25.3.02022

Kaiserstrasse | © Shutterstock

Thèse raide

Depuis des décennies, je me demande pourquoi le SPD et les syndicats ruinent notre système éducatif ? Pourtant c'est tout à fait compréhensible. Les deux "institutions", censées se consacrer au bien-être du peuple, doivent se rendre compte très vite que les travailleurs bien nourris les fuient en masse. Ils ne gagnent une clientèle raisonnablement sûre que parmi les titulaires d'emplois dont le bonheur et le malheur dépendent d'un marché du travail contrôlé par l'État - mais ici aussi, les autres partis braconnent déjà.

C'est pourquoi le SPD et les syndicats, tout comme les associations sociales et les organisations humanitaires, doivent s'occuper eux-mêmes de leurs futurs électeurs et clients, car une économie de marché qui fonctionne abolit lentement mais sûrement non seulement la pauvreté, mais aussi, assez logiquement, travail salarié dépendant.

C'est pourquoi les idéologues du parti font tout depuis très longtemps, non seulement pour créer un précariat suffisamment important, mais aussi pour le cimenter à jamais !

Et quelle est la meilleure façon d'y parvenir ? Tout simplement en sabotant le système d'éducation publique et en faisant de l'intelligence, de la réussite, de l'initiative et de la diligence les nouveaux péchés capitaux d'une société.

Les gens stupides et faciles à vivre formeront un bon potentiel d'adhésion qui seront heureux que le SPD et les syndicats vous offrent régulièrement l'aumône - et ils ont appris de leurs erreurs, car "leurs clients" ne devraient plus l'avoir trop bien, sinon ils regarderont cela une fois par-dessus le bord de l'assiette.

Et qu'est-ce que j'en ai appris ?

Ne faites confiance à personne qui construit sa propre existence sur le sort des autres !

Parking

Depuis 2015, je me demande pourquoi il n'y a pas assez de places de parking prévues et créées à Heilbronn (par exemple Südbahnhof ou Neckarbogen). Et je ne me pose pas seulement cette question, mais aussi régulièrement nos conseillers municipaux. Surtout avant de nouveaux projets de construction (par exemple des hauts lieux), que nos conseils municipaux doivent accepter.

Je précise que chaque nouvel appartement aura certainement besoin de plus d'une place de parking et que cela continuera d'être le cas pour les années à venir, et qu'il est donc impératif qu'au moins 1,5 places de parking (clé de parking) soient inclus dans la planification de chaque appartement a toujours été rejeté par les conseils municipaux que j'ai approchés à cet égard, affirmant qu'ils n'avaient aucun pouvoir de décision car cela était clairement stipulé dans la loi de l'État - par conséquent, nos conseils municipaux ne sont que des agents d'exécution impuissants d'un plus grand ensemble.

Aujourd'hui, je peux maintenant lire ce qui suit dans la voix de Heilbronner :

« Dans la première phase de construction, rapporte Jan Fries, le rapport de pas était de 0,6. Pour la deuxième phase de construction, la clé a été portée à 0,8, mais la construction reposerait désormais in fine sur la clé de 0,5 place de parking par appartement. De plus, souligne Fries, le garage de quartier prévu peut couvrir les besoins en places de stationnement.

Voix de Heilbronn (25.03.2022 : 31)

Comme le tout est maintenant, nos conseillers municipaux ont leur mot à dire. Parce qu'en fin de compte, ils décident qui reçoit de l'argent ou d'autres avantages de l'État et qui doit alors payer la note. Il serait préférable que nos conseillers municipaux réfléchissent à la manière de résoudre les problèmes et de maîtriser les défis futurs. Nous n'avons pas besoin de parlements (!) pour décider qui est autorisé à gagner de l'argent et qui ne l'est pas, ni de conseils locaux.

Maintenant que je suis devenu un peu plus curieux, j'ai consulté la loi de l'État et présenté le paragraphe pertinent ici :

§ 37
Places de parking pour véhicules à moteur et vélos, garages

(1) Lors de la construction d'immeubles à appartements, une place de parking adaptée aux véhicules à moteur doit être créée pour chaque appartement (place de parking nécessaire). Lors de la construction d'autres ouvrages et d'autres installations où un trafic d'entrée et de sortie est à prévoir, le nombre nécessaire de places de parking doit être créé en nombre suffisant pour la bonne utilisation des installations, compte tenu des transports publics locaux. Au lieu des places de parking nécessaires, la construction de garages nécessaires est autorisée ; conformément au paragraphe 8, des garages peuvent également être demandés. Jusqu'à un quart des places de stationnement nécessaires selon la phrase 2 peuvent être remplacées par la création de places de stationnement pour vélos. Quatre places de parking vélos sont à créer pour une place de parking voiture ; les places de stationnement pour vélos ainsi créées ne sont pas imputées sur l'obligation prévue à l'alinéa 2.

(2) Des espaces de stationnement pour vélos doivent être prévus lors de l'érection de structures où la circulation des vélos est censée entrer et sortir. Leur nombre et leur qualité dépendent de la demande régulière attendue (espaces de stationnement pour vélos nécessaires) en fonction du type, de la taille et de l'emplacement de l'installation. Les emplacements nécessaires pour le stationnement des vélos doivent être facilement accessibles depuis la zone de circulation publique et doivent permettre une protection antivol efficace ; s'ils doivent être produits pour des appartements, ils doivent également être protégés des intempéries.

(3) En cas de modifications ou de changements d'usage des installations, des places de stationnement ou des garages doivent être prévus en nombre suffisant pour accueillir les véhicules automobiles et vélos supplémentaires attendus du fait de la modification. La phrase 1 ne s'applique pas à la division d'appartements ou aux projets visant à créer des surfaces habitables supplémentaires par agrandissement, agrandissement, changement d'usage, ajout d'étage ou changement de toiture si le permis de construire ou la notification de construction date d'au moins cinq ans.

(4) L'autorité compétente en matière de construction peut autoriser la construction des places de stationnement ou des garages nécessaires dans un délai raisonnable après l'achèvement de l'installation. Il doit suspendre la production aussi longtemps et dans la mesure où il n'y a pas de besoin démontrable de places de stationnement ou de garages et que les surfaces nécessaires à la production sont sécurisées à cet effet par des charges de construction.

(5) Les places de parking ou garages nécessaires sont à créer

1. sur le chantier,
2. sur une autre propriété à une distance raisonnable ou
3. avec l'accord de la commune sur un terrain de la commune.

La production sur une parcelle autre que le terrain à bâtir doit être sécurisée à cet effet par une charge de construction. Si des raisons de circulation l'exigent, l'autorité du droit de la construction peut, avec l'accord de la commune, déterminer si les places de stationnement ou les garages doivent être construits sur le chantier ou sur un autre site.

...

Règlement de construction de l'État pour le Bade-Wurtemberg (LBO) dans la version du 5 mars 2010

anti-démocrates

Ce serait une grave erreur de supposer que même dans la démocratie la plus réussie, tous les citoyens sont des démocrates. Il est même probable que les démocraties qui réussissent attirent non seulement des anti-démocrates de tous les pays, mais sont aussi des pépinières idéales pour de tout nouveaux anti-démocrates. Nous avons pu l'observer particulièrement bien aux USA ces derniers temps, et la plupart d'entre nous en sont encore choqués aujourd'hui.

Mais c'est probablement absolument nécessaire, car si tout le monde était bon, le bien n'existerait plus. Et donc vous ne pouvez être un bon démocrate que si vous avez toujours le choix d'être aussi un anti-démocrate.

Et pour en revenir à nous les Allemands, ni en 1945 ni en 1989 nous ne sommes devenus volontairement et certainement pas des démocrates ardents. À ces deux «tournants», les démocrates existants, à l'Ouest comme à l'Est, étaient une très petite minorité, et très peu d'entre eux avaient réellement leur mot à dire dans le développement ultérieur de la démocratie.

La plupart d'entre nous ont pu suivre assez bien cela dans les années 1990, comment les communistes les plus prometteurs de la RDA ont été hissés dans tous les bureaux de la démocratie fédérale allemande du jour au lendemain et comment ils ont encore leur mot à dire dans le discours démocratique à ce jour.

Nous n'avons rien appris des erreurs de la République fédérale d'Allemagne dans les années 1950 à 1970, car là-bas au moins quelques nationaux-socialistes ont été à plusieurs reprises démis de leurs fonctions démocratiques. Nos concitoyens communistes en sont aujourd'hui épargnés.

Nous - du moins les plus âgés d'entre nous - avons également pu suivre très bien comment les anti-démocrates s'intégraient complètement dans les partis démocrates, parfois sur des décennies, puis, par vagues, pour ainsi dire, encore et encore, à travers de nouveaux les fondations, s'estimant à gauche ou à droite, sentent que leur heure est revenue.

Et c'est pourquoi vous devez reconnaître, que cela vous plaise ou non, que l'éventail des partis démocratiques en République fédérale d'Allemagne est plus restreint que vous ne le pensez. J'ai moi-même mis longtemps à accepter ce fait, à savoir qu'il ne peut y avoir de parti démocrate à droite de la CSU et aussi de parti démocrate à gauche du SPD — à part quelques perdus, peut-être simplement confus , des personnalités qui mettent un manteau démocratique sur ces partis anti-démocratiques.

La chose vraiment intéressante à ce sujet est qu'il est à peine - Victor Orban et Co à part — il y a des politiciens ou des partis qui croient ouvertement et pleinement à leur attitude anti-démocratique.

À savoir, ces anti-démocrates suggèrent qu'entre-temps, la démocratie dans nos sociétés - et cela après toutes les décennies passées - est en fait devenue capable de gagner une majorité, et ces anti-démocrates croient seulement qu'ils peuvent nous dissuader les électeurs en trompant et en trompant nous.


anniversaires du jour

Arturo Toscanini, Bela Bartok et Aretha Franklin

Poster un commentaire

Ihre E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Les champs obligatoires sont marqués avec un * marqué