?" Mais elle n'était pas dans la maison. Son mari, âgé de XNUMX ans Paul Pelosi le cambrioleur a infligé des blessures graves avec un marteau. 

Se référant à ce qui s'est passé, Biden a déclaré: "Une foule incitée, alimentée par un président répétant sans cesse le" gros mensonge "que l'élection de 2020 a été volée Washington DC en janvier 2021. "Un mensonge a dangereusement accru la violence politique et l'intimidation des électeurs au cours des deux dernières années."

Biden est très clair dans son discours du 2.11.2022/2020/XNUMX. Il nomme cheval et cavalier. Personne ne pourra plus tard dire qu'il ne savait « rien » : « Les éléments extrémistes du MAGA dans le Parti républicain - comme je l'ai déjà expliqué - une minorité dans ce parti, mais sa force motrice. Ils essaient à nouveau de faire ce qui a échoué en XNUMX - supprimer les droits des électeurs et renverser le système électoral lui-même. Cela signifie qu'ils nient votre droit de vote et veulent décider si votre vote compte ou non. Dès le début, il n'y avait aucune garantie pour la démocratie en Amérique. « Chaque génération devait le défendre, devait le protéger, devait choisir. Parce que c'est ça la démocratie. C'est un choix, une décision du peuple, par le peuple, pour le peuple ». Biden cite ici la célèbre phrase que le président Abraham Lincoln à l'occasion de l'inauguration du cimetière national sur le champ de bataille de Gettysburg décrit la démocratie américaine le 19.11.1863 novembre XNUMX (Adresse de Gettysburg). (Citations du discours de Biden du 2.11.2022/XNUMX/XNUMX : nytimes.com, 2.11.2022 novembre XNUMX : « Voici une retranscription intégrale du discours du président Biden sur la démocratie » ;   nytimes.com, 2/3.11.2022/XNUMX : "Biden avertit que les républicains "gros mensonges" mettent en péril la démocratie américaine" sueddeutsche.de, 3.11.2022/XNUMX/XNUMX : « Biden met en garde contre une menace pour la démocratie en Amérique »).

Qui sont ces «républicains MAGA» menaçant la démocratie américaine contre lesquels Biden met si fortement en garde? Avec une description détaillée de l'icône Trump Marjorie Taylor Greene gibt Robert Draper im Magazine du dimanche la New York Times une réponse à cette question (nytimes.com, 17.10.2022/XNUMX/XNUMX : « Le problème de Marjorie Taylor Greene – Ce que la montée de la députée d'extrême droite signifie pour la Chambre, le GO P et la nation).

Marjorie Taylor Greene pourrait le 8.11.2022 novembre XNUMX dans une circonscription sûre à Géorgie défendre leur siège à la Chambre des représentants avec une avance d'environ 30 %. Son slogan de campagne il y a deux ans était : "Save America - Stop Socialism". Tous les deux Mi-parcours En 2022, elle est allée plus loin et s'est battue avec l'appel : "Save America - Stop Communism". Trump l'avait déjà qualifiée de "grande gagnante" en 2020. 

Taylor Greene La liste de toutes les controverses possibles est à Wikipédia plus longue que la description de sa carrière politique elle-même. Lors de la célébration de sa victoire après les élections primaires de 2020, elle a annoncé que le président démocrate de la Chambre Nancy Pelosi, hors du Congrès en utilisant le mot "salope". Lorsque les critiques à ce sujet sont venues de l'intérieur de nos propres rangs, il aurait été temps de s'excuser. Mais, comme son modèle Trump, elle a déclaré dans une interview à la radio le lendemain: "Dans un moment passionné, j'ai utilisé une expression sale. Mais je ne retire rien. Je ne m'excuse pas." Kevin McCarthy, le futur président de la Chambre des représentants ne fera pas que vivre de bonnes choses avec des députés sûrs d'eux. Dans le rapport de Robert Draper elle est citée comme disant: "Je n'ai pas besoin d'un poste de direction. Je pense que j'en ai déjà un sans l'avoir.

Greene, 48 ans, se décrit comme une nationaliste chrétienne et explique que cela ne signifie rien de plus qu'une "chrétienne qui aime son pays." Interrogée sur les autres qui ont commenté le terme, elle a expliqué Robert Draper, elle ne savait rien du fond du terme "nationalisme chrétien" a connu. marchand de nouveautés en doute et cite d'autres "nationalistes chrétiens": "Ne séparez pas Dieu et le gouvernement", a déclaré le pasteur de droite et auteur chrétien à succès Draps hollandais. Une prière pour Greene fini Sheets en disant: "Tu es vraiment choisi, tu ne feras rien de mal, au nom de Jésus, amen!" Rob McCoy, un autre pasteur d'extrême droite a terminé une conversation avec Greene en disant: "Je prie Dieu qu'un jour elle devienne présidente des États-Unis." 

Greene croit que le christianisme est persécuté en Amérique aujourd'hui. Elle veut introduire la prière à l'école et plaide pour que les présidents américains donnent l'exemple chrétien. Elle dit de Jésus : « Il a combattu ce qui était mal. Il a jeté les changeurs hors du temple. Il a renversé leurs tables. Alors il s'est battu contre tout ce qui n'allait pas. 

"Même si Greene admettant volontiers être une "pécheuse", elle ne cesse de décrire les démocrates comme des "impies", Nancy Pelosi, un catholique pratiquant, y compris », écrit Robert Draper. pelosi soutient le droit à l'avortement et cela l'empêche d'être une vraie chrétienne. Et pourtant, si rapporté Draper, admirez-la Pelosi pour la façon dont elle exerce le pouvoir. en plus Greene, si jamais elle réussissait à devenir présidente de la Chambre : « Je gouvernerais d'une main de fer. 

Robert Draper a ces déclarations quelque peu désorganisées Verts le pasteur Méthodiste Uni de 77 ans Emanuel Couperet du Missouri, qui, en tant que démocrate, est membre du Congrès depuis 2005. Réponse courte de Cleaver : "Je pense qu'elle croit vraiment cela à propos de nous. Mais, je n'arrête pas de me dire : la sincérité seule ne rend pas un enseignement faible plus fort. 

Ma question initiale à tout cela était: "Qui sont ces" républicains MAGA "qui menacent la démocratie américaine et dont Biden met en garde avec tant de véhémence?" Verts Les structures de pensée, leur vision du monde et leurs déclarations peuvent sembler étranges et confuses à de nombreux Européens. Transféré à l'Europe contemporaine, par exemple, la fusion de l'imaginaire d'un Brexiteer extrême avec le sens religieux de la mission des nationalistes hongrois du Fidesz qui se sentent appelés à défendre l'Occident chrétien. Mais en Amérique, ce mélange superficiel de politique et de religion semble arriver. Donald Trump s'est présenté le 1.6.2020er juin XNUMX avec une Bible devant le Église Saint-Jean in Washington DC Il y a eu beaucoup de protestations à ce sujet. Cependant, ils ne concernaient peut-être pas tant la Bible en relief que le fait que Trump avait demandé à la police de nettoyer la zone devant l'église des manifestants.  

Comme le montrent leurs slogans électoraux, combattez Greene contre l'infiltration communiste des États-Unis. Elle croit au grand complot mondial selon lequel de nombreux membres du gouvernement vénèrent activement Satan et que le "mal mondial du monde" est créé par la famille royale saoudienne avec des milliardaires juifs, par exemple George Soros ou le Rothschild seront financés. La déclaration du pasteur méthodiste montre clairement ce qui menace les États-Unis et au-delà Emanuel Couperet"Je pense qu'elle y croit vraiment."  Couperet utilise ici le terme « croire » et continue en disant : « Les gens mélangent souvent leurs idées politiques avec la passion religieuse. Cela leur permet de penser qu'ils sont des agents de Dieu.

La prise du Capitole le 6.1.2021 janvier XNUMX - pour de nombreux Américains un chapitre très sombre de l'histoire américaine - interprétée Marjorie Taylor Greene complètement différent:

  • Le déclencheur : Pour L'approche de Greene C'était, et c'est toujours, que Trump a remporté les élections de 2020 et que la victoire lui a été «volée». Dans une interview, elle a qualifié le 6.1.2021 janvier 1776 de «notre moment de 4.7», traçant une ligne entre la prise du Capitole et la Révolution américaine et la déclaration d'indépendance du 1776 juillet. XNUMX, la fête la plus sacrée des États-Unis.
  • Reflété un jour après le soulèvement Greene les événements un peu différents : « Hier soir et tôt le matin ont peut-être été l'un des jours les plus tristes de ma vie. Trois jours après le début de mon mandat en tant que nouveau membre du Congrès (...) notre Capitole a été attaqué et blâmé sur le président que j'aime et je sais qu'il n'est pas à blâmer ; puis a blâmé toutes les personnes qui l'ont soutenu, 75 millions de personnes qui ont soutenu le président Trump et ont honnêtement reconnu son travail acharné et le Politique de l'Amérique d'abord et tout le reste sur "Rendre l'Amérique encore plus grande." Puis cela éclate et elle exprime sa conviction profonde que l'élection a été «volée»; La députée, qui venait d'emménager à la Chambre des représentants quelques jours plus tôt, reproche indirectement à ses propres amis du parti : "C'était terriblement solitaire là-dedans, en gros avoir à regarder l'élection se faire voler, la certification du vote du Le collège électoral pour Joe Biden et Kamala Harris même si nous savions que l'élection avait été volée et que les démocrates y travaillaient si dur, mais aussi des républicains, il y avait aussi des républicains." (Greene décrit le processus requis par la Constitution américaine pour la certification du résultat des élections sous la direction du vice-président Mike Pence. Trump avait Pence pressé pendant des jours de rejeter les résultats de plusieurs États fédéraux. Pence refusé parce qu'il n'a pas le droit constitutionnel de le faire).

Je veux revenir au mot-clé "1776" ; c'est devenu une métaphore de la droite américaine lorsqu'elle s'extasie sur la subversion et la révolution. De telles réflexions sur une "deuxième révolution américaine" étaient déjà occupées par certains hommes en 2020 Michigan. Mais ils ne se contentaient pas de parler d'une "deuxième révolution", ils faisaient déjà des plans concrets. Le groupe voulait Gretchen Whitmer, le gouverneur de Michigan, violemment kidnappé, mais le FBI a pu intervenir à temps et empêcher que de mauvaises choses ne se produisent. 

Le 27.12.2022 décembre XNUMX, un tribunal Adam Renard, le meneur du groupe, a été condamné à 16 ans de prison et l'a décrit non seulement comme un danger pour la sécurité de Gretchen Whitmer mais aussi pour la démocratie en Amérique. 

Le groupe a été initié par le Covid-19 Actions d'état Michigan; le défendeur Adam Renard avait décrit Whitmer comme un "tyran". Il avait des liens avec le soi-disant mouvement boogaloo, qui avait prôné le renversement du gouvernement, a participé à un entraînement aux armes lourdes et a commencé à enquêter sur l'environnement du gouverneur. L'accusation avait requis une peine d'emprisonnement à perpétuité au motif que d'autres personnes qui avaient des projets similaires devaient être dissuadées. Le tribunal a justifié la peine inférieure par le fait que Fox n'avait pas de casier judiciaire (nytimes.com, 27.12.2022/16/XNUMX : "Un homme condamné à XNUMX ans de prison pour avoir comploté pour kidnapper le gouverneur du Michigan").

Le 28.12.2022 décembre 19, un autre membre de ce groupe a été condamné à 7 ans et XNUMX mois de prison (nytimes.com, 28.12.2022/20/XNUMX : « Un homme écope de près de XNUMX ans de prison pour avoir comploté pour kidnapper le gouverneur. Gretchen Whitmer). 

Cette description détaillée de la pensée et des attitudes des Marjorie Taylor Greene im New York Times Magazine et les retombées qui ont suivi - notamment ce qui s'est passé le 6.1.2021/XNUMX/XNUMX - je pense qu'il est clair pourquoi le président Biden et les démocrates sont préoccupés par la démocratie en Amérique. Le rôle futur que Greene et le MAG Une faction jouera à la Chambre des représentants républicaine est un critère pour savoir si c'est le ALLER P. réussit à s'éloigner Donald Trump résoudre. Après Verts première victoire électorale, 2020, dans une circonscription rurale de Géorgie avait le stratège sobre et chef de la minorité au Sénat, Mitch McConnell, ont qualifié ces opinions de « cancers » dans le parti, ce qui serait certainement rectifié lors des prochaines élections. Il a peut-être oublié où irait le parti républicain pendant la présidence Trump.

Il était certainement prévisible que Biden prendrait la relève du gouverneur républicain Larry Hogan à partir de Maryland n'atteindrait pas les républicains décrits comme des partisans "irréductibles" de Trump avec ses discours sur la démocratie. Les discours étaient quand même importants

  • comme un appel au nombre peut-être pas très grand des réfléchis ;
  • comme un appel à sa propre base qu'il est urgent d'aller aux urnes ;
  • comme preuve pour les temps ultérieurs que la démocratie en Amérique serait réellement endommagée, il y avait des voix d'avertissement.

La Cour suprême a fourni une question qui a alimenté la participation électorale

Il y a un vieil adage : on est toujours plus malin après... Certains candidats républicains ont dû rendre hommage à cet adage après la Cour suprême le 24.6.2022 juin XNUMX, le droit à l'avortement, qui avait été garanti par un jugement antérieur, avait été révoqué et la compétence réglementaire avait été transférée aux États. Pendant des décennies, de nombreux républicains s'étaient opposés au verdict Roe vs. Wade combattu à partir de 1973. Maintenant, le but était atteint et Roe vs. Wade renversé - mais outre la jubilation des opposants à l'avortement, une vague d'indignation et de protestation a traversé l'Amérique.

Comme finalement chez les conservateurs Kansas Le 2.8.2022 août XNUMX, une initiative visant à ancrer l'interdiction de l'avortement dans la constitution de l'État a échoué, de nombreux républicains ont pris conscience du caractère explosif de ce sujet. Certains candidats ont l'attitude précédente Avortement et contre Choix pro sur leur propre site web Kansas supprimé ou libellé "plus doux". Don Balduc, le candidat républicain au Sénat en New Hampshire pensait que la question de l'avortement était une tentative de détourner l'attention des "choses vraiment importantes" (nytimes.com, 12.10.2022: "L'avortement motive les électeurs, mais les républicains préféreraient changer de sujet").

Ça m'a aidé Don Balduc Pas. Il a perdu la course face à son adversaire démocrate Maggie Hassan avec un déficit de 10 %. Également Marcheur Herschel, le candidat républicain au Sénat en La Géorgie, est devenue rattrapé la question de l'avortement. Lors de la campagne électorale, il s'est affirmé comme un opposant absolu à l'avortement, ne voulant même pas autoriser l'avortement en cas de viol, d'inceste ou pour sauver la vie de la mère. Son credo s'est fissuré lorsqu'une ancienne petite amie a déclaré qu'il avait payé pour un avortement et avait essayé de lui en faire subir un deuxième. Jean-Louis perdu contre le sénateur précédent le 8.11.2022 novembre XNUMX Raphaël Warnock seulement de justesse et finalement perdu lors du second tour nécessaire des élections du 6.12.2022 décembre XNUMX.

Le jugement de Cour suprême le 24.6.2022 juin XNUMX a apporté un vent favorable aux démocrates et a fondamentalement changé la situation pour les républicains. Pendant de nombreuses années, ils avaient généralement décrit leur position comme "pro-vie et anti-avortement". Maintenant, ils devaient faire des propositions concrètes pour les réglementations en attente au niveau de l'État. Tout à coup, les législateurs républicains ont été confrontés à des mots-clés difficiles et émotionnels : viol d'enfant, complications médicales potentiellement mortelles pendant la grossesse ou le diagnostic bouleversant que le fœtus est dans une condition rare mais menaçante. (...) Dans de telles discussions, les républicains ont dû reconnaître comment ce qui était autrefois un moyen facile de mobiliser leurs propres partisans est passé à un autre niveau.

Alors, que devraient et pourraient faire les républicains à propos de l'avortement ? "Une question - plusieurs réponses", a-t-elle déclaré New York Times dans leur résumé de l'actualité quotidienne Le matin Fête. "Tout dépend à qui vous demandez" (nytimes.com, 12.10.2022/XNUMX/XNUMX : "Les républicains ont passé des décennies à essayer de mettre fin à Roe, mais la réalité de l'interdiction de l'avortement est devenue un fardeau pour le parti"). Le résultat – et cette évolution se poursuivra – est un patchwork de réglementations, selon quel parti détient la majorité dans quel État. Dans les États démocratiquement gouvernés, il existe souvent une disposition constitutionnelle ou statutaire similaire à celle Roe vs. Wade avait précisé. Dans les États à gouvernement républicain, l'éventail des réglementations va d'une interdiction totale et absolue de l'avortement à des exceptions très diverses, comme en cas de viol, d'inceste ou de danger pour la vie de la mère. Les conséquences sont déjà prévisibles : de nombreuses affaires judiciaires et un soi-disant "tourisme de l'avortement" entre les États. Une pacification de la société américaine a été réalisée par le jugement de Cour suprême du 24.6.2022 juin XNUMX non atteint.

Dans tous les États où un référendum sur l'avortement était prévu le 8.11.2022 novembre XNUMX, les partisans du droit à l'avortement l'ont emporté (au choix) et cela même dans des États à gouvernement républicain comme Kentucky ou Montana et aussi dans un "état de swing" comme Michigan. « La suppression de Roe vs. Wade a aidé à garder le Sénat bleu (le bleu est la couleur démocrate). Elle a failli empêcher les républicains d'obtenir la majorité à la Chambre des représentants. Les sondages à la sortie des urnes suggèrent que l'avortement était juste derrière l'inflation en tant que principal problème de l'élection, et 76 % de ceux qui ont désigné l'avortement comme le principal problème ont voté pour les démocrates" (nytimes.com, 21.11.2022/XNUMX/XNUMX : « Le mouvement pro-vie a conclu un marché avec Trump, et il l'a payé cher » ; message d'invité par David français).

