23.10.02021

5
(1)

Image en vedette : Pièces d'échecs | © Pixabay

Auditeur

D'aussi loin que je me souvienne, j'ai été impliqué dans des clubs. C'est juste une partie de cela, du moins dans ma génération. Et même si vous reconsidérez l'une ou l'autre adhésion vers la fin de votre vie, vous ne resterez probablement pas sans adhésion à un club.

Et si vous êtes déjà membre d'un club, vous vous impliquez toujours un peu plus que vous ne l'aviez prévu au départ. Pour moi, cependant, deux choses ont toujours été importantes : s'il vous plaît pas de bureau de trésorier et certainement pas de vérificateurs de caisse. Sans doute à cause de mon âge, je n'ai finalement pas été épargné et donc il y a quelques années je suis devenu vérificateur de caisse dans un club après tout.

Le résultat aujourd'hui a été que j'ai été autorisé à fouiller dans les reçus et les comptes. Et cela devient lentement de plus en plus facile pour moi - la pratique fait partie de tout.

Et quand je me dispute alors - seulement dans mes pensées - pour savoir pourquoi je m'y suis impliqué, l'autre côté de mon cerveau me répond que j'ai été épargné par le bureau d'un trésorier après tout. Alors maintenant que je fouille dans les documents disponibles, je dois penser à l'effort et à l'effort que les trésoriers honoraires en général et celui que je viens de "vérifier" en particulier y ont mis.

On ne les remerciera jamais assez pour ça ! Même pour un petit club, c'est une tâche qui prend beaucoup de temps et qui doit être effectuée de manière cohérente. Et puis les vérificateurs de caisse viennent jeter un coup d'œil à l'ensemble pour voir si une réservation a été oubliée ou s'il manque un reçu.

Je pense qu'il faut être né pour un poste aussi honorifique et cela ne m'étonne pas que de plus en plus de clubs manquent de trésoriers potentiels et que certains ne puissent plus recruter parmi leurs membres - contrairement aux postes de président et de président.

Donc, mon travail bénévole en tant que vérificateur de caisse est terminé pour cette année. Comme prévu, je n'ai rien à redire. Notre trésorière a encore une fois fait un travail de première classe, comme elle l'a fait les années précédentes.

jardinier de la ville

Comme on le sait, ce ne sont pas les coûts d'acquisition qui font la différence, mais plutôt l'entretien. C'est également le cas de notre city green. Contrairement à la forêt de notre ville, que je préférerais voir gérée de manière plus durable au lieu d'utiliser chaque opportunité pour gagner de l'argent avec les arbres, les parcs, les prairies et autres espaces verts de la ville sont au centre de l'attention - surtout parce que nous, les Heilbronners, aimons partir nos déchets partout, sauf chez nous dans nos poubelles.

Il faudra donc encore s'attendre à des coûts toujours plus élevés pour le verdissement urbain, d'autant plus que le changement climatique aura un impact drastique sur notre ville dans les années à venir.

C'est pourquoi vous devez voir où vous pouvez faire des économies. En lisant les éditions correspondantes de la Voix Heilbronner, j'ai immédiatement remarqué 50 000 euros d'impôts pour les relations publiques, qui peuvent facilement être économisés. Nos jardiniers de la ville font du bon travail et c'est assez de publicité. Ici, l'administration municipale devrait enfin commencer à ne pas détourner constamment l'argent des impôts. Nos prés ne deviennent pas plus verts si une agence de publicité s'en occupe.

Nous devons enfin responsabiliser ceux qui causent des dégâts et des contaminations. Il faut aussi augmenter drastiquement les coûts pour les pollueurs ! Et surtout, nous devons leur demander de payer et de ne pas toujours ignorer à quel point ces salauds gâchent notre ville.

Note sur le bord:

J'ai lu récemment que nous avons plus de 40 000 arbres de la ville (à l'exclusion de la forêt de la ville). Maintenant, j'en lis environ 50 000. Je serais intéressé de savoir qui a planté 10 000 arbres ici en secret et entièrement gratuitement ? De tels citoyens devraient être honorés !

Écoles privées

Ici aussi à Heilbronn, les écoles privées poussent comme des champignons. Cela montre deux choses, à savoir, premièrement, qu'il est merveilleux, facile et pérenne de gagner beaucoup d'argent, et deuxièmement, que nous avons tous - parce que nous avons toujours choisi les responsables avec beaucoup d'enthousiasme - poussé notre très bon système scolaire à l'origine à le mur à avoir.

Et on peut observer dans d'autres pays à quoi tout cela mène.

Ceux qui ont de l'argent, sont endettés pour l'éducation ou sont ensuite soutenus pour une raison quelconque peuvent se rabattre sur les écoles privées et recevoir un certificat de fin d'études correspondant - en fonction du paiement, moins de l'intelligence ou des performances.

Ceux qui s'en moquent ou qui n'appartiennent pas à une "classe" très spécifique qui se développera dans notre société à l'avenir doivent se rabattre sur les écoles publiques, qui alors - parce qu'elles sont pour la populace - s'effondrent davantage et de plus en plus d'enseignants suffisants et qualifiés sont capables.

En fin de compte, nous, les contribuables, devons financer plus d'écoles qu'il n'est absolument nécessaire ou nécessaire du tout, et aussi voir comment notre société ouverte et autrefois d'égalité des chances est enterrée avec l'argent de nos impôts.

Malheureusement, ce n'est qu'une partie du problème. Des associations à but non lucratif se créent désormais dans le but de générer des revenus pour leurs membres, et le travail dit bénévole devient de plus en plus un revenu complémentaire lucratif, voire le principal moyen de subsistance - il suffit de regarder les organisations d'aide, les églises et les politiques des soirées.

Au moins, ce serait aussi simple dans nos écoles. Nous pourrions écoles publiques les transformer une fois de plus en véritables palais de l'éducation, que l'on peut déjà apercevoir depuis le bâtiment, et notre personnel enseignant — toujours prêt à servir dans l'école publique — leur donne aussi la notoriété nécessaire.

Pour cela, cependant, l'intégralité de l'argent des impôts doit affluer dans le système scolaire public et les villes et communes doivent également être tenues de fournir des bâtiments scolaires modernes et représentatifs qui sensibilisent tous leurs concitoyens à l'importance de la formation et de l'éducation.

L'éducation n'est pas une affaire privée - l'éducation est un devoir civique ! Et ainsi l'éducation est la tâche la plus urgente de nos communautés jusqu'au niveau de la République Fédérale.

Plus d'éducation conduit à moins de dépenses sociales d'une part et à des recettes fiscales plus élevées d'autre part. Cela fait de l'éducation une affaire gagnant-gagnant!

Sauf pour ceux qui "vivent en aidant".

anniversaire du jour

Félix Bloch


Dans quelle mesure ce message vous a-t-il été utile?

Cliquez sur les étoiles pour évaluer la publication !

Évaluation moyenne 5 / 5. Nombre d'avis: 1

Aucun avis pour l'instant.

Je suis désolé que le message ne vous ait pas été utile !

Permettez-moi d'améliorer ce post!

Comment puis-je améliorer ce message ?

Pages vues : 5 | Aujourd'hui : 1 | Compte depuis le 22.10.2023 octobre XNUMX

Partager: