Aryens

Photo publiée : Personnes | © Stefan Keller sur Pixabay

Aujourd'hui, j'écris sur un sujet très laid, probablement aussi extrêmement problématique, qui conduira certainement à une incompréhension totale chez de nombreux concitoyens, sinon à des réactions très drastiques. Vous pouvez difficilement aborder ce sujet du bon point de vue et c'est pourquoi je n'essaie même pas. J'écris aussi - comme je l'ai toujours fait ici dans ce blog - simplement à partir du Lamäng et je vois par moi-même où mes pensées me mènent.

La raison de cet article de blog est quelques conversations très tristes que j'ai pu écouter au cours des derniers jours et même participé à certaines d'entre elles. Ceux-ci, à leur tour, m'ont fait penser à une dispute avec un très jeune aryen autoproclamé que j'ai dû avoir en tant que président de l'EUROPA-UNION Heilbronn dans la zone piétonne. C'est pourquoi j'utilise maintenant ce non-sens comme titre de mon article afin d'écarter les malentendus dès le départ et de donner à ceux qui aimeraient bien me comprendre mal une raison suffisante de le faire dès le départ.

Ainsi, cet Aryen avoué, le pire cas d'un supposé Volksdeutscher, a insisté sur le fait qu'en tant qu'Aryen - ni avec un certificat scolaire qualifié ni avec un apprentissage en tant qu'Allemand au chômage qui avait également évité le service militaire - il devrait être traité par ses concitoyens jusqu'à sa fin glorieuse seront nourris. En même temps, il m'a souhaité, en tant que partisan de la migration, la peste au cou et m'a décrit comme vraiment en mouvement, comme un peuple nuisible qui aide encore pire "les gens" à détruire le peuple allemand.

Des concitoyens un peu plus éduqués, en particulier ceux qui peuvent subvenir à leurs besoins, s'abstiennent sagement de telles déclarations, mais formulent seulement ce prétendu fait un peu plus crûment et ramènent finalement le tout au même point : "Ils ou nous !"

Le problème, c'est qui sont les « nous » et qui sont les « ils » ?

je sais par ex. B. Pas maintenant, ce qui pourrait me faire m'identifier à un fainéant stupide et paresseux et développer un sentiment d'unité avec lui. La citoyenneté seule me relie à ce monsieur. Et dans le cas où il insisterait sur une "ethnicité" commune, il faudrait alors différencier davantage celle-ci, car il y a des peuples allemands très différents, sans parler des tribus.

Autrefois, voire pas du tout, tout le monde avait quelques points communs qui pourraient peut-être encore être réunis aujourd'hui dans une ethnie qui peut être composée de trois critères, à savoir la langue allemande, la religion, où le protestant est décisif et Les juifs et les catholiques seraient à peu près tolérés, et finalement la "culture allemande" commune.

Et si vous preniez cela au pied de la lettre ces jours-ci, cela deviendrait certainement très, très solitaire pour beaucoup d'entre nous. Surtout si vous prenez vos propres performances ou vos propres préférences comme référence. De toute façon, on ne peut pas (plus) en faire un état. Et donc il y a un critère un peu plus résilient et c'est la citoyenneté. Et qui l'obtient ou non, c'est le travail des «administrateurs» qui prennent des décisions basées sur la réglementation au mieux de leurs connaissances et de leurs convictions. Le véritable nœud du problème est que vous pouvez hériter de votre citoyenneté et cela seul rend absurdes toutes les réglementations pour obtenir la citoyenneté - je ne fais qu'énumérer ici l'Aryen autoproclamé.

Cependant, tout cela ne nous mène pas vraiment plus loin si nous voulons déterminer qui «nous» sommes réellement. Et cela dépend toujours de l'environnement actuel, de l'équipe de foot, de la table des habitués, de l'entreprise, du quartier, de la rue, de la famille, du groupe de touristes, etc. C'est toujours le « nous » et généralement différent à chaque fois.

Et du coup, les « dé » sont toujours différents à chaque fois.

Et même cela ne nous mène pas beaucoup plus loin et il faut donc se demander, qu'est-ce que les gens veulent vraiment dire quand ils parlent avec tant de véhémence et parfois avec tant d'obstination de "ils ou nous !" ?

Alors je dis franchement qu'il ne s'agit finalement que d'un "problème de distribution". Si nous vivions tous au paradis, alors il n'y aurait pas de "eux ou nous!". Nous serions tous "nous" et vivrions simplement par nous-mêmes, même les éructations et les pets de nos propres voisins nous feraient à peine tomber.

Le "dé" n'entrerait probablement en jeu que si nous devions craindre que quelqu'un veuille nous arracher à nos rêves ou si nous avions finalement même peur que le "dé" enlève le beurre de notre pain.

Cela déterminerait probablement qui sont réellement les "ils", à savoir précisément ceux qui, selon nous, mettent en danger notre propre existence - et donc finalement tout le monde - sauf soi-même - est le "ils", du moins potentiellement.

Il ne fait aucun doute que des problèmes de distribution existent et qu'ils deviennent de plus en plus graves, surtout lorsque nous nous rendons compte que nous vieillissons et donc plus faibles, plus vulnérables et avons besoin d'aide. Et au moins à la toute fin, ce sont tous ces « nous » qui nous accompagnent jusqu'à notre dernier souffle et peut-être même facilitent nos dernières heures - même si c'était un Africain noir !

Et maintenant, très brièvement et sans douleur : les divagations « Eux ou nous ! », aussi élaborées soient-elles, ne font vraiment avancer personne ! Mais oui, il y a des gens bons et gentils, ainsi que des gens méchants et méchants - nous le sommes tous ! Du moins aux yeux de quelqu'un d'autre.

C'est pourquoi « nous » devons rechercher des règles et des lois qui, ensemble, nous facilitent la vie. Et surtout, « nous » devons également adhérer aux règles et aux lois que nous avons établies, puis les suivre.

Et selon la façon dont nous le faisons et quand nous le faisons ou non, il y a "nous" les gentils ou "nous" les méchants - qui peuvent changer très souvent et très radicalement dans une seule vie humaine.

Et ainsi nous continuerons à vivre ensemble avec les autres, ceux qui ont la nationalité allemande et ceux qui ne l'ont pas (encore). Et nous continuerons à vivre avec ceux qui ne parlent pas allemand, n'ont pas de diplôme scolaire ou d'emploi, ainsi qu'avec ceux qui, selon nos propres normes, se comportent complètement mal ou même enfreignent systématiquement les règles et les lois.

Si nous pouvons changer quelque chose, c'est en exigeant et en réclamant constamment le respect des règles et des lois. Et c'est mieux si nous respectons nous-mêmes les règles et les lois.

Si nous voulons changer quelque chose, alors en nous donnant les moyens de parler un bon allemand, de croire en Dieu ou du moins en le bien des gens, et surtout d'illustrer la culture que nous aimerions tant voir chez les autres.


"Nous disons et je veux dire est l'une des insultes les plus choisies."

Theodor W. Adorno, Minima Moralia (14e édition 2022 [1951] : 217)

    Votre message:

  • Et je pensais que l'Europe avait été créée par la migration et façonnée par la migration. En cela, "l'Allemagne" s'avère également être une collection de nombreuses tribus avec des dialectes similaires et n'a finalement vu le jour qu'en tant que nation créée artificiellement au 19ème siècle. développé. Peut-être l'Aryen est-il après tout le produit d'une élimination commune.