David français, l'auteur de ce post invité du NYT s'engage à mouvement pro-live. En tant qu'opposant à l'avortement, il donne un aperçu intéressant du dilemme dans lequel Pro Vie conseillé: "Ceux d'entre nous qui sont dans les tranchées judiciaires contre Chevreuil combattu crois-le (chevreuil) était à la fois constitutionnellement infondé et fondamentalement injuste. La constitution n'a jamais prévu d'interdire à l'État de protéger la vie à naître. Mais les arguments juridiques contre l'avortement ne sont pas les mêmes que les arguments moraux. » Un constat remarquable – avec le recul – et Français poursuit : « Avec l'abrogation de Chevreuil (par le verdict du 24.6.2022 juin XNUMX) l'avortement n'a pas été interdit, mais les possibilités du législateur de le réglementer et de le restreindre ont été considérablement élargies. Français les conséquences pour eux mouvement pro-vie du jugement : « L'accord du mouvement pro-vie avec Trumpisme Chevreuil L'arrêter a un coût élevé, car les discussions sortent désormais de la salle d'audience et pénètrent dans le cœur et l'esprit des électeurs ordinaires. » En d'autres termes, la discussion au niveau de l'État sur l'avortement ne consiste plus à apporter des arguments juridiques aux nouveaux juges pour qu'ils convaincre mais sur la politique et les campagnes électorales, avec toute leur autonomie. Et ainsi décrit Français le dilemme de certains militants clairvoyants Mouvement pro-vie : « La philosophie du parti républicain dominé par Trump est fondamentalement incompatible avec la philosophie d'un parti en bonne santé. mouvement pro-vie. La raison en est simple : le trumpisme est basé sur l'hostilité : le mouvement pro-vie basé sur l'amour, y compris l'amour pour l'adversaire politique le plus acharné. (Peut-être une description idéalisée, car les hostilités des femmes devant les portes des cliniques militants pro-vie n'a pas toujours été géré avec amour. Mais son observation est certainement correcte : le déplacement des litiges de la salle d'audience vers les parlements des États et enfin vers les campagnes électorales modifiera fondamentalement ces litiges.

décrit ensuite Français son attitude envers Donald Trump: „Donald Trump mérite le mérite d'avoir nommé les juges qui ont aidé Chevreuil réviser. Quelque chose d'autre s'est passé pendant sa présidence. Pour la première fois depuis la présidence Carter, le taux d'avortement aux États-Unis a augmenté. Pour la première fois en 30 ans, le nombre d'avortements a augmenté. Le taux d'avortement au cours de la Présidence pro-vie de Reagan, Bush et Bush est tombé. Elle est également tombée pendant la Présidence Pro Choice de Clinton et Obama. Cependant, elle a coulé au sommet Donald Trump.

Un constat remarquable qui montre clairement que pendant la présidence Trump dans la société américaine et dans le domaine de la morale, des évolutions ont été amorcées, dont les séquelles s'étendent bien au-delà des mauvais événements visibles - comme le 6.1.2021 janvier XNUMX. les Activiste pro-vie a apparemment reconnu qu'il ne peut pas résoudre les nouveaux problèmes avec son approche morale de l'amour avec les représentants de la sphère politique - en particulier avec ceux qui ont changé leurs sites Web dans la suite des discussions après l'arrêt du 24.6.2022 juin XNUMX. Il semble soupçonner que les visions futures de parties du mouvement pro-vie, qui plaident pour plus d'aide et de conseils pour les femmes enceintes, entre les mains de "nationalistes chrétiens" comme Marjorie Taylor Greene ne sont pas entre de bonnes mains. Jusqu'où cela tout au long mouvement pro-vie a déjà été reconnu, je ne peux pas évaluer. Tôt ou tard, les Républicains à la Chambre des Représentants reviendrons sur leurs vieilles revendications pour de nouvelles réductions de l'assurance maladie américaine, déjà faible. Comme si Anti-avortement réagir quand il s'agit d'avantages pour les femmes enceintes? 

Anti-avortement devra chercher à coopérer avec les démocrates à l'avenir. Cependant écrit Français sur l'éthos des adversaires précédents, le Mouvement Pro Choice rien. Il serait intéressant de savoir si et comment lui et le mouvement pro-vie pourrait imaginer travailler avec les démocrates. Une première étape pourrait être le "désarmement rhétorique". L'accusation «d'infanticide» qui a été utilisée à maintes reprises devrait être retirée du vocabulaire de Anti-avortement être supprimé.   


Sous-chapitres: Pas les électeurs swing, mais la participation électorale décide

Un aspect intéressant qui va bien au-delà du sujet Avortement sort, soigné Ezra Klein, un chroniqueur d'opinion New York Times. Avec de nombreuses figures, il documente un processus de longue date dans la société américaine :

En 1952, seulement 50 % des électeurs croyaient qu'il y avait des différences majeures entre les démocrates et les républicains. En 1984, 62 % étaient d'accord, en 2004 c'était 76 % et en 2020, 90 % de l'électorat voyaient des différences majeures entre les deux partis. Les différences sont également évidentes dans le contact personnel mutuel entre les élus et le personnel de gestion. Alors laissez parler Donald Trump lors de la campagne électorale de 2016 ses fans avec le mot clé "Hillary Clinton' en scandant : 'Enfermez-les ! Enfermez-les ! » L'opposant politique est devenu entre-temps l'ennemi et finalement l'ennemi de l'État.

Ezra Klein conclut: «Ces différences entre les partis ont fait des électeurs swing non seulement une espèce en voie de disparition, mais des créatures bizarres. À quel point leurs idées sur la politique doivent-elles être confuses pour pouvoir osciller régulièrement entre républicains et démocrates ? » (nytimes.com, 22.11.2022/XNUMX/XNUMX : "Trois théories qui expliquent cet étrange moment"). 

Le fait que l'électorat soit fermement enfermé dans des partis qui peinent à trouver des compromis entre eux a une conséquence étrange : le parti ne gagnera pas une élection qui attire autant d'électeurs swing que possible de l'autre côté - l'écart entre les deux est devenu beaucoup trop grand pour le programme respectif. Le parti qui pourra mobiliser sa base pour voter gagnera. C'est exactement ce que les démocrates ont largement réalisé le 8.11.2022 novembre XNUMX. Une analyse plus poussée de la New York Times c'est noté. « Lors d'une élection de mi-mandat typique, comme celle de 2010 ou de 2014, la participation électorale chute d'environ 20 % par rapport à l'élection présidentielle. Avec le jugement d'avortement de Supreme Court Intérieur Le 24.6.2022 juin XNUMX, les démocrates ont reçu un numéro de campagne électorale qui a bouleversé tout ce qui s'appliquait auparavant aux élections de mi-mandat. «Les démocrates ont soudainement trouvé un enjeu pour alimenter leur base électorale. Avant le jugement, de nombreux républicains avaient obtenu leur statut de candidat à la primaire parce qu'ils Pro Vie et se sont opposés à l'avortement. Après le verdict, ils ont vu autant de femmes et de jeunes s'inscrire pour voter. Les démocrates ont reconnu l'impact de ce problème. Dans le cadre d'un examen des élections à CNN il a été mentionné que les démocrates ont dépensé plus de 350 millions de dollars en publicités de campagne sur ce sujet (CNN, 25.12.2022/XNUMX/XNUMX ; « Au cœur de la politique »).

Il y avait un coup de semonce pour ceux qui avaient le sujet Avortement candidats républicains que les républicains dans l'État conservateur Kansas Le 2.8.2022 août XNUMX, ils ont tenté de renverser le droit à l'avortement inscrit dans la constitution par un référendum et ont ainsi clairement échoué. Certains candidats ont reconnu l'effet de ce "changeur de jeu" et ont complètement supprimé leurs précédentes déclarations rigoureuses contre l'avortement sur leurs sites Web ou les ont lavées.

David français fait référence dans sa contribution d'invité déjà citée dans le New York Times sur les enquêtes de sortie. En conséquence, pour beaucoup, la question de l'avortement venait juste après la question de l'inflation. Cela a failli coûter aux républicains une courte majorité à la Chambre des représentants. Dans quels États et dans quelle mesure ces enquêtes de sortie ont été menées Français pas avec.

Michelle Goldberg, a décrit le dilemme des républicains sur cette question en une phrase dans sa chronique du NYT : "En ce qui concerne le droit au choix reproductif, les républicains ont tout simplement perdu le contact avec les valeurs d'une partie importante de l'électorat."nytimes.com, 9.11.2022/XNUMX/XNUMX "Les républicains n'ont pas lu la pièce").


Inflation – L'enjeu de la campagne républicaine

Qu'est-ce qui inquiète le plus les Américains ? Quels sujets ont-ils Mi-parcours décidé? J'ai parfois eu l'impression que l'avenir de la démocratie aux États-Unis se décidera aux pompes des stations-service. L'inflation dans le pays a été mesurée par la hausse des prix de l'essence. Mais apparemment, de nombreux électeurs ont été assez intelligents pour se rendre compte que ce n'est pas le président à la Maison Blanche ou les démocrates au Congrès, mais Poutine et l'attaque contre l'Ukraine qui étaient et sont responsables des problèmes économiques - pas seulement aux États-Unis.

Après l'élection, cette phrase est facile à écrire. Tout d'abord, les enquêteurs électoraux ont déterminé que la hausse des prix de l'essence, de la nourriture et des loyers est ce qui inquiète le plus l'électorat. Au départ, cependant, la Maison Blanche – comme la BCE – parlait de l'inflation comme d'un phénomène temporaire. En février 2022, un groupe de sénateurs démocrates a appelé le président Biden à geler la taxe fédérale sur l'essence. Le 16.8.2022 août XNUMX, le Président a signé le Loi sur la réduction de l'inflation avec le prix de l'insuline plafonné en plus des sommes élevées dépensées pour la protection du climat et l'énergie et Medicare (qui fait partie du système de santé américain) pour négocier eux-mêmes le prix des médicaments sur ordonnance. Mais, comme l'ont découvert les enquêteurs sur les élections, "les électeurs ne savent presque rien de cette loi et de ce qu'elle dit". Loi sur la réduction de l'inflation Elle s'est surtout fait connaître parce que la loi pouvait entraîner des désavantages concurrentiels pour les entreprises européennes sur le marché américain.

Le 9.11.2022 novembre XNUMX – au lendemain de l'élection – le New York Times un rapport qui comprenait le message moins qu'optimiste pour les démocrates : "L'inflation a dominé les élections tandis que les démocrates cherchaient des réponses" (nytimes.com, 9.11.2022 : "Cinq points à retenir d'une vague rouge qui n'a pas atteint le rivage"). Vers la fin de la campagne électorale, nos journaux ont également adopté cette touche négative pour les démocrates. Le 4.11.2022 novembre XNUMX, écrivez le Journal sud-allemand : "Les gens aux États-Unis souffrent de l'inflation. Cela pourrait être un avantage pour les républicains : plus les prix sont élevés, moins le président reçoit d'approbation Joe Biden." Puis à l'appui : Selon un sondage du quotidien conservateur Wall Street Journal Dès le début du mois de novembre, c'est exactement ce qui va se passer : le Parti républicain obtiendra la majorité au Congrès. Et c'est parce que les électeurs qui ne suivent pas la politique de très près ont regardé leur portefeuille. Ceux qui regardent leur portefeuille s'inquiètent de l'inflation - et sont donc prêts à voter pour les candidats du parti d'opposition (sueddeutsche.de, 4.11.2022/XNUMX/XNUMX : "Quand il a pris le pouvoir, il a tout gâché").

La référence aux « électeurs qui ne suivent pas la politique de manière très intensive » est ici remarquable. Apparemment, il n'y avait pas autant de personnes désintéressées qu'il y en avait à la fin Wall Street Journal  avait suspecté.

Comme déjà expliqué, il y avait d'autres questions de campagne importantes en plus de la question de l'économie et de l'inflation. Il y avait la menace pour le système démocratique libre, qui est devenue évidente lorsque le Capitole a été pris d'assaut le 6.1.2021 janvier XNUMX. Les différentes questions revêtaient une importance différente selon l'âge et les groupes sociaux et mobilisaient l'électorat de différentes manières. Je veux revenir sur le sujet de l'avortement. Il y a un large consensus dans les médias sur le fait que cette question a complètement transformé la campagne électorale. les New York Times écrit d'un Changeur de jeu (nytimes.com, 9.11.2022 : "Cinq points à retenir d'une vague rouge qui n'a pas atteint le rivage").  

La Süddeutsche Zeitung décrit le tour de montagnes russes émotionnel parmi les électeurs : « Il y a seulement quelques mois, après la fin de Roe contre Wade, que cette discussion pourrait sauver le Parti démocrate. Ensuite, il semblait que les républicains étaient désormais principalement préoccupés par les prix énormément augmentés à la pompe à essence et dans les supermarchés. Cette élection de mardi a finalement montré que les républicains avaient sous-estimé l'indignation suscitée par le jugement révisé sur l'avortement par la Cour suprême et les démocrates ont profité de la mobilisation.  (sueddeutsche.de, 10.11.2022 novembre XNUMX : "Comment le débat sur l'avortement a aidé à décider des mi-mandats").

Inflation ou avortement ? Quel sujet a contribué de manière significative au résultat électoral des Midterms ? Le déroulement et l'issue de la course au siège du Sénat en New Hampshire montre un exemple de l'endroit où se trouve finalement un objectif clé. Les républicains avaient calculé une bonne chance de gagner le siège avec leur von Donald Trump candidat soutenu, l'ancien général Don Bolduc gagner. Le sénateur démocrate Maggie Hassan a été élu pour la première fois au Sénat lors des dernières élections et s'est présenté pour la première fois en 2022. La campagne électorale s'est transformée en une bataille modèle sur la question décisive de la campagne. Bolduc lors d'un débat acharné sur les candidats le 17.10.2022 octobre XNUMX, a blâmé son adversaire pour l'inflation à tous les niveaux. Il a précédemment décrit la question de l'avortement comme une «manœuvre de distraction» des problèmes vraiment importants. New Hampshire obligés de choisir entre "chauffer" et "manger" à cause de l'inflation.

Selon le rapport de New York Times montré sur le débat Maggie Hassan était faible sur la question de l'inflation et a essayé d'éviter cette question - un peu comme ça Don Balduc jugé au sujet de l'avortement. Les électeurs de New Hampshire ont pu clairement décider de ce qui était important pour eux : à la fin, ils ont gagné Hassan le siège du Sénat par une marge de 10 pour cent. Trump avait du soutien Bolduc inutile, peut-être même lui faire du mal. Pendant la campagne électorale, il avait fait des déclarations ambiguës sur le sujet de prédilection de Trump, "l'élection volée". Lors de la primaire au cours de laquelle il a remporté l'investiture républicaine, il a rejeté avec véhémence le résultat de 2020 – pendant la campagne elle-même, il a déclaré que l'élection était juste et libre. (Reportages sur la campagne électorale en New Hampshire: nytimes.com, 12.10.2022/XNUMX/XNUMX : « L'avortement motive les électeurs, mais les républicains préfèrent changer de sujet » ; nytimes.com, 27.10.2022 : "Le challenger d'Hassan, Don Bolduc, passe à l'offensive, mais bute sur des contradictions").

D'autres analyses électorales sont à prévoir dans un proche avenir, à l'aide desquelles il deviendra finalement clair quelle question a été décisive. Ceux pour qui la question de l'avortement était particulièrement importante ont majoritairement voté démocratiquement. Ils se sont rendus aux urnes en grand nombre.

Donald Trumps les candidats étaient souvent faibles

Comme presque aucun autre président précédent n'a Donald Trump dans la campagne électorale Midermes introduit, pour ne pas dire interféré. Trump était déjà activement impliqué dans les primaires pour désigner des candidats républicains. Son domaine privé à Mar-à-Lago in Floride devient un lieu de pèlerinage pour les candidats et ceux qui veulent le devenir. Trump est devenu une sorte de « faiseur de rois ». Il préparait évidemment sa propre candidature pour 2024 et son objectif premier n'était pas de « fournir » au parti des candidats compétents et prometteurs.

Après une présentation complète de Journal sud-allemand Trump a approuvé 199 candidats au Sénat, à la Chambre des représentants et aux postes de gouverneur lors des primaires. Parmi ceux-ci, 189 ont remporté les primaires, devenant des candidats officiels pour le GOP A première vue, un très bon résultat pour les Trumpistes. La SZ a examiné ce résultat d'un peu plus près : « Pour 70 % des candidats Trump, il était clair dès le départ qu'ils l'emporteraient aux primaires. Trump s'est attaché à leur campagne déjà réussie comme une sorte de passager clandestin, parfois quelques jours seulement avant la date des élections. Parfois, il n'y avait pas non plus de challenger au sein du parti.

Un autre chiffre du rapport SZ est intéressant : 137 des candidats Trump ont été décrits comme des soi-disant « négationnistes des élections » ; Les négateurs des élections ou les sceptiques des élections qui pensent que Biden n'est pas le président légitime. Trump a utilisé deux critères pour soutenir les candidats :

  1. « Son » candidat est-il prêt à défendre le mythe de « l'élection volée » ?
  2. Un candidat a-t-il déjà critiqué Trump ou même aidé à certifier l'élection de Biden ? Si de tels candidats se présentaient à nouveau, Trump soutenait les candidats adverses aux primaires.

Un exemple particulier du groupe de cas 2 était l'élection du gouverneur en Géorgie. Là se tenait le républicain sortant Brian Kemp pour la réélection. Mais Kemp avait refusé Trump en 2020 et certifié l'élection de Biden. En conséquence, il est tombé en disgrâce auprès de Trump, qui a soutenu le candidat adverse aux primaires – en représailles, pour ainsi dire. David Perdu, mais cela a perdu haut la main contre kemp, qui a été réélu gouverneur de Géorgie le 8.11.2022 novembre XNUMX. C'est épicé ça Kemp dans la campagne électorale de l'ancien vice-président de Trump Mike Pence avait été soutenu. Son comportement a été interprété comme une étape pour rompre avec son ancien patron.

Une image similaire se dégage pour les candidats à la Chambre des représentants soutenus par Trump : Trump a soutenu 149 républicains, dont 105 ont nié le résultat des élections de 2020, et 9 autres ont exprimé des doutes. Un exemple de "Trump's Revenge" était son soutien à Harriet Hageman, qui est le siège de Liz Cheney a pris le relais. Cependant, était Cheney non seulement "punie" par Trump - elle était l'une des 10 membres du Congrès républicains qui ont voté pour destituer Trump pour son implication dans la prise d'assaut du Capitole le 6.1.2021/12.5.2021/XNUMX. Déjà le XNUMX mai XNUMX Liz Cheney de l' ALLER PUne faction à la Chambre des représentants a voté contre la direction de la faction et a pratiquement été autorisée à être abattue. "Avec elle, une voix va disparaître de la faction républicaine qui défend les valeurs fondamentales de la démocratie avec fidélité aux principes", a-t-elle écrit. Journal sud-allemand. votre successeur Harriet Hageman avait – dans l’esprit de Trump – qualifié l’élection présidentielle de 2020 de « moquerie » et de « manipulée » (sueddeutsche.de, 2.11.2022/XNUMX/XNUMX : « Les fidèles candidats de Trump »).

Au Sénat, la faiblesse des candidats de Trump a eu des conséquences particulièrement graves pour les républicains. Trump avait soutenu 8.11.2022 républicains sur les 35 sénateurs en lice le 23 novembre XNUMX. En fin de compte, les démocrates ont fait entrer les républicains Pennsylvanie ont perdu un siège au Sénat et ont ainsi élargi leur ancienne majorité très mince. Celui soutenu par Trump Mehmet Oz perdu dans Pennsylvanie contre le démocrate Jean Fetterman. Celui également soutenu par Trump Marcheur Herschel perdu le 6.12.2202/XNUMX/XNUMX à Géorgie le second tour contre le président sortant démocrate Raphaël Warnock

Ce ruissellement dans Géorgie est intéressant pour plusieurs raisons : Raphaël Warnock a été le premier Afro-Américain à voter lors d'une élection partielle le 5.1.2021 janvier XNUMX Géorgie été élu au Sénat. Désormais, il a pu défendre son siège le 8.11 novembre/6.12.2022 décembre XNUMX. Il est considéré comme une étoile montante parmi les démocrates, notamment en raison de sa capacité à travailler ensemble au-delà des lignes de parti. les New York Times fait référence au précédent pasteur principal au Ebenezer Baptist Church in Atlanta – l'église d'autrefois Martin Luther King prêché - en tant qu'homme profondément religieux et en tant que praticien politique qui a compris depuis longtemps que "le travail de l'église ne s'arrête pas à la porte de l'église mais commence seulement là". warnocks compétences politiques ambiguës. Il était "le meilleur acteur de tous les temps Géorgie a donné », a déclaré Brian C Robinson, porte-parole de l'ancien gouverneur républicain Offre NathanAvec son talent, il se tient au sommet Clinton et Obama (nytimes.com, 7.12.2022 décembre XNUMX : « Un pasteur et homme politique qui voit le vote comme une forme de prière »). On devient Sénateur Raphaël Warnock à partir de Géorgie certainement entendre plus à l'avenir.

Les républicains avaient aussi un Afro-Américain, l'ancienne star du football, comme adversaire Marcheur Herschel mis en place, qui a été soutenu par Trump. Ce que cette défaite de « son » candidat signifie pour Trump se résume par New York Times résumé comme suit : « La défaite de Monsieur Walker, triés sur le volet par M. Trump est le point culminant d'une année désastreuse pour l'ancien président, qui se considérait comme un faiseur de roi républicain pour voir ses candidats au Sénat en Nevada, Arizona, Pennsylvanie et New Hampshire et ses candidats au poste de gouverneur de Arizona, Michigan, Pennsylvanie et Géorgie ont été soit battus à la primaire, soit aux élections du mois dernier." (nytimes.com, 6/7.12.2022 décembre 51 : Warnock bat Walker, donnant aux démocrates le XNUMXe siège au Sénat »).

Avec le maintenant à travers Warnock obtenu 51 voix au Sénat, les démocrates pourraient être le sinistre Règle d'obstruction systématique pas surmonté, 60 votes sont nécessaires pour cela. Mais il leur sera un peu plus facile de faire passer leurs candidats pour les postes clés du gouvernement et de la magistrature qui nécessitent l'approbation du Sénat. Les démocrates ont également un avantage en ce qui concerne les nominations aux commissions du Sénat. Il y a maintenant un contrepoids au cas où les républicains essaieraient de compliquer la vie du gouvernement avec des commissions d'enquête majoritaires à la Chambre des représentants (nytimes.com, 6-7.12.2022/XNUMX/XNUMX : Les démocrates ne se sont pas contentés de gagner la Géorgie. Ils ont assuré une emprise plus ferme sur le Sénat. »).

J'ai déjà brièvement évoqué les défaites des candidats Trump dans divers États. Les résultats en New Hampshire et Nevada. In New Hampshire Les républicains avaient espéré prendre le siège du Sénat aux démocrates. Mais le candidat soutenu par Trump Don Bolduc perdu les élections. De même, les espoirs républicains ont été déçus Nevada. Le républicain y a perdu Adam Laxaltl'ancien sénateur Catherine Cortez Masto pourrait conserver le siège aux démocrates.

Dans les disputes décisives, les candidats de Trump n'ont pas réalisé ce que la base du parti avait espéré lors des primaires respectives. Le tacticien vétéran et chef de la faction minoritaire républicaine au Sénat, Mitch McConnell était juste; Avant même l'élection, il s'est plaint de la "qualité" des candidats républicains. les New York Times le mettre de cette façon: "Trump a sellé des candidats faibles pour les républicains" (nytimes.com, 9.11.2022 : "Cinq points à retenir d'une vague rouge qui n'a pas atteint le rivage").

Retour au ruissellement dans Géorgie. Thomas Spang, le correspondant américain du Voix de Heilbronn noms dans un commentaire qui est responsable de la défaite là-bas: Trump était dans Géorgie joué et aidé les démocrates. « Cette fois, l'ex-président a aidé avertir, en utilisant Marcheur Herschel promu un candidat qui ne semblait ni intellectuellement ni émotionnellement égal au poste pour lequel il postulait. (...) Encore une fois, Trump a sous-estimé l'intelligence des électeurs. (…) L'élection historique Raphaël Warnocks est un autre clou dans le cercueil du Trumpisme » (Voix Heilbronn, 8.12.2022 décembre XNUMX : « Des électeurs sous-estimés » ; commenté par Thomas Spang).

Référence: Le 8.12.2022 décembre XNUMX, le sénateur démocrate Kyrsten Sinema de l'Arizona a annoncé qu'elle quittait le Parti démocrate et qu'elle resterait au Sénat en tant qu'indépendante. j'ai plus de détails que Dernières nouvelles - 9.12.2022/XNUMX/XNUMX décrit dans la section Résultats à mi-parcours. Les conséquences exactes ne peuvent pas encore être prévues, car il n'est pas encore clair si théâtre restera membre de la faction du Sénat démocrate, tout comme deux sénateurs indépendants à ce jour.

Sarah Palin et Kari Lake - L'échec de deux icônes de Trump

Les médias ont suivi la course au poste de gouverneur avec une attention particulière Arizona, où le partisan absolu de Trump Lac Kari a couru pour républicain et ce qui se passe dans Alaska, où l'ancienne icône de Mouvement du thé Sarah Palin a tenté de rattraper le fossé de l'été 2022 lorsqu'elle a perdu l'élection partielle pour un siège à la Chambre des représentants devenu vacant. Les deux candidats étaient Donald Trump soutenus et tous deux ont perdu les élections du 8.11.2022 novembre XNUMX. Leurs déclarations politiques et la nature agressive de leur apparence peuvent avoir contribué à leur défaite. De plus, la relation étroite avec Donald Trump a également eu un impact négatif.

In Arizona voulait l'ancien présentateur de nouvelles de la chaîne de télévision conservatrice Fox News in Phénix, AR défendre le poste de gouverneur pour les républicains. l'ancien titulaire, Doug Ducey, n'a pas été autorisé à se représenter après deux mandats.

Lac Kari représentait le programme complet de MAGA républicain: Elle voulait Dr Anthony Fauci, arrêter l'exceptionnel expert corona aux États-Unis, propagé scientifiquement non testé Thérapies Covid-19 et a soutenu le "Big Lie" de Trump selon lequel le résultat des élections de 2020 a été falsifié. Lac Kari a réitéré la rhétorique anti-immigrés de Trump et s'est engagé à s'opposer à "l'invasion" à la frontière sud-ouest Arizona pour terminer le mur de Trump.    

Sur les champs de bataille de Guerre culturelle elle aimait particulièrement jouer. Elle a fait l'éloge d'une loi de l'État Arizona à partir de 1864 et critique les interventions médicales chez les personnes transgenres. Dans d'autres États, comme Arkansas, Tennessee et Floride, le traitement hormonal des mineurs transgenres a déjà été interdit par la loi. Dans Arkansas avait le gouverneur républicain Asa Hutchinson a opposé son veto à la loi d'interdiction d'avril 2021, mais a été annulée au parlement de l'État avec la majorité requise par ses propres amis du parti. Au Tribunal fédéral de Little Rock, AR pour la première fois en Amérique, une procédure de révision d'une telle loi d'interdiction est en cours (nytimes.com, 4.12.2022/XNUMX/XNUMX : "Après le procès de l'Arkansas, la légalité de l'interdiction de prise en charge des jeunes transgenres par le juge Weigh").     

Faisant écho à Trump, elle a qualifié les journalistes de "bras droit du diable". Lac Kari souvenir très différemment. Elle a plaidé pour plus de contrôle des armes à feu et des idées libérales sur l'immigration et les drag queens Barack et Michelle Obama admiré et à Campagne d'Obama fait un don. les New York Times écrit sur une métamorphose qui a choqué d'anciens collègues et connaissances. Entre autres choses, il est cité Richard Stevens, le connu sous le nom de Drag Queen Barbara Séville apparition publique. Stevens partager avec, Lac Kari l'a eu plus tôt en tant que commentateur aussi Problèmes LGBTQ invitée à ses programmes et elle visitait souvent ses spectacles de dragsters. Il est même dans Lacs maison comme Barbara Séville s'est produit – en présence des enfants.

Apparemment reconnu Lac Kari les conséquences de cette métamorphose. Elle a pleuré la perte de vieux amis et a expliqué à ses fans qu'elle ne pouvait pas comprendre que ses anciens collègues de télévision étaient maintenant elle et aussi Donald Trump attaqué injustement. "Mais je vais vous dire quelque chose : tous les amis patriotes et amoureux de l'Amérique que je me suis faits compensent mille fois ceux que j'ai perdus." 

Lac Kari ont conçu leurs performances selon le modèle de Trump, avec des extraits de films entrecoupés, accompagnés de musique. Je rapporterai leurs vilaines gaffes ailleurs. est venu dans la campagne électorale Barack Obama en faveur du candidat adverse Katie Hobbs après Phénix et, plein d'ironie amère, a tracé une ligne de connexion de Trump Lac: "Si nous n'avions pas simplement choisi quelqu'un dont les principales qualités étaient à la télévision, nous aurions pu [avec Lac Kari) osez essayer » (nytimes.com, 5.11.2022/XNUMX/XNUMX : "En Arizona, Lac Kari A travaillé dans les journaux télévisés locaux. Maintenant, elle traite les journalistes de "monstres"").

La campagne électorale pour le poste de gouverneur de Arizone était violent. Lors du dépouillement des votes, la majorité a changé plusieurs fois. Au final, l'ancien travailleur social et ministre de l'intérieur à la voix douce a remporté Katie Hobbs à une faible majorité. Les deux candidats n'auraient pas pu être plus différents. Lac Kari : Fort et agressif dans le style de Trump et formé au cours de nombreuses années d'expérience à la télévision pour de grandes apparitions devant la caméra - elle a décrit Katie Hobbs comme un lâche et un poulet parce que ceux-ci avaient refusé d'avoir un débat avec Lac se produire sur la grande scène. Hobbs préfèrent les petits événements, les fêtes à la maison, les tables rondes.

Les sujets principaux des deux candidats pourraient être clairement assignés :

  • Inflation, frontières sûres et « élection volée ». Lac;
  • droit à l'avortement et sauvegarde de la démocratie hobbies.

Et de même que par le jugement de Cour suprême du 24.6.2022 juin 23.9.2022, le contentieux a été complètement reprogrammé le 1864 septembre XNUMX, lorsqu'un juge a débarrassé une loi de XNUMX de la poussière de l'histoire et ainsi en Arizona Les avortements étaient interdits presque sans exception. Lac Kari a qualifié l'ancienne loi de "grande loi" et a déclaré qu'elle soutiendrait de nouvelles restrictions en tant que gouverneur. Katie Hobbs a qualifié la loi d'interdiction de 1864, désormais sortie d'un chapeau, de "loi du vieil ouest" et a annoncé que la loi d'interdiction serait abrogée (nytimes.com, 29.9.2022/XNUMX/XNUMX : "Dans la course serrée du gouverneur de l'Arizona, un démocrate se tourne vers l'avortement pour gagner").

Le décor était donc planté pour la décision du 8.11.2022 novembre XNUMX. A probablement aussi Lac Kari l'urgence du sujet Avortement sous-estimée et elle a perdu les élections. Le résultat était : Hobbs – 50,4 % ;  Lac – 49,6 pour cent. La montée d'une nouvelle étoile dans le ciel MAGA attendue par Trump devrait donc être terminée pour le moment. Je veux décrire brièvement la poursuite de la descente de l'étoile dans l'ancien ciel du Tea Party.

Sarah Palin est apparue pour la première fois sous les feux de la rampe d'un large public américain en 2006 lorsqu'elle a été étonnamment élue gouverneur de Alaska a été choisi. Deux ans plus tard, en 2008, elle rattrape John McCain en tant que colistier (deuxième vice-président) à son équipe, oui McCain a perdu les élections contre Barack ObamaJohn McCain a la vocation de Sarah Palin plus tard appelé jeu de hasard. les New York Times écrit d'un Passe Je vous salue Marie – cette dernière tentative de Football, vouloir décider d'un match peu de temps avant le coup de sifflet final en lançant une passe – tout simplement loin en avant. 

Palin n'a pas complètement disparu de la vue du public même après les élections perdues. Lorsque Icône du thé et que Étoile de Fox News elle est restée présente. Il a ouvert la voie à une sorte de rhétorique politique dès le début, et il l'a fait des années plus tard Donald Trump devrait mener à son terme. Palin a parlé des « sang-bleu » à la direction du Parti républicain. Trump a parlé des "RINO" - des républicains de nom seulement" - des républicains de nom seulement".  Palin a parlé des "médias de flux boiteux" dans la corruption du terme "médias de flux principal". Trump a qualifié les médias qui l'ont critiqué de "fake news" et d'"ennemis du peuple". Palin s'est fait connaître pour sa stabilité, donnant aux gens l'impression qu'"elle est l'une des nôtres". Elle était une mère qui travaillait et avait un jeune fils avec elle Syndrome de Down, une fille qui est tombée enceinte à l'adolescence au moment même où la mère devenait publique en 2008 et un fils qui a servi dans l'armée américaine en Irak (nytimes.com, 23.11.2022/XNUMX/XNUMX : "Sarah Palin perd alors que la fête qu'elle a aidé à transformer passe devant elle"). 

La tentative de réintégrer la grande politique a échoué pour Palin initialement à l'été 2022. Après la mort d'un membre du Congrès républicain le 16.8.2022 août XNUMX à Alaska une élection partielle organisée par le démocrate Marie Peltola contre Sarah Palin - bien que ceux-ci de Donald Trump a été soutenu - gagné. Pour la première fois en 50 ans, les démocrates ont obtenu ce siège à la Chambre des représentants, mais avec la fin de la législature ont dû Terres arables concourir à nouveau le 8.11.2022/XNUMX/XNUMX et gagner à nouveau. Marie Peltola est le premier représentant de la population indigène Alaska à la Chambre des représentants. Elle attache une importance particulière à l'étroite coopération traditionnelle entre démocrates et républicains dans Alaska. Peltola et Palin sont amis. Après sa première entrée au Congrès, elle a immédiatement contacté les deux membres Alaska au Sénat.      

Avec la nouvelle défaite, la carrière politique est susceptible Sarah Palins être terminé en premier. Mais leurs héritières sont dans les starting-blocks. "Bien qu'elle ait peut-être perdu", écrit-elle New York Times avant même le jour des élections, « il a gagné la guerre dans un sens culturel plus large. Une nouvelle génération de femmes républicaines est prête à perpétuer son héritage complexe. Imitateurs de Palin nomme les NYT Michele Bachmann à partir de Minnesota et Christine O'Donnell à partir de Delaware. Eux non plus ne sont plus sous les projecteurs politiques. Actuellement debout maintenant Lauren Boebert à partir de Colorado, Marjorie Taylor Greene à partir de Géorgie et Lac Kari à partir de Arizona unn l'avant.

Les faux pas de Sarah Palin - elle a parlé de "Going Rogue" et s'est sentie comme "Mama Grizzly" - peut-être, sinon pardonnée, du moins largement oubliée. La nouvelle génération de voyous républicains ne le sont pas. Lors de la conférence de cette année de Mamans pour la liberté sous la devise "Guerriers joyeux a occupé le poste de gouverneur de Floride Ron DeSantis le discours principal. les "Guerriers joyeux" pourrait éventuellement 2024 avec DeSantis être au premier rang des républicains (nytimes.com, 5.11.2022/XNUMX/XNUMX : "Les héritiers indisciplinés de Sarah Palin").

Pourquoi de nombreux sondeurs se sont-ils trompés ?

Les chercheurs électoraux et les sondeurs ne se lassent pas de souligner qu'ils ne peuvent pas prédire le résultat final d'une élection, ce qui sera annoncé après le dépouillement de tous les votes. Vous n'avez pas de boule miracle en verre avec laquelle vous pouvez voir l'avenir. « Il y a beaucoup d'intérêt pour les sondages électoraux. Mais soyez prudent : ceux-ci ne montrent que des images d'humeur, mais ne sont pas des prédictions du résultat des élections », a expliqué le Centre d'éducation civique de Brandebourg dans un article sur les élections fédérales de 2017. « Les sondages électoraux nous montrent des images d'humeur. Ils nous donnent des indications sur l'état d'esprit actuel du pays. Nous apprenons comment certains politiciens sont notés, quels sont les problèmes qui préoccupent les gens. À cet égard, les sondages électoraux ont non seulement cet aspect stratégique et ludique, "Comment se passe réellement l'élection", mais ils sont également un outil important pour la politique pour savoir ce que pense réellement le grand public" (Centre d'État de Brandebourg pour l'éducation civique, Août 2017 : "Les sondages électoraux - quelle est leur signification réelle ?")


Remarque intermédiaire : Sur la signification différente des prévisions électorales aux États-Unis et ici :

Dans le système bipartite américain, c'est une question de « rouge » ou de « bleu » – un point de départ relativement simple pour les sondeurs. Les médias trouvent presque automatiquement leur chemin vers l'agenda politique actuel des deux partis : qu'est-ce que cela signifie si les démocrates gagnent ? Que se passera-t-il si les républicains gagnent ?

En Allemagne et dans d'autres pays à système multipartite, l'évaluation d'une prévision électorale est plus compliquée. Les politiciens et les médias risquent de se perdre dans des spéculations sur « qui » avec « qui » et de perdre ainsi de vue le contenu et les conséquences politiques.

Bien que ces résultats soient bien connus, les prévisions électorales tentent à plusieurs reprises non seulement les politiciens mais aussi les médias et d'autres représentants de l'opinion publique de tracer une ligne de connexion avec le résultat (réellement possible) des élections. Cela se produit non seulement ici, mais aussi en Amérique.

Plus le jour des élections (8.11.2022/XNUMX/XNUMX) se rapprochait, plus les prévisions pour les démocrates se détérioraient et plus les chances de victoire des républicains semblaient meilleures. Le plus éloigné avait lui-même Kevin McCarthy, le chef du groupe républicain de la Chambre et les futurs dirigeants Président de la Chambre penché à la fenêtre. Il avait prédit – bien que dès 2021 – que les républicains remporteraient plus de 60 sièges (nytimes.com, 16.11.2022/8.11.2022/XNUMX : "Comment est-il possible que nous parlions encore de cet homme ?"). Dans les jours qui ont suivi le XNUMX novembre XNUMX, alors que de plus en plus de résultats arrivaient, toutes ces prévisions ont basculé. De nombreux sondeurs, politiciens et journalistes se sont trompés. Certains ont admis leurs erreurs de jugement.    

