nuage de données

nuages ​​de données

Publier une photo : exemple d'image | © Pixabay

Quiconque utilise des ordinateurs ou des smartphones a certainement déjà utilisé l'un ou l'autre service cloud, qui offrent tous un "stockage cloud" et stockent vos données sur un serveur de l'entreprise respective. De plus, surtout lorsqu'il s'agit de grandes entreprises, ils offrent une comparaison de données supplémentaire entre les appareils enregistrés, qu'il s'agisse d'un ordinateur, d'une tablette ou d'un smartphone.

Les plus connus sont probablement Apple avec iCloud et Microsoft avec OneDrive, mais les compagnies de téléphone comme Telekom ou Vodafone proposent désormais également ces services.

Le fait que nos propres fichiers et même les logiciels informatiques que nous utilisons se trouvent sur les serveurs de l'entreprise a déjà Bill Gates proposé il y a des décennies. Au moins en ce qui concerne les données, cela a déjà été mis en œuvre - même si probablement seule une minorité se passe de ce confort.

Cependant, Gates n'a pas proposé l'idée du «nuage» car cette idée est beaucoup plus ancienne que beaucoup ne pourraient le supposer. L'ARPANET des années 1960 utilisait déjà des options de stockage sur des serveurs centraux et CompuServe offraient de tels services à partir des années 1980. Cependant, à cette époque, c'était encore quelque chose pour les "nerds" qui étaient probablement aussi capables de crypter eux-mêmes leurs propres données sur les serveurs étrangers.

De nos jours, Microsoft, entre autres, vous propose d'avoir vos propres données en toute sécurité sur OneDrive. D'autres entreprises font de la publicité avec un cryptage de bout en bout, et d'autres entreprises, en particulier en Europe, avec le fait que leurs serveurs sont chez eux en Europe - ce qui, cependant, ne joue aucun rôle pour la sécurité des données.

En partant de nous, citoyens, et non des entreprises à forte intensité de recherche ou des autorités ayant accès aux données personnelles, ce "problème" peut être abordé de manière un peu plus détendue. Voici ma recommandation

  • renoncer aux offres, pour la plupart très bon marché, des entreprises du monde totalitaire,
  • de recourir à ceux d'entreprises renommées et
  • de ne pas stocker de données dans le cloud dont la publication pourrait se nuire.

Avec ce dernier, je recommande de ne pas enregistrer ces données sur des appareils connectés à Internet.

Pour ma part, j'utilise depuis le début mon propre serveur, hébergé de manière très fiable par 1&1 – IONOS depuis longtemps.


Et par pure commodité, j'utilise toujours un petit serveur à la maison, qui me sert plutôt de terrain de jeu et de stockage de fichiers et d'images que je n'ai pas forcément envie de trouver sur le World Wide Web.

Étant donné que mes téléphones fonctionnent via Telekom, j'utilise également celui correspondant MagentaCloud, qui fait partie de mon contrat téléphonique.

En tant qu'utilisateur Apple, c'est aussi une bonne idée de iCloud à utiliser pour la comparaison des données de mes propres appareils.

Mais comme je travaille principalement avec Microsoft Office, j'utilise aussi et de préférence onedrive. Et en tant que client Amazon, je n'ai pas pu résister à l'offre gratuite d'avoir toutes mes photos sur le Amazon lecteur coucher.

Et comme c'est plus que suffisant pour moi, j'ai fermé d'autres options de stockage que je peux certainement recommander. Cela inclut le bien connu Dropbox, Le Strato HiDrive ou le IONOS HiDrive ainsi que le Google Drive. Et si mes volumes de données dépassent les capacités cloud utilisées, ce qui n'arrivera certainement pas, je peux aussi réactiver ces services cloud.

Mais si vous pensez qu'il serait préférable de tout stocker dans un seul cloud, je réponds que différents clouds peuvent être utilisés pour différentes tâches et objectifs et ainsi vous faire économiser les coûts d'un cloud plus grand.

Dans le cas où vous travaillez toujours avec des données personnelles, notamment d'autrui, ou même à forte intensité de recherche, je vous recommande fortement d'utiliser votre propre serveur et ainsi conserver votre indépendance.


"Et encore une fois, Internet n'est pas quelque chose sur lequel on se contente de jeter quelque chose. Ce n'est pas un gros camion. C'est une série de tubes."

Ted Stevens, discours devant le Sénat américain sur la neutralité du réseau (28 juin 2006)

Poster un commentaire

Ihre E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht.