Cette Hongrie n'appartient plus à l'Europe

Photo publiée : drapeau hongrois | © Pixabay

La victoire électorale de Viktor Orbán est une mauvaise nouvelle pour la démocratie et la liberté. Selon toute apparence, il n'y a pas eu de fraude électorale directe. Cependant, le barrage médiatique pour Orbán et son idéologie fasciste était incompatible avec des conditions d'élection équitables. Ceci et le peu d'espace laissé à une société civile hongroise libre et indépendante, ainsi que l'état de l'État constitutionnel hongrois, permettent de conclure que la Hongrie n'est plus une démocratie libérale à part entière.

Les médias publics et privés, qui sont tous contrôlés par les gens d'Orbán, ont fait un excellent travail. Le réseau corrompu de la famille Orbán peut se sentir justifié. De plus, la guerre d'agression russe contre l'Ukraine a donné au "dictateur" magyar le rôle de Jean-Claude Juncker encore appelé président de la Commission Orbán, a joué dans les cartes. Mais il était probablement beaucoup plus important que l'alliance de l'opposition n'ait eu aucune chance réelle dans les conditions générales qui avaient prévalu dans la fausse démocratie hongroise pendant des années.

Le Parlement européen réclame depuis plus d'un an des sanctions financières contre la Hongrie. Les exigences légales à cet égard seraient en place depuis l'automne 2020 avec ce que l'on appelle la conditionnalité. La Commission a commis une grave erreur en ne prenant pas de mesures décisives contre Orbán bien avant les élections législatives. L'Union européenne doit maintenant agir enfin contre Budapest avec tous les moyens dont elle dispose. Parce que cette Hongrie n'appartient plus à l'Europe. Orbán joue un double jeu par rapport à Moscou. Il a délibérément rendu son pays entièrement dépendant politiquement de la Russie et de la Chine. Il admire Poutine et Xi, se voit comme un homme fort d'une autre Europe, nationaliste, autoritaire, xénophobe et homophobe, dans laquelle les femmes ont leur place de machines à accoucher.

La Chine et la Russie justifient l'agression russe contre l'Ukraine et le reste de l'ordre existant en arguant qu'elles sont les véritables démocraties du monde. La Hongrie, comme Orbán lui-même l'a souligné avec sa vulgarisation de la «démocratie illibérale», est aujourd'hui plus un de ces États autoritaires qu'une partie de l'Occident politique, auquel l'UE est liée en termes de valeurs et d'objectifs.

Dans le conflit entre les démocraties libres de ce monde et les autocraties de l'Est, le bon grain doit être séparé de l'ivraie dans l'UE. C'est aussi une condition préalable importante pour se défendre contre l'attaque russe, un tournant qui doit non seulement être déclaré, mais aussi vécu. Une action dure contre Budapest n'a pas affaibli la cohésion de l'Europe de l'Ouest. Au contraire, cela le fortifiait.

Poster un commentaire

Ihre E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Les champs obligatoires sont marqués avec un * marqué