Comme je l'avais espéré, il y a maintenant des premières enquêtes sur le rôle particulier du sondeur parmi les Mi-mandat 2022. La New York Times a publié un rapport détaillé le 31.12.2022/XNUMX/XNUMX intitulé : "The 'Red Wave' Washout: How Skewed Polls Fed a False Election Narrative"nytimes.com, 31.12.2022). Le rapport fournit une analyse détaillée, basée sur les propres recherches du NYT et les témoignages de politiciens et de chercheurs électoraux. À ce stade, je veux juste résumer grossièrement le rapport du NYT :

Entreprises et institutions de prévision proches des républicains, comme Fox News avec son modérateur Sean Hannity et Steve BannonLe podcast "War Room" s'est poussé si haut avec ce qu'ils croyaient être la "vague rouge" à laquelle ils devaient s'attendre, jusqu'à ce qu'ils soient enfin en mesure d'annoncer un "tsunami rouge". Cependant, la victoire républicaine n'a pas été aussi grande. 

Détails du rapport New York Times Je citerai à la fin de ce chapitre. Tout d'abord, je veux reproduire mon texte original, que j'ai écrit avant la publication du NYT, tel quel - en quelque sorte comme un exemple quelque peu désordonné d'une tentative de réponse à la question : "Pourquoi de nombreux sondeurs se sont-ils trompés ?" Les extraits et les citations du rapport du NYT devraient alors arranger quelque peu la tentative.

Le chroniqueur conservateur New York Times Ross Douthat, résumait sa surprise face au résultat de l'élection dans ces déclarations éloquentes : « Je me suis privé de la Semestre 2022 faire trop de prédictions précises, mais je suis sûr que les lecteurs ont pu voir ce à quoi je m'attendais : mes chroniques pré-électorales ont particulièrement mis en évidence les problèmes auxquels sont confrontés les démocrates et moins les difficultés du GOP (républicains)" (nytimes.com, 11.11.2022/2022/XNUMX : "Les résultats XNUMX montrent pourquoi il est toujours plus intelligent de parier sur l'embouteillage" ; commenté par Ross Douthat).

Le chroniqueur d'opinion du NYT Michelle Goldberg a commencé son commentaire le lendemain de l'élection par la phrase : "Je l'avoue : j'ai été trompée par la droite et par des analystes politiques qui ont écouté la droite." Ailleurs, elle a écrit qu'il faudrait peut-être un certain temps pour savoir pourquoi les républicains ont fait pire que prévu. "Peut-être que les gens se soucient plus de l'intégrité de notre démocratie que les "sages" ne veulent leur en donner le crédit. Peut-être ont-ils également été rebutés par la façon dont les républicains ont ressenti l'attaque contre le mari de Nancy Pelosi s'est moqué de."

Dans la phase finale de la campagne électorale, il y a eu d'intenses discussions sur la question qui déciderait en fin de compte de l'élection : l'inflation ou l'avortement ? Michelle Goldberg décrit la difficulté du magazine libéral Politico en répondant à cette question. Après le référendum constitutionnel de Kansas le 2.8.2022 août XNUMX, lorsqu'une majorité écrasante a voté contre la suppression du droit à l'avortement de la constitution, les prévisions montraient une course extrêmement serrée, en particulier dans certains États contestés. un des Politico Un sondage commandé par le Congrès a révélé 48 % de démocrates et 43 % de républicains. Après tout Politico a jeté ses propres chiffres au vent et a légendé son article de couverture: "L'électorat semble prêt à blâmer les démocrates pour l'état de l'économie - Inflation."

Mais la décision de Cour suprême Le 24.6.2022 juin XNUMX, la question de l'avortement est devenue le centre de la campagne électorale démocrate. Les républicains ont contré cela avec la question de l'inflation et semblaient bien s'en tirer. les Süddeutsche Zeitung nommé le classement suivant des problèmes de campagne importants :

                      Inflation 31 %

                      avortement 27 pour cent

                      Criminalité 11 %

                      Politique sur les armes à feu 11 %

                      Migration 10 %

(sueddeutsche.de, 25.11.2022/XNUMX/XNUMX : "Comment le débat sur l'avortement a aidé les démocrates").

Mais cette série de chiffres ne permet que des conclusions très générales. Dans cinq États, l'avortement était littéralement sur le bulletin de vote. Dans Californie, Vermont et Michigan les électeurs ont voté pour inscrire le droit à l'avortement dans leurs constitutions respectives. Dans Kentucky et Montana un resserrement supplémentaire a été rejeté. Dans Géorgie et Pennsylvanie ce sujet a contribué de manière significative à ce que les démocrates remportent le siège respectif du Sénat et en Michigan a le gouverneur démocrate, Gretchen Whitmer, défendre avec succès leur poste. 

Avortement / Avortement devenu "changeur de jeu" dans la campagne électorale et les opposants à l'avortement, ainsi que les républicains, ont pu avoir cet effet à travers leurs danses joyeuses du 24.6.2022 juin XNUMX devant le Cour suprême et aggravée par l'annonce de lois plus strictes dans plusieurs États. Un point culminant a probablement été atteint lorsque, dans certains États, même la diffusion d'informations sur l'avortement a été érigée en infraction punissable. Dans Oklahoma Le personnel de la bibliothèque a été mis en garde contre le fait d'aider les mineurs à trouver des informations sur le sujet. 

Au vu de tous ces développements, les enquêteurs ont pu établir qu'un grand nombre de femmes et d'électeurs plus jeunes s'étaient eux-mêmes inscrits sur les listes électorales. Mais comment devraient-ils modifier leurs échantillons de pronostic en termes d'âge et de sexe pour les adapter à la nouvelle réalité, pas exactement définissable ? "Les jeunes Américains ont un nombre record au Mi-parcours participé – et influencé de manière décisive le paysage politique », a écrit die SZ. 

La New York Times a identifié un problème technique précis : « L'opinion publique sur l'avortement est difficile à mesurer car elle dépend de la façon dont la question est posée (nytimes.com, Le Matin ;  12.10.2022 octobre XNUMX : "Comment se sentent les électeurs"). les Centre d'État de Brandebourg pour l'éducation civique a de nouveau soulevé en 2017 la question de savoir pourquoi les sondages électoraux pour l'élection présidentielle américaine de 2016 n'étaient pas exacts : « En ce qui concerne Trump ou les partis d'extrême droite, il y a aussi l'argument selon lequel les gens donnent simplement de mauvaises réponses parce qu'ils ne le font pas. Je ne veux pas admettre qu'il est de droite ou voter pour un parti d'extrême droite. Au lieu de cela, ils disent qu'ils voteront pour un autre parti ou qu'ils ne voteront pas du tout. On ne sait pas si les répondants ont répondu honnêtement. Si certaines parties sont systématiquement désavantagées ou favorisées de cette manière, cela aussi peut conduire à des écarts entre les enquêtes et les résultats finaux.

In der Voix de Heilbronn est cette phrase appropriée : "Les sondages sont une chose, les résultats des élections en sont une autre" (Voix Heilbronn, 10.12.2022 décembre XNUMX : "Rhétorique acérée, mais pas d'agitateurs").

Le lessivage de la « vague rouge » : comment les sondages faussés ont alimenté un faux récit électoral »nytimes.com, 31.12.2022)

Comme déjà annoncé, voici quelques citations et explications issues de l'examen critique des New York Times pourquoi les prévisions de certains/de nombreux sondeurs pour mi-parcours, par rapport aux résultats réels, étaient tout simplement faux. 

Les lecteurs attentifs auront peut-être remarqué que dans mes précédentes tentatives d'explication des conséquences de la l'avortement du changeur de jeu, des questions techniques ou de fausses informations de la part des électeurs interrogés, mais ne remettent pas en cause le travail professionnel et objectif des enquêteurs. Déjà dans le titre de New York Times est implicite - on parle de « sondages faussés » – que des institutions proches des républicains notamment, ainsi que des médias de droite comme Fox News tenté de créer et d'amplifier le sentiment pro-républicain. Les effets réels de ces activités sur le résultat des élections nécessitent une enquête plus approfondie.

Michelle Goldberg de l' New York Times a reconnu cette tactique par la suite et a admis que même les médias réputés et les journalistes objectifs "se sont laissés prendre". Elle écrivait au lendemain de l'élection : « Je l'avoue : j'ai été trompée par la droite et par des analystes politiques qui écoutent la droite. 

Le rapport du NYT du 31.12.2022/XNUMX/XNUMX compare les chiffres prévisionnels des instituts bipartites dans un certain nombre de circonscriptions avec ceux des instituts proches des républicains. Dans la course au siège du Sénat, en L'État de Washington le sénateur Patty Murray (D) et le challenger Sourire de Tiffany (R) en face de. L'institut affilié aux républicains Groupe Trafalgar identifié une longueur d'avance pour fin septembre Murray avec 2 pointes ; en octobre, deux autres institutions pro-républicaines ont signalé Murray juste devant, un autre institut parlait d'ex aequo. En revanche, un institut local respecté a rapporté en septembre Murray avance de 13 points ; en octobre, c'était encore un 8,5% rassurant et à la fin c'était victorieux Murray avec une avance de 14,6 points de pourcentage.   

Les différences similaires trouvées dans les chiffres des différents instituts NYT également des États contestés Pennsylvanie, New Hampshire et Colorado (Dans les trois États, les démocrates ont finalement remporté le siège au Sénat.)

"Combinées à d'autres facteurs politiques en faveur des républicains - tels que l'inflation et la mauvaise réputation du président - les prédictions biaisées sont rapidement devenues le récit politique incontournable : une poussée républicaine aux élections frapperait le pays avec la force d'un ouragan", indique le rapport. . Deux autres facteurs sont évoqués : Les instituts proches des Républicains ont publié leurs prévisions avec beaucoup moins de décalage que leurs collègues non partisans. Cela a permis à des médias tels que Fox News dans leurs reportages à maintes reprises "pour couronner le tout". Le «bazar des prévisions» virtuel – comme l'a appelé un stratège républicain – a été maintenu en vie en grande partie par les méthodes opaques des sondeurs de droite, soutenus en partie par des groupes entièrement partisans et bénéficiant de la ferveur bruyante de Trump. Une description remarquable de la situation par un initié !

Fox News dirige son propre institut démoscopique, respecté dans le monde professionnel. Cependant, à partir de septembre utilisé Sean Hannity dans son émission non pas les chiffres de son propre institut, mais ceux de Trafalgar et Avantage d'initié. Ils ont prédit que les républicains de Pennsylvanie, Arizona et Géorgie gagnerait. "Il n'a pas été mentionné que Institut Fox News, dont les chiffres ont été utilisés dans les émissions d'information pures, ont prédit une course en faveur des démocrates pour tous ces États." Armé de telles prévisions déformées, par exemple, a déclaré Steve Bannon dans son podcast "Cellule de crise" répète la victoire de 50 à 100 sièges de la Chambre pour les républicains. Bannon s'est aussi appuyé sur Richard Baris, dont l'institut n'est pas très bien vu dans les milieux professionnels. Baris a parlé à plusieurs reprises d'un glissement de terrain en faveur des républicains. Mi-octobre, il évoquait le fait que "les barrages étaient sur le point de s'effondrer"

Le rapport décrit en détail quelles ont été les conséquences des prévisions faussées pour les acteurs concernés : changement de stratégie, afflux plus ou moins important de dons, détournement des fonds de campagne des partis vers d'autres pays, démission ou encore plus d'encouragements parmi les militants, etc. Ce n'est pas rapporté en détail ici. Les journalistes de New York Times ont demandé à divers instituts des déclarations sur le sujet. Robert Cahaly de l' Groupe Trafalgar a refusé un entretien personnel, mais a déclaré dans une courte déclaration que de mauvaises prédictions peuvent se produire dans cette entreprise.

Tons aigus pendant la campagne électorale et après

La méfiance, l'intolérance, la haine et la violence sont des termes qui occuperont l'Amérique pendant longtemps encore. Le monde là-bas - en particulier là où les États-Unis ne sont pas un modèle mais l'adversaire - regarde certainement avec une joie tranquille tout ce qui se passe en Amérique qui est mauvais et préjudiciable à la démocratie. Les forces auto-têtues de la société américaine ne semblent pas remarquer la jubilation des potentats là-bas, ou elles ne se soucient pas de ce qui est pensé, dit et écrit sur leur pays là-bas. Que Donald Trumps "Big Lie", le mensonge sur "l'élection volée, a eu et a toujours des conséquences désastreuses est bien connu. Le "Big Lie" a également eu un impact sur la campagne électorale et la période qui a suivi.

Décrire la violence verbale dans la politique américaine et les résultats de la commission d'enquête sur la prise du Capitole le 6.1.2021 janvier XNUMX, au cours de laquelle cinq personnes ont perdu la vie et de nombreux policiers ont été blessés. Nous devrions également écrire sur l'engouement inhumain pour les armes à feu, dont les écoliers en particulier sont victimes presque tous les jours. Vous ne pouvez pas être le prix de la liberté. 


Sous-chapitres : Le « culte AR-15 » : Plus de colère, plus de peur, augmentation des ventes d'armes

La New York Times a récemment écrit un long éditorial sur l'engouement pour les armes à feu aux États-Unis. Le fusil d'assaut AR-15 est devenu un symbole de cet engouement. On estime qu'environ 25 millions de fusils de ce type sont en circulation en Amérique. Au plus tir de masse, à propos de Las Vegas, Uvalde, Sandy Hook et Buffalo, les tueurs étaient armés de tels fusils.

L'éditorial trace une ligne entre la manie des armes à feu et la droite violente et le Parti républicain. "L'AR-15 est devenu une marque puissante pour les électeurs de droite. L'industrie américaine des armes à feu a réalisé environ 15 milliard de dollars de ventes de fusils AR-10 au cours des 1 dernières années et a tout fait pour conserver son statut de symbole presque mystique de pouvoir, de patriotisme exagéré et de masculinité. moment où la rhétorique politique violente et la violence politique réelle sont à la hausse aux États-Unis. 

La NYT bLes chiffres montrent que l'engouement pour les armes à feu touche principalement les personnes associées à la droite américaine et au Parti républicain. "L'affichage intimidant des armes à feu est aucun phénomène des deux partis. C'est presque exclusivement un problème du côté droit du spectre des partis. New York Times ont étudié plus de 700 manifestations au cours desquelles les participants portaient ouvertement des armes à feu et ont constaté qu'environ 77 % de ces manifestations armées faisaient la promotion d'opinions de droite - telles que celles contre les droits de l'homme. les personnes LGBTQ, contre le droit à l'avortement, l'opposition à la justice raciale et le soutien au "gros mensonge" de Trump sur les élections de 2020. 

Le lobby américain des armes à feu a fait don de 1989 millions de dollars aux organisations du parti et aux candidats aux élections fédérales de 2022 à 50,5. 99% des dons directs sont allés aux républicains. les New York Times voit une guerre civile au sein du Parti républicain entre ceux qui défendent la démocratie et le débat politique pacifique et ceux qui défendent l'extrémisme de droite. « Ce conflit nous affecte tous ; le fétichisme des armes à feu fait partie intégrante de ce conflit.  

Dans l'éditorial de NYT souligne l'importance de faire la distinction entre la grande majorité des propriétaires d'armes à feu respectueux des lois et le petit groupe d'extrémistes. Environ 30 % seulement des propriétaires d'armes à feu possèdent un AR-15 ou un fusil comparable. « La majorité soutient des restrictions compréhensibles sur les armes à feu et s'oppose à la violence politique. Mais : « Les Américains doivent encore vivre avec beaucoup d'armes pendant longtemps. Il y a actuellement plus de 415 millions d'armes en circulation, dont 25 millions de fusils militaires semi-automatiques (…) Avec un entretien et un stockage appropriés, les armes fabriquées aujourd'hui seront prêtes à tirer dans des décennies. Chaque mois, les Américains ajoutent environ 2 millions de plus aux arsenaux du pays" (nytimes.com, 10.12.2022-XNUMX-XNUMX : "La culture américaine des armes à feu toxiques" ; Éditorial de la New York Times.

Pourtant, malgré ces chiffres inimaginables, il y a aussi de l'espoir pour ceux qui luttent pour le contrôle des armes à feu et une meilleure protection tir de masse.    

Le journaliste David Cullen - il a des livres sur eux Tir de masse an der Columbine High School jen dans une banlieue de Denver, CO et dans une école de Parkland, FL écrit – a écrit un article invité optimiste le 13.12.2022 décembre XNUMX dans le New York Times. Il attend du nouveau Congrès – à propos de celui voté au Sénat le 23.6.2022 juin 15 avec l'aide de XNUMX républicains Loi bipartite sur des communautés plus sûres au-delà - plus de lois. La phrase clé de son éditorial est la suivante : « Pour la première fois depuis des décennies, les républicains du Congrès prennent notre appel au sérieux. Enfin, ils craignent moins le NRA (le lobby de l'industrie des armes et des propriétaires d'armes) qu'avant nous » (nytimes.com, 13.12.2022/XNUMX/XNUMX : "Les républicains rompent avec la NRA, et c'est à cause de nous").

Les chiffres publiés récemment montrent à quel point il est urgent de donner suite à cet optimisme par de nouvelles mesures juridiques. En conséquence, les armes à feu sont la principale cause de décès chez les enfants et les adolescents américains. Du groupe d'âge de 1 à 19 ans meurent dans le ÉTATS-UNIS, converti à 1 million de personnes, 56,2 personnes par les armes. Dans Canada c'est 6,2 pouces France JAMAIS, dans Australie 1,6 et en Allemagne 1 personne. De plus, la phrase choquante : « S'ils avaient ÉTATS-UNIS un taux de mortalité par arme à feu (quel terme déprimant !) comparable à Canada, 2010 26.000 enfants de moins seraient morts depuis XNUMX. Mais la tendance est allée dans le sens inverse : le nombre de jeunes et de jeunes enfants tués par des armes à feu a augmenté ÉTATS-UNIS vers le haut tandis qu'ailleurs ils s'enfoncent (...) ÉTATS-UNIS il y a plus d'armes que de gens" (nytimes.com, Le Matin, 15.12.2022 décembre XNUMX : « La violence armée et les enfants »).


Revenons maintenant au sujet initial de cette section, les "bruits stridents" de la campagne électorale américaine, le "Big Lie" avec lequel Trump et ses partisans ont déclenché la prise d'assaut du Capitole, qui a tué plusieurs personnes et blessé de nombreux policiers. L'index levé d'Europe ne me semble pas approprié. En Allemagne aussi, il y a des partisans des fantasmes du complot et des groupes qui veulent détruire le système démocratique libre. le Voix de Heilbronn rapporte qu'au cours de l'année de crise 2022, le nombre de crimes à motivation politique dans le Bade-Wurtemberg a augmenté. est cité Thomas Strobl, ministre de l'Intérieur du pays avec les mots : "Les pensées haineuses deviennent des mots et les paroles deviennent des actes" (Voix Heilbronn, 3.1.2023 janvier XNUMX : "Potentiel de violence à un niveau élevé").    

Il y a beaucoup de voix sérieuses en Amérique qui abordent les problèmes du pays et appellent au changement, et il y a des signes de changement (que beaucoup d'Américains trouvent trop lents) : Géorgie le premier sénateur noir de l'État a été élu, et Alaska envoie le premier législateur indigène à la Chambre des représentants. "Il y a une génération hautement politique qui grandit en Amérique", rapporte-t-elle Journal sud-allemand. Non seulement lors des élections, mais aussi parmi les participants aux manifestations ou aux discussions politiques entre amis, on observe une forte augmentation de la génération qui obtient désormais le droit de vote. (sueddeutsche.de, 27.11.2022 : "Les sauveurs autoproclamés de la démocratie"). 

Au Parti républicain, les voix critiques de Donald Trump und der MAGA- Discuter de politique. Mais on ne sait toujours pas quelle direction du GOP aura son mot à dire à l'avenir et si Donald Trump sera leur prochain candidat à la présidence. On ne sait toujours pas si les exemples de misanthropie que je veux aborder maintenant seront le reflet du trumpisme ou de la future normalité.

La campagne électorale en Amérique n'est pas une bagarre amicale avec des gants de gosse. Les débats violemment critiques sur l'agenda politique des opposants font partie de la vie politique quotidienne, et pas seulement aux États-Unis. Quiconque entre en politique doit faire face à des arguments à propos de la chose peut endurer. Mais surtout depuis la présidence de Trump, un autre moment est venu : les attaques personnelles et le dénigrement méprisant des politiciens étaient et sont devenus partie intégrante de sa façon de traiter la question. Lors de la campagne électorale de 2016, il Hillary Clinton toujours couvert d'épithètes désobligeantes. Il a fait la même chose en 2020 Joe BidenNancy Pelosi, le chef de la majorité des démocrates à la Chambre des représentants et Président de la Chambre, a toujours été la "Nancy folle" de Trump. De telles accusations ont été et sont toujours bien accueillies lors des rassemblements de Trump. Pas étonnant que des imitateurs de Trump tels que Marjorie Taylor Greene ont adopté ces "habitudes" du rôle modèle. Taylor Green chapeau Pelosi publiquement qualifié de "salope" et a déclaré qu'il n'avait pas à s'excuser pour cela.

Cette façon de traiter les opposants politiques a des conséquences à long terme. Quand le 28.10.2022/XNUMX/XNUMX un adepte des théories du complot et fan de Trump – meurt New York Times a décrit l'intrus comme "rongé par les ténèbres" - dans la maison privée de Pelosi in San Francisco pénétré et Pélose mari grièvement blessé, j'ai raté une phrase Heinrich Heines Tragodie "Almansor" un. (La pièce a été publiée en 1823 et fait référence à l'incendie de 5.000 XNUMX ouvrages de théologie islamique par l'archevêque de Toledo avait ordonné en 1499): "Ce n'était qu'un prélude, où les livres sont brûlés, les gens sont également brûlés à la fin." (À Wikipédia wird Heinrich Heines "Almansor" décrit plus en détail). Transféré à ce qui se passe dans San Francisco: Les mots viennent en premier, puis les actes suivent. Après tout, quelqu'un se sent appelé à être l'ange vengeur noir qui veut sauver le pays et sa culture. 

Qu'un fan de Trump là-dedans Propriété Pelosi entré, équipé de tout le matériel pour Nancy Pelosi kidnapper et briser ses rotules est un exemple parfait de la façon dont la haine est conduite à travers les mots et finalement en action. Espérons que tout cela ne conduira pas à un effet de mauvaise habitude : vous n'avez qu'à répéter les déclarations moche assez souvent et presque personne ne s'offense plus. Trump et Taylor Green ne t'excuse plus. Au contraire: Taylor Green trouvé après Chute de Pelosi remarques plus malveillantes.

Dans un rapport détaillé décrit la New York Times comment Nancy Pelosi a été la cible de diabolisation et de déshumanisation par les républicains au fil des ans. Cela a commencé en 2006, peu de temps avant qu'elle ne devienne la première femme à être élue à ce poste. Président de la Chambre. À l'époque, les républicains produisaient un film parodique sur un empire démocratique diabolique dirigé par Dark Nancy a été cité – faisant écho à "Dark Vador", un méchant des films Star Wars. En 2009, le Comité National Rebulican a publié une publicité qui Pélose visage encadré par le canon d'un revolver ; un coup de feu a été entendu et du sang s'est répandu sur l'écran. Il y avait des échos de James Bond Film "Goldfinger". 

Lors de la primaire du Sénat républicain de 2020, un candidat de l'occasion Arizona Des publicités dans le style de "Western spaghettis". Il y avait dedans la figure de "Visage fou Pelosi" Couteau brandissant, masqué et avec de grands yeux d'insectes sur lesquels le concurrent tire.

La NYT décrit les conséquences de cette campagne de plusieurs années contre la femme la plus puissante de Washington – le président de la Chambre des représentants est en deuxième ligne après le président, derrière le vice-président – ​​comme suit : « Le langage et les images ont contribué à allumer le feu de la colère de la droite contre Mme Pelosi a été constamment soufflé avec un mélange toxique de théories du complot et de désinformation qui a prospéré sur Internet et les médias sociaux – à peine contredit par les élus républicains. Mme Pelosi est aujourd'hui l'un des membres du Congrès les plus menacés du pays." Suite à l'attentat du 28.10.2022/82/XNUMX dans lequel son mari de XNUMX ans Paul Pelosi a subi une fracture du crâne et d'autres blessures, de nombreux politiciens républicains ont condamné l'acte de violence - l'ancien vice-président Mike Pence exprimé sa sympathie pour Paul Pelosi - cependant, presque personne n'a mentionné le discours politique brutal qui a engendré la vague sans précédent de menaces contre les responsables politiques (nytimes.com, 30.10.2022/XNUMX/XNUMX : "Pelosi, vilipendée par les républicains depuis des années, est la principale cible des menaces").

Dans plusieurs Rapports du NYT devient l'attaquant de 42 ans David De Pape décrite comme une personne instable qui "porte de jeu" et accro aux théories du complot d'extrême droite. connaissances décrites DéPape comme un individu solitaire accro à des pensées très inquiétantes. "porte de jeu" est un site Web à travers lequel on peut accéder à des théories du complot telles que "porte des pizzas" et "QAnon" reçoit. Il a été pris par la politique de droite de Trump. (Informations et citations de : nytimes.com, 30.10.2022:  "Qui est l'homme accusé d'avoir agressé le mari de Nancy Pelosi?"; nytimes.com, 20.11.2022:  "Comment le suspect de l'attaque de Pelosi a plongé dans la haine en ligne »).   

L'attaque d'un fan de Trump au franc-parler Nancy Pelosi quelques jours avant l'élection est sans doute venu à un mauvais moment pour les républicains. Le signalé à plusieurs reprises NYT sur des réactions et des interprétations très différentes. Donald Trump même soupçonné que l'effraction avait été mise en scène pour blesser les républicains lors des élections. Plusieurs variantes ont circulé dans les médias et le Parti républicain ; quelque chose comme ça:

  • Paul Pelosi connaissait le cambrioleur. Trump a noté que les rapports étaient incomplets et a agi en tant qu'enquêteur : la fenêtre de la maison avait été brisée de l'intérieur ;
  • Devin Nunes, un ancien membre du Congrès, a faussement rapporté que le cambrioleur était en sous-vêtements. Cela a donné lieu à plusieurs rumeurs sur une relation personnelle avec le cambrioleur Paul Pelosi, qui ont persisté et se sont disséminés ; le mot-clé "prostitution masculine" a été ajouté et a hanté les médias conservateurs.

« Quelques heures après l'attaque brutale contre Paul Pelosi, le mari de la présidente de la Chambre, des militants et des médias de droite ont commencé à faire circuler des allégations non fondées - la plupart sinistres et beaucoup homophobes (hostiles aux homosexuels) - dans le but de jeter le doute sur ce qui se passait (...) L'homme le plus riche de le monde (Elon Musc, le nouveau patron de Gazouillement) aidé à diffuser les histoires. Mais aucune d'entre elles n'était vraie." (nytimes.com, 5.11.2022/XNUMX/XNUMX : « Comment les républicains ont alimenté une boucle de désinformation sur l'attaque de Pelosi » ; nytimes.com, 1.11.2022/XNUMX/XNUMX : "Avec mensonge et ridicule à propos de l'attaque de Pelosi, les républicains imitent Trump")

In der NYT du 5.11.2022 sera terminé Tucker Carlson, un animateur de la chaîne de télévision de droite Fox News, rapporté, qui doutait également que tous les détails du cambriolage aient été rendus publics. Demandé le 2.11.2022/XNUMX/XNUMX Carlson a demandé aux enquêteurs de montrer les images de la caméra d'épaule des policiers (comme si la police était déjà là lorsque l'effraction s'est produite...). Et adressée aux détracteurs des théories du complot, a ajouté Carlson à : « Nous ne sommes pas les fous ; vous êtes des menteurs Il n'y a rien de mal à poser des questions. Point."

Et enfin, il y avait des déclarations censées paraître drôles : Lac Kari, le candidat républicain au poste de gouverneur de Arizona  a commenté l'incident dans une interview de campagne : "Nancy Pelosi, neh bien, elle sera bien protégée quand elle sera à DC (Washington) s'arrête. Mais sa maison semble avoir très peu de protection. » Le rapport note : « La foule a éclaté de rire et l'intervieweur a ri si fort qu'il s'est caché le visage derrière ses notes » (nytimes.com, 4.11.2022/XNUMX/XNUMX : "C'est ce qui se passe lorsque les républicains arrachent leurs masques" ; commenté par Jamelle Bouié).  

Opinions... mensonges...? je n'ai pas de compte chez Twitter Et je ne suis généralement pas sur les réseaux sociaux non plus. Je suis choqué et perplexe devant l'avalanche d'opinions, de conjectures, de fictions et de mensonges éhontés qui Chute de Pelosi hantait les États-Unis et l'esprit de nombreux Américains. Là, le droit à la liberté d'expression consacré par la Constitution est tenu en haute estime. Arber sont de fausses histoires et des mensonges à protéger ? Ce qui est dangereux, c'est que cela montre le Chute de Pelosi exemplaire : Le poison se répand comme l'éclair et reste coincé dans l'esprit de beaucoup de gens, et les détails de l'enquête qui sont publiés plus tard n'ont guère de chance : C'est ainsi qu'ils se produisent Fausses nouvelles! Et beaucoup ne s'en rendent même pas compte.

La guerre des cultures continue

Selon les conclusions des enquêteurs électoraux, deux domaines ont particulièrement ému les électeurs : le soi-disant "Thèmes "pain et beurre" - cela comprenait les mots-clés inflation, l'évolution des prix à la pompe à essence et au supermarché. Ils sont arrivés en tête avec 31 %, suivis du mot-clé avortement du domaine de guerre culturelle, avec 27 pour cent (sueddeutsche.de, 25.11.2022/XNUMX/XNUMX : "Comment le débat sur l'avortement a aidé les démocrates"). La question de l'avortement continuera à occuper les parlements et les tribunaux dans de nombreux États à l'avenir. Un certain nombre de politiciens républicains ont dû reconnaître que les appels à de nouvelles restrictions et interdictions ne gagneraient pas les élections. 

La New York Times décrit dans un rapport détaillé que les opposants ont commencé à évaluer les expériences de la campagne électorale et des élections et à élaborer leurs futures stratégies. les NYT  décrit la situation actuelle comme suit : « Actuellement, ils ont apporté Mi-parcours peu pour fournir des avortements aux plus de 34 millions de femmes en âge de procréer qui vivent dans des États qui, depuis l'abrogation de Chevreuil avortement interdit. D'autres États ont encore restreint l'avortement en début de grossesse. Un représentant de l'organisation Planned Parenthood (Planned Parenthood) a déclaré succinctement : « Avant les élections, il y avait 18 États qui interdisaient l'avortement ; après les élections, il y avait 18 États où l'avortement était illégal. 

Mais le rapport souligne également que les démocrates de Michigan, où une initiative visant à protéger l'avortement dans la constitution l'a emporté, a obtenu une majorité au parlement de l'État pour la première fois en 40 ans et - encore moins attendu - également en Pennsylvanie a obtenu la majorité à la législature. Là, les électeurs ont indiqué que l'avortement était le facteur clé du vote; bien plus que l'économie. Les républicains avaient en Pennsylvanie Un référendum est prévu en mai 2023 pour abolir le droit à l'avortement. « À la suite de la Mi-parcours cette question ne figurera certainement pas sur le bulletin de vote », écrit le New York Times (nytimes.com, 10.12.2022/XNUMX/XNUMX : "Le nouveau paysage de la lutte contre l'avortement").

Cependant, alors que beaucoup suggèrent que le sujet Avortement Même si les citoyens et les politiques seront toujours concernés, il ne devrait plus être au centre des polémiques. A sa place - comme une sorte de substitut - l'attaque contre le Communauté LGBTQ et les tentatives de restreindre leurs droits civiques se font jour. les Communauté LGBTQ sera au sommet de la liste de haine de tout le monde à partir de maintenant Guerriers de la culture supporter. L'un des objectifs de Guerre culturelle est de laisser les autres dicter par la loi comment ils doivent façonner leur vie privée. Il ne s'agit pas principalement de protéger la vie, la santé et les biens, mais d'exercer un pouvoir sur ceux qui pensent différemment et sur les personnes ayant des modes de vie différents.

La New York Times rapporté comme le Communauté LGBTQ de plus en plus en détresse et en « état de siège ». De nombreuses «troupes» sont actives pendant la tempête étaient présents au Capitole le 6.1.2021 janvier 2 et qui autrement se sentent appelés à être les gardiens et les sauveurs du pays. Pour le seul week-end du 4.12.2022 et XNUMX décembre XNUMX, le NYT de trois incidents graves :  

  • In Columbus, OH réuni les membres du Garçons fiers, beaucoup armés, en dehors d'un événement de traînée;
  • Les néo-nazis ont protesté lors d'un événement similaire à Lakeland, Floride ;
  • In Sud de la Floride trouvé un antiQ LGBT.Rassemblement, auquel ont également participé les Fiers garçons participé.

« Et tout cela deux semaines seulement après que cinq personnes – deux transgenres, un troisième homosexuel – en une Q LGBT.club dans Colorado Springs ont été tués », note le rapport.

Par rapport à 2020, douze fois plus d'anti-LGBTQincidents enregistrés. (...) Après que des militants d'extrême droite eurent commencé cet été à Boston Children's Hospital attaquant sur les réseaux sociaux pour avoir soigné des mineurs transgenres, la clinique a reçu des alertes à la bombe répétées.

Les experts de la violence politique affirment que le langage incendiaire rend les attaques plus probables, et les experts de l'extrémisme ont noté: "Ce fut un autre mois en un an au cours duquel l'intimidation et la violence contre les homosexuels et les transgenres américains ont continué à s'intensifier - alimentées en grande partie par des messages politiques incendiaires." 

Le nouveau domaine d'activité Guerriers de la culture n'est pas seulement de l'intimidation et de la violence. Dans Floride était interdit par la loi de traiter le sujet de "l'orientation sexuelle" et de "l'identité de genre" avec des enfants en âge de maternelle et avec des écoliers jusqu'à la 3e année. Le sénateur républicain Ted Cruz aus Texas a accusé le président Biden de soutenir les "mutilations génitales infantiles" et la députée Marjorie Taylor Greene à partir de Géorgie ont expliqué que les "soigneurs communistes" voulaient permettre à l'industrie médicale à but lucratif de couper les organes génitaux des "enfants confus". (Taylor Green utilise non seulement des attributions politiquement incohérentes et un langage laid. Elle utilise également ici le terme ambigu de « toiletteur ». Dans le dictionnaire, il est traduit par "marié" et "garçon d'écurie". Aux États-Unis, il est également utilisé pour quelqu'un qui approche les enfants avec une intention sexuelle. Ceci est un exemple des tentatives qui Communauté LGBTQ associés à la maltraitance des enfants et à la pédophilie).

"Conservateurs", c'est ce qu'on dit dans le Rapport NYT explique, «déclarent vouloir protéger les enfants d'un traitement irrévocable et faire en sorte que le sport féminin reste équitable. Pendant le Mi-parcours des groupes de droite ont fait valoir dans des publicités que soins de transition sont des « expériences de genre radicales » et si les athlètes transgenres sont autorisés à apparaître dans des équipes qui correspondent à leur identité de genre, le sport féminin sera détruit. 

Immédiatement après cette description des objectifs conservateurs et de la manière d'argumenter, l'éditeur explique Maggie Astor - peut-être conscient du caractère explosif du sujet avec la phrase entre parenthèses et explique de quoi il s'agit réellement : "Le traitement des mineurs transgenres est soutenu par les associations médicales et a manifestement réduit le risque de suicide - seules quelques femmes et filles transgenres cherchent participation au sport féminin et féminin.  

Aussi l'organisation américaine Planned Parenthood traite le sujet sérieusement et non avec des mots à la mode bon marché Passage. Réponse sur leur site Planned Parenthood sous le titre : « Que dois-je savoir sur la transition ? » un certain nombre de « questions courantes » et écrit, entre autres : « La transition, c'est des changements pour que vous puissiez vivre dans votre identité de genre. » Il est noté qu'il Il s'agit soit d'un processus long, soit de ce processus qui peut également s'exécuter sur une courte période de temps. Les différentes étapes de ce processus sont expliquées en détail (source : planned parentalhood.org : Que dois-je savoir sur la transition ?).

Si l'on compare des déclarations aussi graves servant à conseiller les personnes concernées à celles du sénateur Ted Cruz ou Marjorie Taylor Greene, on peut imaginer quelles mauvaises idées peuvent être créées par des remarques obscènes lors d'un événement de campagne électorale. Tout est question de conseils et d'informations fiables Guerriers de la culture  Pas. Il est peu probable que les questions des parents ou des grands-parents inquiets trouvent une réponse dans le vacarme d'un tel événement. Il est réconfortant que les candidats républicains sur les questions du Guerre culturelle ensemble, n'ont pas eu beaucoup de succès. Tudor Dixon tenté cela dans la bataille pour le poste de gouverneur en Michigan et perdu massivement contre Gretchen WhitmerL'organisation Projet des principes américains a dépensé environ 15 millions de dollars en campagnes publicitaires, mais a soutenu Candidats à la guerre culturelle a surtout tiré à la courte paille (nytimes.com, 10.12.2022 décembre XNUMX : « Les Américains transgenres se sentent assiégés alors que le vitriol politique monte »).   

Nettoyer les manuels - personnel de bibliothèque peu sûr - et Trump encore et encore

Ils étaient dans un autre domaine Guerriers de la culture plus de succès; peut-être qu'ils ont les recettes là-bas Viktor Orbans accepté. La « guerre » se déplace au niveau local, il s'agit des contenus d'apprentissage, des manuels scolaires et des ouvrages qui se trouvent sur les étagères des bibliothèques scolaires. Un représentant de Alliance des citoyens de Floride, une association conservatrice traitant des questions éducatives a déclaré; « Nous ne sommes pas concernés par l'interdiction des livres mais par la protection de l'innocence de nos enfants. Nous voulons que les parents décident de ce que les enfants obtiennent, et non les écoles publiques qui endoctrinent nos enfants. » Ces phrases résument la logique derrière la défense des droits parentaux : « Ceux là-haut » endoctrinent nos enfants, « l'Autre » ne devrait pas être traité dans les écoles. C'est là qu'apparaît l'idée souvent répétée : les parents savent mieux ce qui est bon pour leurs enfants – contrairement à l'expérience des experts en éducation, qui remettent en cause cette idée car les parents ne peuvent pas tout savoir. A la fin, le mot clé « censure » est dans la salle.

Dans un rapport de New York Times mentionne qu'il y a au moins 50 organisations aux États-Unis qui veulent retirer des livres des bibliothèques. PEN America a examiné 300 groupes locaux et a constaté que 73 % avaient été fondés après 2020. Le travail de plusieurs membres du conseil consultatif scolaire d'un district scolaire de Texas, ceux de l'organisation Action mobile patriote ont été soutenus. Ceux-ci ont insisté pour que Théorie critique de la race et Endoctrinement LGBTQ être retiré des écoles. Au bout de 3 mois, les 9 membres du conseil scolaire avaient fait pression pour que les livres contenant des blasphèmes, de la violence, des descriptions de sexe ou de nudité soient soit interdits, soit restreints. Une vingtaine de livres ont été bannis des écoles du district, dont des titres de Toni Morrison, Margaret Atwood et  plusieurs romans dans lesquels Q LGBT.-personnes se sont produites. Une mère rapporte d'une réunion du conseil consultatif de l'école : « Les parents n'avaient aucune organisation derrière eux. Nous ne pouvions pas affronter ces gens.

Je peux imaginer à quel point ces discussions sont chargées d'émotion et tendues et je me souviens des batailles passionnées dans les colonnes des lettres à l'éditeur lorsque, en 1963, le Ingmar Bergman Film "Le Silence" est sorti en salles. La "campagne Clean Screen" fait partie de l'histoire ancienne chez nous - en Texas et ailleurs, la « bibliothèque scolaire Action Clean » est courante. les Guerre culturelle bat son plein aux USA sur plusieurs fronts (informations et citations de nytimes.com, 12.12.2022/XNUMX/XNUMX : "Un réseau en croissance rapide de groupes conservateurs alimente une augmentation des interdictions de livres"). 

Et s'il n'y avait pas assez d'agitation dans le pays, l'ancien président continue de provoquer des explosifs et de nouveaux titres. La raison de Trump est claire : depuis qu'il a déclaré son intention de se présenter à nouveau à la présidence en 2024, son nom a dû continuer à apparaître dans les médias. L'occasion lui paraît secondaire. L'invitation de Trump à deux antisémites déclarés a fait grand bruit Mar-à-Lago : Kanye West et Nick Fuentes. In der New York Times wird Sources cité comme disant : « Les Pères fondateurs n'ont jamais voulu que l'Amérique devienne un lieu de refuge pour les non-blancs. » Et à propos des Juifs en particulier, il a dit : « Je ne vois pas les Juifs comme des Européens et je ne les vois pas comme faisant partie de la civilisation occidentale surtout, parce qu'ils ne sont pas chrétiens. » Au vu de déclarations aussi scandaleuses, il est compréhensible que les « lignes rouges » aient été franchies par les organisations juives aux États-Unis. Les juifs orthodoxes ont historiquement "ignoré" et toléré les alliances de Trump avec les franges d'extrême droite et antisémites de la société américaine après que son ami Benjamin Netanyahu soutenu à plusieurs reprises, par exemple en transférant l'ambassade des États-Unis à Jérusalem ou par son silence après la poursuite de la construction de colonies juives dans le Banque de l'Ouest. Une déclaration quelque peu alambiquée de Morton Klein, le chef du groupe de droite Organisation sioniste d'Amérique montre le dilemme dans lequel Trump a jeté ses anciens partisans juifs : "Je suis un enfant de survivants (de l'Holocauste). Je tiens beaucoup à mon peuple. Donald Trump n'est pas un antisémite. Il aime Israël. Il aime les juifs. Mais il se tourne vers le courant dominant et légitime la haine des juifs et ceux qui détestent les juifs.

Des représentants d'autres organisations juives ont également exprimé des craintes similaires et l'invitation au dîner a été abandonnée. Mar-à-Lago bien plus qu'un « simple dîner » avec Trump, notamment pour les républicains juifs. Pour les Juifs d'Amérique, le débat actuel met en lumière des développements qui pourraient s'avérer très inconfortables dans les décennies à venir : "La normalisation de l'antisémitisme est là", a-t-il déclaré. Jonathan Greenblatt,le président de Anti-Defamation League fest.

Après le déclenchement de la tempête d'indignation, Trump a tenté de s'excuser de la manière habituelle : il avait le suprémaciste blanc (suprémaciste blanc) Nick Fuentes inconnu et le musicien Kanye West vouloir aider. Mais cette arnaque ne fonctionnait plus. Le sénateur républicain Bill Cassidy de Louisiane écrit Twitter En invitant des antisémites racistes à dîner, le président Trump encourage d'autres antisémites racistes. Ces attitudes sont immorales et ne doivent pas être acceptées. Ce n'est pas le parti républicain." Le sénateur républicain Susan Collins à partir de Maine a également condamné l'invitation à dîner. Asa Hutchinson, le gouverneur républicain de Arkansas – il serait intéressé à se présenter à la présidence en 2024 – a accusé l'ancien président d'encourager l'extrémisme intolérant dans le pays. Et l'ancien vice-président Mike Pence a crédité son ancien patron d'avoir fait preuve d'un "jugement profondément médiocre" et devrait s'excuser d'avoir dîné avec les deux racistes. (Sources et citations de : nytimes.com, 28.11.2022 novembre XNUMX : « Les alliés juifs qualifient le dîner de Trump avec des antisémites de point de rupture » ; sueddeutsche.de, 29.11.2022/XNUMX/XNUMX : « Mike Pence demande des excuses à Donald Trump » ; nytimes.com, 29.11.2022: New York Times-Le matin :  "L'étreinte d'extrême droite de Trump").

Mike Pence mais a également déclaré qu'il ne pensait pas que Trump était un antisémite, un raciste ou un fanatique, sinon il ne serait pas devenu son vice-président. Il a peut-être raison à ce sujet. Mais Trump accepte toujours la proximité des racistes et des antisémites quand cela lui semble opportun. Il a également besoin des votes de cette section de la société américaine dans sa tentative d'être à nouveau président en 2024. Il n'a pas peur du contact avec les franges extrêmes de la société américaine.  

La loi sur le respect du mariage - Un rayon de lumière dans la guerre des cultures

Après le Cour suprême Le 24.6.2022 juin XNUMX, son verdict vieux de plusieurs décennies a été annulé et le droit à l'avortement a ainsi été passé outre. Soudain, la question s'est posée de savoir comment d'autres droits pourraient être garantis, qui "seuls" pourraient être protégés par des décisions du Cour suprême sont pris en charge. Peu après la décision du 24.6.2022 juin XNUMX, le juge Clarence Thomas a songé à haute voix que le tribunal devrait également revoir d'autres décisions antérieures, telles que la décision de 2015 accordant le droit au mariage homosexuel. Au Congrès, en particulier parmi les démocrates, il y avait de nombreux drapeaux rouges pour ne pas répéter l'erreur commise sur la question de l'avortement. Un bouclier de protection juridique devait être mis en place d'urgence pour que ce droit de la majorité conservatrice du Cours suprêmes serait victime.

Il est fascinant de lire les récits d'un groupe de membres du Congrès et de sénateurs démocrates qui ont tout mis en œuvre et, en très peu de temps, le Loi sur le respect du mariage rédigé et réuni les majorités nécessaires dans les deux chambres du Congrès.

À la Chambre des représentants, c'était plus facile. Les démocrates y avaient encore une légère majorité à l'époque. Ce n'est pas le cas au Sénat, où les deux partis avaient 50 sièges chacun. Le vote du vice-président ne suffirait pas à Règle d'obstruction systématique passer outre. Pour ce faire, les démocrates avaient besoin d'au moins 10 sénateurs républicains. Chuck Schumer, le chef de la majorité démocrate au Sénat, n'a rien voulu laisser au hasard et a lancé le slogan qu'en plus de ces 10 voix, il fallait un tampon supplémentaire, car - il faudrait passer Covid-19 si seulement deux démocrates abandonnent, deux autres républicains devraient combler le vide immédiatement. 

Le démocrate Tammy Baldwin à partir de Wisconsin s'est lancé dans une tournée intensive du lobby. Dans le New York Times Baldwin est décrit comme un libéral démocrate à la voix douce. Elle a été élue au Congrès en 1999, devenant la première femme à s'identifier publiquement comme lesbienne. Comme le républicain Marco Rubio à partir de Floride à CNN qualifiant le projet de "perte de temps stupide" lui a parlé Baldwin dans l'ascenseur. Le trajet conjoint en ascenseur a été décrit comme « conflictuel ». Et comme son compatriote républicain Ron Johnson à partir de Wisconsin a déclaré qu'il n'était pas contre la loi, cette déclaration ne lui suffisait pas; pourrait peut-être Johnson s'est abstenu de voter et cela ne ferait aucun bien à la cause. 

La société Loi sur le respect du mariage a commencé en juillet 2022, lorsque même 47 républicains ont soutenu le projet de loi des démocrates à la Chambre des représentants. Bien que ce soit moins d'un quart des républicains du Maison, a écrit le NYT, mais toujours un nombre étonnamment élevé: "Le soutien à travers les lignes de parti était suffisamment important pour faire du projet non seulement un simple exercice pour les rapporteurs, mais un projet législatif sérieux." 

Le 4.8.2022 décembre XNUMX, le NYT, que 5 membres du Sénat républicain ont promis leur soutien, dont Lisa Murkowski à partir de Alaska et Susan Collins à partir de Maine. À Collins les fils ont couru ensemble dans la faction républicaine du Sénat. Suivant Tammy Baldwin édité le (alors encore) sénateur démocrate Kristen Sinema à partir de Arizona d'autres titulaires de mandat de "l'autre camp" via leurs liens avec les républicains. Également théâtre élaboré Ron Johnson qui est attribué à l'aile conservatrice des républicains au Sénat. En fin de compte, il s'agissait du statut juridique et social de plus de 1,1 million de mariages homosexuels conclus depuis 2015. Que se passerait-il si ces mariages étaient affectés par une autre décision du Cour suprême serait levé ? Également Ron Johnson était enfin à bord. Il avait recommandé de ne rien ajouter de "dégoûtant" à la facture et Baldwin lui avait assuré qu'elle ne ferait rien pour compromettre l'hypothèse, mais: "Nous avons probablement des compréhensions différentes de ce qui constitue 'dégoûtant'.  

L'effort s'est bien terminé : lors d'un vote test au Sénat le 16.11.2022 novembre 12, 50 républicains et XNUMX démocrates ont voté en faveur de la loi, deux voix de plus qu'outrepassant la loi. Règle d'obstruction systématique serait nécessaire. Le résultat du vote final du Sénat était 61-36 pour le projet de loi. Cependant, selon le rapport de New York Times ont voté plus de 7 républicains sur 10, dont le chef de la minorité Mitch McConnell à partir de Kentucky, MontagneA la Chambre des représentants, 258 députés ont voté la loi, dont 39 républicains. Le 13.12.2022 décembre XNUMX, le président Biden a promulgué la loi. Entre autres choses, il interdit aux États d'annuler la validité d'un mariage contracté dans un autre État sur la base du sexe, de la race ou de l'origine ethnique. 

La Süddeutsche Zeitung décrit le sens de cette loi - bien au-delà du contenu réel - comme suit : « Le Loi sur le respect du mariage Cependant, c'était la dernière loi à passer par une Chambre des représentants dominée par les démocrates. En janvier, les républicains ont pris le contrôle de la Chambre. Vous avez promis deux ans de politique de blocus. Peut-être a Joe Biden a donc vécu cette semaine le dernier moment marquant de la législature pour lui New York Times écrit d'un «changement tectonique dans l'opinion publique» en ce qui concerne le mariage homosexuel. Et le sénateur démocrate Tammy Baldwin décrit la raison du revirement de ses collègues républicains : « Mes collègues républicains connaissent de plus en plus d'homosexuels mariés. Vous voyez, ce n'est pas pour ça que le ciel s'est effondré. Certains ont même assisté à la cérémonie de mariage. Certains savent peut-être maintenant que sans ce certificat de mariage de son cousin, il n'aurait pas été possible de rendre visite à sa femme à la clinique, car elle aurait été officiellement une étrangère.

(Sources: nytimes.com, 4.8.2022/XNUMX/XNUMX : « Présenter le GOP sur le projet de loi sur le mariage gay, Tammy Baldwin ne laisse rien au hasard » ; nytimes.com, 8-11.12.2022 décembre XNUMX : « D'éminents républicains homosexuels ont contribué à ouvrir la voie au projet de loi sur le mariage » ; nytimes.com, 16/18.11.2022 novembre XNUMX : « Toile de fond pour le vote sur les droits au mariage homosexuel : un grand changement dans l'opinion publique » ; nytimes.com, 29.11.2022/XNUMX/XNUMX : « Le projet de loi sur le mariage homosexuel passe au Sénat après une percée bipartite » ; nytimes.com, 13.12.2022/XNUMX/XNUMX : « Biden signe un projet de loi pour protéger les droits au mariage homosexuel » ; sueddeutsche.de, 14.12.2022/XNUMX/XNUMX : « Comment Joe Biden protège le mariage homosexuel devant la Cour suprême »).

Et qu'arrive-t-il maintenant ?

Jusqu'à présent, j'ai décrit ce qui est lié à la Mi-parcours s'est produit le 8.11.2022 novembre 2023 et après. La fameuse boule de cristal serait nécessaire pour prédire les développements ultérieurs à partir de janvier XNUMX, mais je ne l'ai pas. Certaines choses peuvent être supposées et on peut aussi spéculer, mais au final de nombreuses questions restent ouvertes (notamment depuis le chaos à la Chambre des représentants, où les républicains, malgré leur majorité, ont eu du mal à obtenir un Président de la Chambre choisir). 

Les deux aussi NYT-les chroniqueurs GailCollins et Bret Stephens ont posé peu avant Noël dans leur "dialogue" hebdomadaire la question "Qu'apporte la nouvelle année ?" et ont commencé par le linage : GailCollins a prédit que les républicains ne tiendraient pas leur promesse de réduire le déficit et que Trump tomberait à plat nez avec sa vente fulgurante d'albums numériques. en plus Bret Stephens: „Arrête ça Gaël, c'est une valeur sûre !"

Bret Stephens a alors prédit qu'après les vacances, le président Biden annoncerait qu'il ne se représenterait pas en 2024, d'autant plus qu'il devient de plus en plus improbable qu'une rediffusion avec l'ancien adversaire (Trump) se produise. Plus dit Stephens devant ça Kevin McCarthy pas le futur républicain Président de la Chambre seraytimes.com, 19.12.2022-2023-2024 : La Conversation : "Sortir les vieux et entrer avec les... quoi exactement ?"). Les deux questions touchent à deux questions importantes pour l'avenir des États-Unis : que se passera-t-il au Congrès, dans les deux chambres duquel il y aura des majorités différentes à partir de janvier XNUMX ? Et que se passera-t-il lors des élections de XNUMX ?

On peut spéculer sur tout cela - à Kevin McCarthy est devenu Bret Stephens tort - mais à la fin les deux questions restent sans réponse. La seule chose qui soit certaine, c'est qu'il y aura des majorités inversées à la Chambre des représentants à partir du 3.1.2023 janvier XNUMX :

                   – Républicain 222 sièges (auparavant 213 sièges)

                   – Démocrates 213 sièges (auparavant 222 sièges)

Les démocrates ont déjà décidé de leur future direction de groupe. Nancy Pelosi, le chef de faction de longue date et président de la Chambre des représentants, cédera la direction de la future faction minoritaire à des mains plus jeunes. Les démocrates ont déjà installé leur nouveau trio à la tête le 30.11.2022 novembre XNUMX - sous le signe d'une grande unité par acclamation - comme le New York Times signalé Hakeem Jeffries (52) désactivé New York le premier député noir à être nommé à un tel poste de direction. se tenir à ses côtés Katherine Clark (59) désactivé Massachusetts et Pete Aguilar (43) désactivé Californie. (Sources: nytimes.com, 30.11.2022/XNUMX/XNUMX : "Dans une démonstration d'unité, les démocrates de la Chambre élisent le chef de la minorité Hakeem Jeffries" ; sueddeutsche.de, 30.11.2022/XNUMX/XNUMX : "Le démocrate Jeffries est le premier chef de faction noir").


Remarque intermédiaire :

A la fin du rapport Journal sud-allemand est noté: "McCarthy ça ne devrait pas être aussi simple que ça Jeffries, derrière laquelle les démocrates se sont regroupés relativement unis. Le républicain McCarthy doit craindre les dissidents – un problème compte tenu de la faible majorité de son parti à la Chambre des représentants. » Ce pronostic s'est réalisé. Le 3.1.2023 janvier XNUMX, sous les yeux du monde, les républicains ont commencé à voter pour le Président de la Chambre pour jouer une pièce qui n'a pas été vue depuis 100 ans. En 1923, plusieurs scrutins furent nécessaires une dernière fois pour choisir l'orateur. 

J'ai écrit la partie suivante du texte avant le début de cette pièce et je n'ai pas l'intention d'y apporter de modifications. Le texte montre l'agitation intérieure de la faction majoritaire dans le Maison. Peu après le 3.1.2023 janvier XNUMX, le développement semble avoir atteint son apogée. Le mot-clé « chaos » revient sans cesse dans les médias. 

La faction à majorité républicaine à la Chambre des représentants a voté sur le poste important de Svis-à-vis de la maison, pas encore décidé. Kevin McCarthy à partir de Californie, qui brigue ce poste depuis longtemps n'a semble-t-il pas encore recueilli les 218 voix nécessaires dans son groupe, bien que les Républicains de la Maison compte 222 sièges. 

Thomas Spang, le correspondant américain du Voix de Heilbronn Remarques McCarthy doit faire un numéro d'équilibriste, parce qu'il doit Donald Trump impliquer étroitement les parlementaires qui lui sont proches, afin qu'il puisse Porte-parole de la Chambre pourrait devenir. "Pas facile compte tenu de l'attitude intransigeante et des majorités étroites" (Voix Heilbronn, 18.11.2022 octobre XNUMX : « Litige et statu quo »).

En fait, il y a un danger de blocage dans un Congrès « divisé ». « Les républicains et les démocrates risquent de se bloquer pendant des années. Il ne faut pas s'attendre à de nouvelles lois ou réformes », craint Thomas SpangComme domaines de blocage possibles en politique intérieure, il cite le domaine climatique, la nécessaire augmentation des effectifs du fisc et l'assurance-vieillesse et maladie. Les membres du Congrès républicains ont annoncé des commissions d'enquête et peut-être aussi des procédures de destitution contre des membres du gouvernement, même contre le président Biden, en échange des deux procédures de destitution contre Trump. Important pour les démocrates dans le Maison était d'achever les travaux de la commission d'enquête sur la prise du Capitole avant Noël 2022 et d'envoyer le rapport complet au ministère de la Justice. C'est arrivé le 19.12.2022/XNUMX/XNUMX. Il n'y aura pas d'autre enquête sur cet événement unique dans l'histoire des États-Unis avec la majorité républicaine à la Chambre des représentants. Au contraire : vous voulez reconduire les résultats de la commission dans la nouvelle législature. Le député républicain Andy Bigg à partir de Arizona a qualifié les conclusions du comité de "dernier coup politique". Il entend "revoir leurs documents, faire connaître leurs mensonges et remettre les choses au clair (nytimes.com, 19.12.2022/6/XNUMX : "Janv. XNUMX Le panel accuse Trump d'insurrection et le renvoie au ministère de la Justice »).

Des changements sont également à prévoir dans la politique étrangère américaine. Thomas Spang cité Kevin McCarthy, qui a annoncé qu'il n'émettrait pas de chèque en blanc à l'Ukraine. Le partisan absolu de Trump Marjorie Taylor Greene est allé plus loin : sous la direction républicaine pour l'Ukraine, « il ne resterait plus un sou pour l'Ukraine ». Spang notes à ce sujet, que la dispute avec les "faucons" républicains au Sénat était programmée. Compte tenu des annonces aussi rigoureuses du Maison L'Europe devra également se préparer à des temps plus difficiles, au moins le langage agressif et exigeant de l'époque de Trump pourrait redevenir monnaie courante. 

On pourrait avoir l'impression que le Sénat avec sa majorité démocrate et avec le chef de la minorité critique de Trump Mitch McConnell - s'il conserve son poste — deviendra désormais le pôle de calme de la politique américaine, du moins de la politique étrangère. Il ne peut pas empêcher les commissions d'enquête annoncées de la Chambre des représentants, mais il peut empêcher toute « évasion » de la MAGALe groupe de la Chambre des représentants doit freiner. Il sera important que les démocrates au Sénat continuent de pouvoir occuper des postes gouvernementaux importants et, surtout, des postes judiciaires aux côtés du président démocrate. La majorité conservatrice de Cour suprême est installé, mais il ne continuera pas à se développer. 

Que deviendra le GOP, le grande fête ancienne, qui a obtenu une majorité infime à la Chambre des représentants Mi-parcours mais, à en juger par leurs attentes, n'a pas gagné parce que leur Donald Trump causé de gros dégâts ? Une entrevue approfondie menée par le Chroniqueur du NYT Ezra Klein le 2.12.2022 décembre XNUMX avec Michael Brendan Dougherty,  l'auteur le plus important du magazine conservateur national Review LED.  Dougherty, Ainsi, un initié pense que le GOP sous-performé en 2018, 2020 et 2022. Son raisonnement : il y a des électeurs très motivés contre Donald Trump se mettre d'accord; et si le candidat républicain agit en tant qu'adjoint de Trump, il sera puni. (Une justification compliquée pour que Trump nuise réellement aux républicains. Cependant, cela est rarement clairement énoncé). 

Décrit l'état actuel du GOP Dougherty de façon très nette : « Le Parti républicain n'est ni poisson ni chair. Cela signifie qu'il n'est ni assez populiste pour unir la coalition sans Trump ni assez traditionnellement conservateur pour soutenir le Coalition Romney de 2012 à un. Cela la laisse divisée en deux parties distinctes d'elle-même, tandis que les démocrates sont toujours solidaires, en partie par peur Donald Trump. » Il répète la déclaration déjà citée : Trump nuit à son propre parti. Cela profite aux démocrates parce que cela les maintient ensemble et cela leur nuit ALLER P. car il les sépare. Ailleurs dans l'interview, l'initié décrit ce Dougherty donc - et Kevin McCarthy peut désormais en chanter une chanson : « Les principaux acteurs des Républicains sont en marge (...) il n'y a rien au milieu ; le parti républicain est une sorte de Beignet avec un trou au milieu… au milieu il y a un vide d'autorité. Petit et Dougherty sont arrivés au cœur du problème des républicains, mais aussi, dans une certaine mesure, au cœur du problème du système bipartite américain. Au sein du Parti républicain, il n'y a actuellement personne au milieu qui puisse négocier au-delà des lignes de parti - et si un compromis est trouvé, il n'y a personne qui puisse faire appliquer l'accord en interne. Les deux interlocuteurs font confiance à cette tâche si importante dans le système américain - négocier et mettre en œuvre des compromis - Kevin McCarthy pas à. (J'ai rarement lu une description aussi claire du dilemme américain). 

Vers la fin de l'interview ose Dougherty En faveur de Ron DeSantis, le gouverneur de Floride, la Déclaration : Il a l'air sauf DeSantis aucune autre personnalité qui pourrait fédérer le parti républicain.  DeSantis est actuellement une figure spéciale dans le GOP Mais en lisant de plus près, j'ai remarqué le mot "maintenant" - ce qui signifie que l'initié aussi Dougherty n'ose pas faire une prédiction sans réserve pour 2024. Ailleurs, il a prédit un autre "rodéo des clowns" pour la prochaine campagne républicaine, dans lequel 30 personnes sortent d'un minibus et se disputent l'attention. (nytimes.com, 2.12.2022-XNUMX-XNUMX : Transcription : "Ezra Klein Interview Michael Brendan Dougherty).

Que se passera-t-il d'ici 2024 ?

Donald Trump a annoncé le 15.11.2022 novembre 2024 qu'il souhaitait se représenter à la présidence des États-Unis en XNUMX. Il est le seul à l'avoir annoncé publiquement jusqu'à présent. Joe Biden a signalé une certaine tendance à revenir sur le ring, notamment contre Trump, qu'il a clairement battu en 2020. Après tout Biden n'a pas encore terminé ses délibérations. Tout comme l'ancien vice-président Mike Pence, aussi le gouverneur de, qui était prometteur avec les républicains Floride, Ron DeSantis et quelque autre ou quelques autres dans les deux parties.

Trump s'est déclaré et n'aura pas de repos pendant les deux prochaines années. A moins que les Républicains ne reconnaissent l'opportunité renouvelée offerte par le rapport final de la commission d'enquête du 6 janvier 2021 et renoncent à leur précédent leader. Mais j'en doute. Un ou un seul jouera le rôle de Brutus ne veut pas prendre le relais. Lors de la dernière réunion de la commission le 19.12.2022 décembre XNUMX, le (désormais) ancien député républicain Liz Cheney déclare que "personne qui se comporte comme ça (comme Trump) ne pourra plus jamais occuper une fonction publique" (Voix Heilbronn, 21.12.2022/XNUMX/XNUMX : « Trump ne semble pas impressionné »). Certaines choses peuvent ressembler à ceci GOPUn membre de la faction pense aussi secrètement, oui Liz Cheney le traître",  qui a été écarté depuis longtemps de la direction républicaine et n'est plus membre de la Chambre des représentants, aucun républicain ne voudra suivre. Le "problème Trump" semble devenir de plus en plus une meule sur le cou des républicains. 

Il se peut que le développement insidieux de la perte de pouvoir de Trump se poursuive jusqu'à ce qu'un jour - après de nouvelles calamités ou une nouvelle maladresse - l'humeur de Trump dans le GOP bascule et le cri »Trop c'est trop" fait également écho auprès de l'électorat. Après presque deux mois, la campagne est entrée en vrille ; en décembre, de nouvelles mauvaises nouvelles apparaissaient chaque jour pour Trump, le Süddeutsche Zeitung et signifiait avant tout le rapport final de la commission d'enquête, dans lequel des poursuites pénales contre l'ancien président étaient recommandées. Quatre crimes sont identifiés : incitation à l'émeute, préparation d'un complot, obstruction au Congrès dans la détermination des résultats des élections de 2020 et diffusion du mensonge d'une fraude électorale généralisée malgré le fait qu'on lui ait répété à maintes reprises que l'affirmation était fausse et qu'il était faux également accepté en interne . Le comité a recommandé au ministère de la Justice et au conseil spécial Jack Smith, d'étendre les enquêtes à « d'autres » également. Cinq noms sont cités, entre autres Mark Meadows, Le dernier chef de cabinet de Trump à la Maison Blanche et l'avocat de Trump Rudolph W. GiulianiSeront également identifiés et éventuellement inculpés 4 membres du Congrès républicains qui ont refusé de se conformer aux assignations à comparaître du comité, notamment Jim Jordan de l'Ohio, dont la nouvelle affectation n'a pas encore été annoncée.

Oui, selon l'une des affirmations centrales du rapport : « Au cœur du 6 janvier se trouvait un homme, l'ancien président Donald Trump, que beaucoup ont suivi. Aucun des événements du 6 janvier ne se serait produit sans lui." Le ministère de la Justice et le conseil spécial doivent décider de la marche à suivre Jack Smith décider (nytimes.com, 19.12.2022/6/XNUMX : "Janv. XNUMX Panel accuse Trump d'insurrection et le renvoie au ministère de la Justice.";  sueddeutsche.de, 19.12.2022/XNUMX/XNUMX : « Le comité américain recommande des poursuites pénales contre Trump »). 

Où en est le GOP ? Comment gère-t-elle l'annonce de Trump qu'il veut être à nouveau candidat à la présidence en 2024 ? Frank Bruni, un chroniqueur d'opinion New York Times, traductiona écrit son commentaire en demandant : "Les républicains ont-ils appris quelque chose de leur danse avec le Donald ?" Et apprécie ainsi Bruni Il entend et lit la position actuelle du « Donald » : « Donald Trump est fait » et il n'a aucune raison de ne pas y croire. "Quand il mardi (15.11.2022/XNUMX/XNUMX) à Mar-à-Lago annonçant sa candidature pour 2024, il ressemblait moins à un phénix montant qu'à un ballon qui se dégonfle. Je pouvais presque entendre le gaz hélium s'échapper de lui.

Bruni contraste son évaluation avec les réactions de nombreux républicains - et il qualifie ces réactions de fausses : "Ils le rejettent non pas parce qu'il a agité et mis en danger le pays d'innombrables fois, non pas à cause de ses atteintes à la dignité et parce qu'il est un ennemi de la démocratie, non parce qu'il il rabaisse presque tout et presque tous ceux qui s'opposent à lui. Ils sont juste en colère parce que c'est un perdant." Bruni ne voit pas les tentatives de son propre parti de se distancier de Trump comme une confrontation ou même une prise en compte du trumpisme, mais comme une prise de distance avec celui qui ne livre plus de succès. "C'est une question de chiffres et non de morale (...) Les républicains parlent de Trump comme d'une action qui a perdu de la valeur (...) Mais le parti a aussi peu changé que lui. Seuls les chiffres sont différents" (nytimes.com, 17.11.2022/XNUMX/XNUMX : "Les républicains ont-ils appris quelque chose de leur danse avec le Donald ?").

Christian Zaschke, le correspondant de Journal sud-allemand in Washington, voir ce semblable. Il a légendé son commentaire: "Donald Trump, le visage de la défaite." L'ex-président a longtemps été un fardeau pour les républicains. « Après les élections de mi-mandat bâclées, ses adversaires sortent enfin du couvert. Est-ce que ça apporte quelque chose ? Sortie ouverte." sueddeutsche.de, 11.11.2022/XNUMX/XNUMX : "Donald Trump, le visage de la défaite » ; commenté par Christian Zaschke).Trump est peut-être foutu, semble-t-il, mais la plupart de ses fans sont toujours là. 

Le différend de ALLER P. Le trumpisme n'a pas encore commencé pour de bon. Seuls les deux députés républicains ont de réelles conséquences Liz Cheney et Adam Kinzinger tirés - ils étaient les seuls républicains à siéger à la commission d'enquête du 6.1.2021/3.1.2023/XNUMX et sont donc devenus les hors-la-loi de leur parti. Au nouveau congrès du XNUMX janvier XNUMX, tous les deux ne seront plus là.

Presque en aparté – ce n'était qu'une erreur standard de Trump – les médias rapportent que l'ancien président a proposé d'abroger la constitution afin de changer le résultat des élections de 2020 après tout. Il diffuse toujours le message de "l'élection volée": "Une fraude électorale aussi massive et étendue permet d'annuler les anciennes règles, réglementations et articles, même ceux de la Constitution", a écrit Trump sur son réseau le 3.12.2022/XNUMX/XNUMX "Confiance sociale ». La New York Times rapporte qu'il y a eu des condamnations des deux côtés de l'échiquier politique : « un déluge des démocrates et quelques gouttes des républicains » (nytimes.com, 4.12.2022 décembre XNUMX : « L'appel de Trump pour la « résiliation » de la Constitution suscite des reproches »). 

Trump parle et écrit sur "l'énorme fraude électorale" presque tous les jours. Il n'a pas encore nommé cheval et cavalier parce qu'il ne peut pas. Il a annoncé publiquement sa candidature pour 2024. Biden et Pence ont indiqué une éventuelle candidature mais n'ont pas encore pris de décision définitive. Qui d'autre pourrait être dans les starting-blocks est ouvert. À mon avis, des déclarations plus précises – au-delà de la spéculation – ne seront possibles que dans six mois. Beaucoup de choses peuvent se passer dans les deux prochaines années.

Un faible président de la Chambre - Les républicains créent le chaos

Après un record suspect de 15 bulletins de vote - en 1923, il a fallu 9 bulletins de vote ; le record absolu a été établi en 1856 avec 133 bulletins de vote – est devenu le républicain Kevin McCarthy élu Président de la Chambre aux premières heures du 7.1.2023 janvier XNUMX. Un groupe de "rebelles" d'extrême droite de la faction républicaine avait organisé une lutte pour le pouvoir au cours de laquelle McCarthy qu'après une lutte spectaculaire avec les doigts (c'est ce que NYT), après de sérieuses concessions politiques sur le contenu et après la promesse d'importants postes de commission, à l'extrême Groupe Jamais Kevin pourrait prévaloir. Si c'était vraiment une victoire, ayez-la McCarthy chèrement acheté. À l'avenir, un député ne pourra qu'imposer un vote de confiance à son président. McCarthy dépendra d'une petite mais bruyante minorité dans son propre parti pour les deux prochaines années. Matt Gaetz à partir de Floride, l'un des porte-parole de Jamais Kevins dit dans une interview avec CNN: "McCarthy devra gouverner en camisole de force ! » Il sera un orateur faible.

Qu'en est-il à la Chambre des représentants de Washington du mardi 3.1.2023 janvier 100, ne s'était pas vu depuis XNUMX ans : les Républicains ne disposent que d'une majorité infime à la Chambre, mais ils n'ont pas réussi à faire élire un président dans leurs rangs du premier coup. Kevin McCarthy cherchait depuis longtemps le poste, mais cinq députés – celui d'origine jamais le groupe kevin, avait annoncé précédemment McCarthy ne pas choisir. Avec seulement quatre dissidents, il aurait encore pu obtenir la majorité requise de 218 voix, mais au cours du drame électoral, le nombre de ses voix dissidentes était passé à 21. (Il convient de noter qu'un siège à la Chambre des représentants est actuellement vacant. Les démocrates, avec leurs 212 membres, ont soutenu leur chef à travers les 15 tours de scrutin Hakeem Jeffries.

D'abord, un regard en arrière : à mes yeux, avait Kevin McCarthy a perdu sa crédibilité politique au plus tard après le 6.1.2021 janvier XNUMX, lorsqu'immédiatement après la prise du Capitole, il a blâmé le président qui avait été rejeté pour ce qui s'était passé, peu de temps après Mar-à-Lago se rendre à Trump pour faire de telles excuses et jurer une allégeance renouvelée. Ce qui ressemblait à un genou pour moi, mag McCarthy lui-même a dû sembler nécessaire pour garder vivants ses espoirs pour le poste de conférencier. Peu après le 6.1.2021 janvier XNUMX, il a dû se rendre compte que la grande majorité des députés républicains étaient toujours derrière Trump, même après cet événement, au cours duquel cinq personnes sont mortes. Selon leurs propres goûts, ils ont interprété ce qui s'est passé comme une liberté d'expression et de manifestation légitime, ont adopté le "Big Lie" de Trump ou sont simplement restés silencieux. Donc aussi retourné McCarthy dans le camp Trump et, avec de nombreux autres membres de sa faction, a voté contre l'ouverture du deuxième procès en destitution contre Trump. En conséquence, il s'est épargné cette expulsion indigne de la faction, comme il l'a fait le respecté Liz Cheney était préparé. S'il y avait eu une révolution républicaine contre Trump en janvier 2021, ce serait McCarthy probablement à l'avant-garde de la nouvelle équipe de direction. Mais cette révolution n'a pas existé et les repentis Kevin McCarthy a rejoint les rangs des partisans de Trump avec son désir d'être président de la Chambre. 

Deux ans plus tard, il est devenu clair que le simple fait d'être un Trumpiste ne suffit plus pour les "vrais Trumpistes". ils laissent McCarthy Sautez par-dessus la lame 14 fois lors du choix d'un haut-parleur. C'est pourquoi ces quatre jours de janvier 2023 sont devenus un spectacle dégradant non seulement pour McCarthy mais pour la démocratie en Amérique. Mais un examen plus attentif révèle quelque chose de remarquable : Donald Trump eu plusieurs fois en faveur avant et pendant ce drame McCarthy intervenu, tout comme l'avait fait - longtemps sans succès - contre les super Trumpistes Matt Gaetz et Lauren Boebert fourni. Marjorie Taylor Greene, l'icône Trump Géorgie se tenait – comme Trump – aux côtés de McCarthy et critiqué publiquement l'extrémisme de certains collègues. Le nouveau président lui a promis un poste au sein d'un important comité. L'icône Trump Lauren Boebert à partir de Colorado resté du côté de la jusqu'à la fin Jamais Kevins et a même critiqué Trump pour sa position. Cela montre que la fracture dans le camp républicain s'est creusée et traverse même désormais le camp des anciens partisans absolus de Trump. Le député républicain Ryan dent à partir de Montana décrit ce qui s'est passé comme suit : « De l'extérieur, cela ressemble au chaos. A l'intérieur c'est le chaos" (nytimes.com, 6/7.1.2023 janvier 15 : « McCarthy remporte la présidence lors du XNUMXe vote »).

Le lauréat du prix Nobel d'économie l'a dit encore plus clairement Paul Krugman dans le New York Times: « Ni moi ni personne d'autre ne sait ce qui va arriver. Mais une chose est certaine : l'Amérique est déjà plus petite aujourd'hui qu'elle ne l'était à l'époque Nancy Pelosi à la Chambre, et il s'enfonce de plus en plus chaque jour."  Krugman suit une formulation que Trump aime utiliser lors des rassemblements : "Le monde se moque de nous." Et Krugman continue - on sent de l'ironie ainsi qu'une profonde inquiétude - que les partisans de Trump pensent même que les mondialistes du pays se moquent également de l'Amérique. "L'ironie est que c'est le MAGAmouvement a réussi - au-delà des rêves les plus fous des mondialistes noirs (s'ils existent même) - à rendre l'Amérique tout sauf grande. Maintenant, le monde se moque vraiment de nous et est horrifié en même temps. » Adapté d'un verset biblique Krugman la question concernée : « A quoi bon pour un homme de perdre son âme et de ne pas obtenir encore assez de voix pour être président de la Chambre ? » (nytimes.com, 5.1.2023 janvier XNUMX : « Faire de l'Amérique l'opposé de la grandeur » ; commenté par Paul Krugman). Et Pierre Burghardt décrit les événements comme une «confrontation sur Capitol Hill»: «Le drame en dit long sur l'Amérique et ses républicains. On peut trouver le scénario bizarre ou menaçant. En tout cas, les Américains ont manifestement au moins un problème parlementaire (...) Les républicains se rendent, le Parlement, oui le pays, dépendants des hurleurs extrémistes" (sueddeutsche.de, 6.1.2023 janvier XNUMX : « La femme au pistolet » ; commenté par Pierre Burghardt).

Au petit matin du 7.1.2023 janvier XNUMX Kevin McCarthy a finalement réuni la majorité requise, mais le prix a été élevé et l'impact n'est pas encore visible. Dans un premier bilan, elle écrit New York Times, "que les concessions qui McCarthy a fait aux rebelles limitera sévèrement leur pouvoir et fera de la Chambre des représentants une institution encombrante qui, compte tenu de la faible majorité et de la volonté de la faction de droite de déconner, montre déjà à quel point elle est difficile à contrôler. McCarthy a convenu, entre autres, qu'un seul député suffit à imposer un vote de confiance à l'orateur dans le but de le destituer. De plus, il a donné aux ultra-conservateurs un tiers des sièges dans la puissante faction Comité des règles accordé, dans lequel il est décidé quelles initiatives législatives parviennent au plénum et comment elles y sont traitées. En outre, les lois sur les dépenses qui ont déjà été adoptées doivent être à nouveau révisées et débattues ouvertement. Chaque député européen devrait avoir le droit de demander un vote sur les modifications (nytimes.com, 6/7 janvier 1.2023 : « McCarthy remporte la présidence lors du 15e vote »). Je me souviens de l'annonce de Majorie Taylor Greene celui que sous la direction républicaine « il n'y aura pas un sou de plus pour l'Ukraine. » La crédibilité et la fiabilité des États-Unis sont en jeu. Deux ans seulement après la prise du Capitole le 6.1.2021 janvier XNUMX Washington DC un spectacle qui suscite de vives inquiétudes. 

In der New York Times la contradiction propre à la politique budgétaire républicaine est pointée : « Dans Les années Obama ont fait les républicains avec la montée de Mouvement du thé  Des restrictions de dépenses exigées en échange d'un relèvement du plafond de la dette. Pendant le Présidence Trump ils ont cessé de faire cette demande et ont augmenté sans condition le plafond de la dette. La nouvelle majorité à la Chambre des représentants veut contredire cette pratique cette année" (nytimes.com, 4.1.2023/XNUMX/XNUMX : "Ce que veulent les républicains d'extrême droite : refaire le Congrès et le gouvernement").

Charles Coup, chroniqueur de New York Times décrit l'état actuel du Parti républicain - le texte est désormais disponible en traduction allemande : « L'incapacité tout à fait embarrassante du Parti républicain à élire un président de la Chambre des représentants des États-Unis après plusieurs tentatives est une crise qui lui est propre. Au moins depuis la présidence de Barack Obama Le Parti républicain a vu se renforcer son flanc droit, dont le travail n'était pas de faire de la politique mais d'empêcher le progrès, et dont la tactique était la destruction plutôt que la diplomatie. (...) Ils (la frange de droite) ont retenu la leçon de la Années Palin : Le spectacle engendre la renommée, qui à son tour engendre le pouvoir, qui apporte de l'influence et éventuellement du contrôle" (Service de presse IPG, 5.1.2023/XNUMX/XNUMX : "Venez mettre le feu" ; commenté par Charles Coup. Originaltext: nytimes.com, 4.1.2023: Charles Coup: "Le caucus républicain Burn-It-All-Down").

Surtout ce chaos du début de la 118e législature, le grand conte de l'in New York Des députés républicains élus à la Chambre des représentants pour la première fois Georges Santos comme note marginale. Santos avait tricoté un magnifique curriculum vitae qui était surtout un mensonge. Dès le 3.1.2023 janvier 15, il siège à la Chambre des représentants et participe au thriller électoral ; il a XNUMX fois pour Kevin McCarthy à l'écoute. Santos' La fraude est susceptible de faire à nouveau la une des journaux et il pourrait être sous pression pour démissionner - avec pour résultat que la majorité des républicains du Maison peut-être même plus petit.

Les républicains auront bientôt plus de problèmes. Fin janvier, le président des 168 membres Comités nationaux républicains être réélu. Ce poste pourrait être décrit comme celui de président du parti républicain. Comparé au président d'un parti en Allemagne, le Président du RNC ou le Présidente du RNC mais beaucoup moins de puissance qu'un collègue en Allemagne. Les décisions politiques deviennent moins importantes RNC mais en maison Blanche et se sont réunis à la tête des deux chambres du Congrès. Que RNC est responsable de l'organisation des élections primaires, mais pas de la désignation des candidats. Une autre tâche importante de RNC est la collecte des dons du parti et le soutien des candidats.

Ronna McDaniel, l'actuel président de la RNC fait le travail depuis 2016 – « cueillies à la main par M. Trump Donald Trump. Mais elle n'est pas incontestée. Harmeet Dhillon de Californie – également une icône de Trump et maintenant soutenue par l'extrême droite du GOP volonté contre McDaniel s'aligner une constellation qui rappelle fortement le drame autour du poste de Président de la Chambre qui vient de se terminer. les NYT s'attend à une affreuse confrontation intra-parti entre "la droite" et "la droite encore plus éloignée" au sein du Parti républicain. Il semble que cela devrait McDaniel à la place de Trump pour la mauvaise performance des républicains dans le Mi-parcours être tenu pour responsable : "Beaucoup dans le parti ont un bouc émissaire pour les disputes dans le GOP trouvé qui ne s'appelle pas Trump », écrit-elle New York Times (nytimes.com, 28.12.2022/XNUMX/XNUMX : "La course à la présidence du GOP occulte les plus gros problèmes du parti").

Mais peu importe comment ce différend pour Ronna McDaniel sortir, il se pourrait qu'elle réapparaisse sous les feux de la rampe dans un tout autre contexte. En tant que président de RNC elle a été impliquée dans un coup d'État spécial de Donald Trump, avec lequel il voulait renverser le résultat des élections de 2020. Jean Eastman, l'un des avocats travaillant pour Trump avait élaboré le plan, grâce à des listes électorales supplémentaires d'États individuels, qui ont été utilisées parallèlement aux listes officielles Washington ont été envoyés pour semer la confusion et éventuellement obtenir le rejet des résultats des élections de ces États. Eastman devait McDaniel demandé de créer ces listes de remplacement. Ces tentatives ont mal tourné, mais la commission d'enquête du 6.1.2021 janvier XNUMX l'a aussi Ronna McDaniel interrogé. Ses déclarations pourraient être utilisées dans d'autres enquêtes par le ministère de la Justice et le conseil spécial Jack Smith jouent encore un rôle (nytimes.com, 2.1.2023-6-XNUMX : " Essayer de déposer une marque " Élection truquée " et autres révélations des transcriptions du XNUMX janvier ").

Une lueur d'espoir à l'horizon politique

Kevin McCarthy a été élu Président de la Chambre après 15 scrutins et de nombreuses blessures. Le petit groupe rebelle du ALLER P. a démontré comment la très mince majorité de républicains à la Chambre des représentants peut être utilisée au sein du parti pour faire passer ses propres revendications. L'une de ces demandes a été rapidement mise en œuvre : le 10.1.2023 janvier XNUMX, la Chambre a approuvé la création d'une sous-commission de la commission judiciaire dotée de larges pouvoirs. Jen Jordanie, le partisan de Trump à la langue acérée Ohio présidera ce sous-comité. Son travail : enquêter sur la façon dont les démocrates ont utilisé le ministère de la Justice, le FBI et d'autres agences de renseignement pour intimider et faire taire les conservateurs du niveau du conseil scolaire local jusqu'au sommet des rangs présidentiels. Le nouveau corps porte le nom révélateur Sous-comité spécial sur la militarisation du gouvernement fédéral. La réaction des démocrates à la Chambre des représentants a été d'autant plus dure. Jim McGovern à partir de Massachusetts comparé le nouveau panel à celui du sénateur Joe McCarthy dans les années 1950 Comité des activités non américaines de la Chambre (Comité sur les activités anti-américaines), avec le Sauter Joe McCarthy à l'époque menait une chasse à grande échelle aux communistes et mettait au pilori les acteurs et les scientifiques (nytimes.com, 10.1.2022: "La Chambre divisée approuve l'enquête du GOP sur la militarisation du gouvernement").  

Au cours des négociations avec les rebelles McCarthy a promis de financer et de doter ce sous-comité comme le précédent comité d'enquête sur la prise du Capitole. "Nous tiendrons le marais responsable du retrait d'Afghanistan à l'origine de Covid au point d'utiliser le FBI comme une arme », a déclaré McCarthy immédiatement après son élection (nytimes.com, 8.1.2023 janvier XNUMX : « House Republicans Preparing Broad Inquiry Into FBI and Security Agencies »).

Ce qui ressemble à première vue à la revanche des républicains, des démocrates pour toutes les épreuves qu'ils ont endurées Donald Trump ce que ses partisans pensent qu'il a fait pendant et après son mandat, mais pourrait devenir un indicateur de savoir si et dans quelle mesure les républicains soutiennent Trump et MAGA abandonner. L'appel de certains républicains : "Passons à autre chose !" Regardons vers l'avenir risque de se faire entendre dans un futur proche. Comment cela affecterait-il Jim Jordan sous-comité pour protéger les conservateurs prétendument persécutés?

Un espoir ou juste un vœu pieux ? Le 8.11.2022 novembre XNUMX – c'est-à-dire exactement le jour du scrutin, la publication Voix de Heilbronn un entretien avec l'avocat et consultant en management Sandra Navidi. En octobre 2022, son troisième livre intitulé "The DNA of the USA: How America ticks" est publié. La rubrique de Voix de Heilbronn lire : "Nous assistons à la tyrannie d'une minorité." Navidi décrit la société américaine comme suit :

"Presque nulle part dans le monde la division de la société n'est aussi prononcée qu'aux États-Unis. Cela est principalement dû au système bipartite, ce qui serait impensable en Allemagne. Cependant, les démocrates sont très largement basés ici, de l'extrême gauche au conservateur. Les républicains sont différents. Presque tous les modérés ont quitté le parti, renoncé à leur carrière ou appartiennent à une « minorité d'opposition ».

(Citations de Voix Heilbronn, 8.11.2022/XNUMX/XNUMX : "Nous assistons à la tyrannie d'une minorité" ; Interview avec Sandra Navidi). 

Décrit les dernières élections Navidi comme une « lutte idéologique entre démocratie et autocratie :

« Les républicains expriment de plus en plus ce qui compte pour eux : la discrimination, le racisme, l'antisémitisme. Nous assistons ici à la tyrannie d'une minorité, car la majorité de la population représente des valeurs humanistes.

(Citations de Voix Heilbronn, 8.11.2022/XNUMX/XNUMX : "Nous assistons à la tyrannie d'une minorité" ; Interview avec Sandra Navidi). 

Au vu de cette description de l'État - c'est la vision critique des États-Unis de l'extérieur - le soulagement des Chroniqueur du NYT Thomas L. Friedman compréhensible, ce qu'il a fait allusion le 9.11.2022 novembre XNUMX - c'est-à-dire le lendemain de l'élection - dans le titre de son commentaire : "America Dodged an Arrow" - "L'Amérique s'est échappée d'une flèche". Approfondi dans la première partie de sa réflexion Friedman son soupir de soulagement avec des phrases sarcastiques : « Vous pouvez reporter votre déménagement au Canada. Vous pouvez ignorer l'appel à l'ambassade de Nouvelle-Zélande pour savoir comment obtenir la citoyenneté là-bas. L'élection de mardi a été le test le plus important depuis la guerre civile pour savoir si notre système constitutionnel - la capacité de transférer le pouvoir pacifiquement et légalement - reste intact. Et on dirait qu'on s'en est tiré - un peu rayé mais OK."

Friedman décrit les faiblesses et les problèmes du pays : le système électoral à l'ancienne, le gerrymandering, les réseaux sociaux qui font que le dialogue dans le pays est constamment empoisonné et que la société se divise de plus en plus, et que les deux piliers de la démocratie - la vérité et la confiance - sont s'érodent constamment. Il fait référence à ce qui s'est passé le 6.1.2021 janvier XNUMX Poutine et Xi Jinping leur permet d'expliquer à leurs concitoyens : « C'est comme ça que ça marche dans une démocratie. Voulez-vous quelque chose comme ça ? »

"Tout ne va pas bien", écrit Fridman. Mais cette élection est peut-être un signe que nous sommes au moins en train de revenir du bord de cet abîme, car de nombreux Américains se comptent encore parmi le camp indépendant et centriste qui n'est pas constamment influencé par les malheurs et les fantasmes de Donald Trump envie de s'attarder et de réaliser que ce sont les GOP rendre fou et inquiéter tout le pays" nytimes.com, 9.11.2022; Thomas Friedman"L'Amérique esquivée sur Arrow").

Ma confiance repose sur deux évolutions positives que le Mi-parcours a décidé:

  • La grande implication des femmes dans cette élection ;
  • L'augmentation supérieure à la moyenne des jeunes électeurs.

Encore une fois - comme prêt en 2020 - les femmes sont arrivées à la conclusion inattendue de la Mi-parcours contribué de manière significative », écrit GailCollins, un chroniqueur d'opinion New York Times et proclame 2023 « l'année des Gouverneurs ». À partir de 2023, il y aura 12 femmes gouverneurs dans le pays - jusqu'à présent, il y en a neuf (nytimes.com, 21.12.2022; GailCollins: "Les femmes sont en marche")

"Les jeunes Américains ont un nombre record au Mi-parcours participé – et influencé de manière décisive le paysage politique. » Une génération hautement politique grandit en Amérique (sueddeutsche.de, 27.11.2022 : "Les sauveurs autoproclamés de la démocratie").

Thomas Friedman Résumant la situation aux États-Unis : « Nous n'avons pas reçu de laissez-passer de santé à 24 %, mais on nous a diagnostiqué que nos globules blancs politiques fonctionnent correctement et ont combattu l'infection endémique qui menace l'ensemble de notre système électoral. Mais l'inflammation est toujours là, alors le médecin conseille: "Restez en bonne santé, renforcez vos forces et revenez pour un contrôle dans XNUMX mois."

Une note de clôture du membre du Congrès Adam Schiff

Le rapport final de la commission d'enquête sur la prise du Capitole a été publié le 22.12.2022 décembre 800. Ouvrage volumineux de plus de XNUMX pages. les Süddeutsche Zeitung légendes son rapport: "Donald Trump a appelé cette foule à Washington. » Le rapport le nomme, Trump, comme principal responsable des événements du 6.1.2021 janvier XNUMX, au cours desquels cinq personnes ont perdu la vie.

De plus, des références Adam Schiff de Californie, membre du comité d'enquête, a soulevé une autre question qui a reçu peu d'attention. Schiff attire l'attention sur le comportement de nombreux législateurs républicains après l'ajournement de la session pour déterminer les résultats de l'élection a repris: "N'oubliez pas que de nombreux républicains au Congrès ont permis les mensonges de Trump", a-t-il légendé un article invité dans le New York Times. Adam Schiff se réfère une fois de plus aux tentatives de Trump de retourner ce qu'il croit être "l'élection volée" en sa faveur. Par exemple, la tentative de le faire déclarer vainqueur par les législatures de plusieurs États ; les tentatives de semer la confusion en déposant des listes électorales supplémentaires - parallèlement aux procès-verbaux - et le vice-président Mike Pence pouvant conduire au rejet des résultats de certains États. Schiff cite également la phrase de Trump, devenue célèbre, avec laquelle il Brad Raffensperger de Géorgie voulait appeler à la fraude électorale : « Trouvez-moi suffisamment de voix pour que je Géorgie Gagner. » Le procureur général de Trump Bill Barre Trump avait déclaré en interne que la "fraude électorale extraordinaire" dont il parlait sans cesse n'existait pas. Au sein de la commission d'enquête Barr qualifié ces histoires d'escroquerie de "conneries".

Tout cela est connu depuis longtemps et présenté en détail dans le rapport final de la commission d'enquête. Pour toutes ces tentatives d'inverser le résultat des élections de 2020 est finalement Donald Trump responsable. Mais on jette Adam Schiff à ses collègues républicains de la Chambre des représentants : que le 6.1.2021 janvier XNUMX, après que les partisans de Trump ont pris d'assaut le Capitole, dans lequel la police a dû se plaindre de nombreux blessés, après la reprise de la séance « ils ont continué là où ils s'étaient arrêtés avant : Ils ont continué à rejeter les résultats des élections dans les États clés. Schiff cite une déclaration de Liz Cheney qui a été punie par son parti comme traître : « Le jour viendra où Donald Trump est parti mais votre comportement déshonorant restera. » (nytimes.com, 22.12.2022/XNUMX/XNUMX : «Adam Schiff: "N'oubliez pas que de nombreux républicains au Congrès ont permis le grand mensonge de Trump").